Mes questions aux chefs

J’ai écouté les débats. Visionné les points de presse. Lu les programmes. Pourtant, pourtant, je reste sur ma faim. Il me reste des questions, pour l’instant sans réponse. Si vous croisez un chef, merci de les leur poser.

(Une version légèrement plus courte de ce texte a été publié dans Le Devoir.)

Justin Trudeau

Inconduites sexuelles dans l’armée. Arrivé au pouvoir en 2015, vous avez pris la décision de ne pas mettre en œuvre la recommandation de l’ex-juge Marie Deschamps de renvoyer à un tribunal civil les accusations d’inconduites. Vous ne l’avez pas fait non plus en 2016, en 2017, en 2018, en 2019, en 2020. Pourquoi ?

Compétences. Vous affirmez qu’il est légitime qu’Ottawa impose des normes au Québec et aux provinces en santé, même s’il s’agit de leur champs de compétence. Alors pourquoi refusez-vous que le Québec impose les règles linguistiques de la loi 101, aux entreprises à charte fédérale, qui sont de votre compétence ?

Impôt minimal. En début d’année, le président Biden a proposé que tous les pays imposent aux multinationales un impôt minimum sur le revenu de 21%. Pourquoi avez-vous été de ceux qui l’en ont empêché et l’ont obligé à se contenter d’un impôt minimal de 15%?

Inaction internationale. Vos prédécesseurs libéraux ont laissé une trace dans le monde. Lester Pearson a créé les casques bleus. Pierre Trudeau a reconnu la Chine. Jean Chrétien a promu la création de la Commission pénale internationale et le Traité anti-mines personnelles. Pourquoi n’avez-vous piloté aucune initiative internationale en six ans ?

Erin O’Toole

Full pétrole. L’Agence internationale de l’énergie a déclaré cette année que si on souhaite éviter des catastrophes climatiques, il est impérieux de cesser immédiatement toute augmentation de la production gazière et pétrolière.  Je cite votre cadre financier : « Les conservateurs estiment que le rétablissement de la croissance dans le secteur énergétique pourrait considérablement stimuler les investissements et l’emploi. Depuis que Justin Trudeau est au pouvoir, plus de 100 milliards de dollars d’investissements ont été annulés. Les conservateurs veulent rétablir la croissance du secteur. » Les investissements annulés l’ont été dans le pétrole bitumineux. Pourquoi proposez-vous le contraire de ce que le reste de la planète estime indispensable ?

Six Milliards. Vous dites respecter le Québec et ses choix mais l’Assemblée nationale est désormais (et enfin) unanime dans sa volonté de favoriser pour les garderies le système des CPE. Votre proposition de crédits d’impôt est contraire à cette logique et risque de vous faire perdre beaucoup de votes. Pourquoi ne pas simplement déclarer que le Québec est distinct en cette matière, que vous lui enverrez le six milliards, et que vous appliquerez vos crédits d’impôts ailleurs au pays ?

Cliquez pour commander. Versions numérique et AudioLivre disponibles.

Yves-François Blanchet

On cherche le lien. Traditionnellement, le Bloc défend à Ottawa les revendications qui font consensus à l’Assemblée Nationale. Or le 3e lien n’est défendu que par un seul parti et dénoncé par les trois autres. Puisqu’il n’y a pas consensus, pourquoi ne pas simplement être resté neutre ?

Et si le BAPE ? Vous dites qu’il appartient au Québec de faire les évaluations environnementales sur le 3e lien. Mais si, comme c’est plus que probable, le BAPE affirme que le projet est écologiquement néfaste, mais que le gouvernement de la CAQ passe outre comme il l’a indiqué, allez-vous quand même insister pour qu’Ottawa finance un projet écologiquement néfaste ?

Jagmeet Singh

Leadership. Vous estimez que c’est un signe de leadership de vouloir vous ingérer dans la gestion des CHSLD car vous ne pouvez rester inactif devant le gâchis. Croyez-vous de même que le premier ministre du Québec devrait faire preuve de leadership et intervenir devant le gâchis de l’absence d’eau potable dans des réserves, ou dans le gâchis de l’immigration irrégulière à la frontière, voire pour aider les fonctionnaires fédéraux victimes du programme Phoenix ? Même si ces questions sont du ressort du fédéral ? Autrement dit, êtes-vous anti-fédéraliste ?

Empathie. Une de vos grandes qualités est l’empathie. Pourtant, après avoir injustement accusé un député du Bloc d’être raciste, vous refusez de vous excuser. Pourtant, après qu’un de vos députés ait applaudi qu’on accuse François Legault d’être un suprémaciste blanc, vous n’avez pas exigé qu’il s’excuse. Pourquoi vous est-il impossible d’utiliser le mot excuse lorsqu’il s’agit d’insultes envers des nationalistes québécois ?

Français. Jack Layton croyait que lorsqu’un immigrant reçu avait passé plusieurs années au Québec et demandait sa citoyenneté canadienne, il devrait démontrer une connaissance du français pour y arriver, pas de l’anglais. Vous avez renversé cette position, affirmant qu’elle « divisait ». En quoi s’assurer que des citoyens résident au Québec connaissent la langue commune est-il un facteur de division ?

Anamie Paul

Octobre. Vos trois députés ont voté pour une motion voulant présenter des excuses aux 500 québécois injustement incarcérés en octobre 1970. Vous avez déclaré que, pour votre part, vous étiez opposée à ces excuses. Pourquoi ?

Éducation. Sur ce point comme sur d’autres concernant le Québec, accepteriez-vous qu’on vous offre de vous « éduquer » ? Estimeriez-vous que cette offre condescendante et méprisante ?

Maxime Bernier

Pousse-au-crime. Dans vos tweets, vous affirmez que le premier ministre est un « fasciste » et un « psychopathe ». Dans vos pubs, vous dénoncez la « tyrannie » et appelez à la « révolution ». Êtes-vous comme moi surpris que vos supporters les plus exaltés se soient jusqu’ici limités à envoyer du gravier à l’homme que vous démonisez ainsi ?

Tous

Armes illégales. Le débat sur le contrôle des armes à feu est essentiel. Mais puisque les policiers montréalais et ontariens n’arrêtent pas de vous dire qu’une proportion considérable d’armes illégales entrent par la zone de non-droit qu’est la réserve d’Akwasasne – et ce contre le vœu de l’immense majorité de ses habitants – pourquoi aucun d’entre vous n’a le courage d’aborder la question ?


Cliquez pour vous renseigner ou vous abonner.

2 réflexions sur « Mes questions aux chefs »

  1. Je n’ai pas compté, mais vous marquez beaucoup de points !

    C’est sans parler de la promesse du PLC en 2019 d’un changement de mode de scrutin; devenu minoritaire, discartée faute d’opposition des oppositions j’imagine. Je comprends que s’aurait été la fin de l’actuelle constitution d’ici 10 ans au profit des États de la fédération au dépends de l’État canadien.

    Heureusement qu’en cette dernière matière au Québec, François Legault n’a pas fait un chef du PLQ de lui-même : un projet de loi a été déposé tel que promis, le principe d’un changement a été adopté, la barrière d’application dès octobre 2022 enlevée avec le retrait de l’article prévoyant un référendum; reste la barrière d’une nouvelle carte électorale impossible à réaliser par la DGEQ pour octobre 2022.

    Comment rendre possible le passage à l’étude détaillée du projet, préalable à l’adoption d’une loi, puis, si, à la sanction avant le 22 juin 2022, date butoir du Mouvement Démocratie Nouvelle (MDN) ?

    Que fera la quarante-deuxième législature où, en vue de la 43e, les 3 oppositions dominent la CAQ en terme de votes reçus en 2018. Si chaque vote était compté intégralement, tous pour un, les oppositions seraient le gouvernement.

    À date, en octobre 2022, ce sera encore le SMUT : scrutin majoritaire un tour, comme écrit Julien Verville dans La réforme du scrutin au Québec : Trajectoires gouvernementales et piste de réflexion, 2020. P.U.Q.

    L’adoption d’un SMUT.2, en planche à dessin sur mon blogue, demeure possible.

    Comme chantait Jacques Brel sur un autre sujet, ne me quitte pas.

  2. Excellentes questions, notamment la question sur l’inaction internationale destinée à Justin Trudeau ou la question sur le pétrole destinée à Erin O’Toole. Elles sont carrément jouissives en ce qui concerne les questions destinées à Anamie Paul. Lors d’un prochain débat des chefs (dans 2 ans peut-être…), il faudra militer pour que Radio-Canada vous invite à poser vos questions!!!

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *