The Economist: Canada « Uncool »? Québec « Cool »!

L’influent magazine britannique The Economist écrivait cet automne que le Canada devenait assurément, « Uncool ».

Soucieux de ne pas faire souffrir le Québec de cette mauvaise presse anti-canadienne, j’ai envoyé une brève lettre au magazine pour souligner notre différence.

Et en voici la traduction :

Gens du pays, c’est votre tour

Le Canada, un « corps étranger » ? C’est pire que vous pensez!

Pour tout vous dire, ça m’est venu comme ça, l’expression voulant que le Canada apparaissait « de plus en plus comme un corps étranger » dans l’expérience québécoise.

Les journalistes tentaient de me faire tirer des conclusions de cause à effet entre l’appui des Québécois à notre proposition de Charte des valeurs et de la laïcité et le bond, de 33 % à 44 %, de l’intention de vote souverainiste entre deux récents sondages.

Slogans optiques canadiens à Londres

Lorsqu’un diplomate québécois à Londres m’a raconté la chose, je suis resté  dubitatif. J’ai demandé des preuves. Il en a fourni. Je les partage avec vous.

C’est une histoire de drapeaux.Or, comme le disait joliment le britannique Arthur Koestler, « les drapeaux sont des slogans optiques ».

Sur l’immeuble du Haut Commissariat Canadien à Londres (l’ambassade) on pouvait naguère voir le drapeau canadien, aux côtés des drapeaux de chacune des dix provinces canadiennes. Le slogan optique, donc, de la diversité canadienne.

Lu à Toronto: « L’espèce québécoise » en voie de disparition ?

C’est fou ce qu’on peut lire sur le Québec dans la presse torontoise. Tellement qu’on ne s’émeut plus. (En tout cas, pas moi, depuis que j’ai été décrit comme un « vampire » par une columnist du Globe and Mail l’an dernier.)

Mais il arrive qu’un propos anti-québécois, venu d’une signature connue et à plusieurs égards respectée, arrive à nous tirer un sourire, tant l’outrance sur le Québec est maintenant permise dans les grands quotidiens, dits sérieux, canadiens.