Lire: Le Carré à l’heure du Brexit

C’est ce qu’on appelle une valeur sûre. Qu’on soit, comme moi, un fidèle ou, comme vous peut-être, un novice, entamer un Le Carré c’est se laisser guider par un conteur d’une redoutable efficacité.

L’intrigue, bien sûr. Une horlogerie sans faille. Mais on s’étonne de constater comment, depuis maintenant un demi-siècle, Le Carré colle au présent. Bientôt nonagénaire,  l’auteur brille par sa capacité à traduire l’air du temps.

Il nous a conduit de la guerre froide, à ses débuts, aux lendemains de la chute de la Maison Russie, à la montée des oligarques et nous plonge aujourd’hui dans une Angleterre désemparée à l’ère du Brexit, de Trump et de Putin.

Comme d’habitude, Le Carré incarne le dilemme géopolitique du moment dans la vie de ses protagonistes, qu’il dessine avec amour, délicatesse, nuance et beaucoup d’empathie. Bref, un régal.

Si vous souhaitez attendre la traduction française de ce dernier livre et entrer dans son univers, voici mes suggestions.

Débutez par Un pur espion/A perfect spy.  Le livre ne fait pas partie de la série historique construite autour de l’agent Smiley mais porte en lui l’univers d’espionnage Est-Ouest et la qualité d’écriture qui ont fait la renommée de Smiley. Probablement un de ses chefs-d’oeuvre.

Je suggère ensuite La petite fille au tambour/Little Drummer Girl. Le Carré plonge ici dans le conflit Israélo-Palestinien de façon extrêmement habile. Lorsque je donnais des cours de journalisme d’enquête, je conseillais ce livre pour la technique d’entrevue/interrogatoire utilisé par un des protagonistes.

Je poursuivrais avec Le tailleur de Panama/The Taylor of Panama. On n’avait encore pas entendu parler de fake news ou de réalité alternative. Le Carré trace ici le portrait des conditions de création et de croissance d’un malentendu devenu mensonge qui aura des conséquences majeures sur un petit pays. Délicieux.

Le Carré a traité deux fois d’affaires africaines. Son Chant de la Mission/Mission Song sur une tentative de libération du Kivu, riche en minéraux, dans l’Est du Congo est simplement à faire pleurer.

Bon, maintenant que vous avez goûté à la méthode Le Carré et que vous y avez, c’est certain, pris goût, je vous invite à mordre dans sa grande trilogie de la guerre froide. Adaptée plusieurs fois au petit écran et au cinéma, la trilogie met en opposition George Smiley, du contre-espionnage britannique, et Karla, le super-espion qui tire les ficelles au sommet du KGB.


La Taupe/Tinker, Tailor, Soldier, Spy, porte sur l’infiltration soviétique des services secrets anglais et la chasse à la taupe. C’est, à mon avis, le plus difficile d’accès. Il faut s’accrocher, mais ça vaut la peine.

Dans Comme un collégien/The Honourable Schoolboy, Smiley fait le constat des dommages causés par Karla, tente de remonter sa piste et de démonter sa méthode. C’est d’une intelligence folle.

Finalement dans Les gens de Smiley/Smiley’s People, on assiste à la confrontation finale avec Karla. Très satisfaisant.

Ensuite, vous pouvez prendre le reste de l’oeuvre dans l’ordre qui vous plaira.


La bande annonce de ma dernière balado Lisée101:

La bande annonce d’une récente balado Lisée202:



Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *