La paradoxale défense du français d’Olivier Primeau

On m’informe que M. Olivier Primeau est une grande figure du web. Je l’en félicite. C’est aussi un entrepreneur hyperactif, ce qui est, à mes yeux, encore mieux. J’ai lu ce matin à son sujet ce titre dans le Journal de Montréal:

«Olivier Primeau à la défense de l’anglais.»

Pourtant, dans les entrevues qu’il a données, il insiste sur l’importance du combat pour le français au Québec. Suivez-ce paradoxe :

Déclaration Primeau: «Je suis 100 % pour la préservation du français au Québec. Je trouve ça super important.»

Entreprise Primeau: Le Beach Club, à OKA

Déclaration Primeau:  «C’est notre langue première, et il faut que cela reste comme ça.»

Entreprise Primeau :  Slice Gang Pizza

Déclaration Primeau: « C’est une grande grande bataille, il faut que ça soit sauvé cette langue-là»

Produit Primeau: Boisson Beach Day Every Day, café Beach Day Every Day

Déclaration Primeau: «le problème, c’est le recul du français au Québec.»

Produit Primeau: Pause POUTINE TIME.

Bon, vous avez compris. M. Primeau explique en entrevue que les marques de commerce et les slogans anglophones n’ont pas d’impact sur le français au Québec, ce qui va à contre-courant de toute l’histoire de nos tentatives de redonner à Montréal un visage francophone.

On comprend avec lui que tous les produits vendus dans l’Amérique anglophone ne peuvent pas s’appeler Cirque du Soleil ou Au bon pain. Mais quand on lui a demandé pourquoi la multinationale Couche-Tard s’appelle ainsi au Québec, il a répondu que, hors-Québec, elle s’appelle, entre autres, Circle K.

Bingo Olivier ! Ton entreprise peut avoir un nom francophone au Québec et un nom anglophone ailleurs. Pourrais-tu croire que c’est même possible pour des noms de produits ?

La triste vérité est que M. Primeau étant parfaitement sincère, lui qui avoue n’avoir appris l’anglais qu’au cours des six dernières années, est complètement convaincu que la multiplication des marques de commerce et de slogans unilingues anglophones n’a aucun impact sur le combat pour le français au Québec. Il est dans l’air du temps.

C’est le temps de changer d’air.


Cliquez pour commander. Version numérique disponible.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *