Montréal bilingue ? Yes sir !

Lucien Bouchard était bien indulgent d’accepter ma demande de rencontre, à l’été 2000. Je lui avais donné du fil à retordre en publiant au printemps un livre intitulé Sortie de secours, où j’osais affirmer qu’à moins d’un virage stratégique majeur, le grand homme ne ferait pas l’indépendance. J’ajoutais qu’il serait forcé de démissionner, plus tard dans l’année, lorsqu’il s’aviserait que Jean Chrétien obtiendrait, à l’élection fédérale, un plus grand nombre de votes au Québec que M. Bouchard en avait obtenus dans sa propre élection.

(Une version légèrement plus courte de ce texte a été publié dans Le Devoir.)

Ces prédictions ne se réaliseraient que six mois plus tard, mais il me semblait urgent d’informer le premier ministre qu’une autre mauvaise nouvelle se profilait à l’horizon. Dans l’année écoulée depuis ma démission comme conseiller, il avait succombé au grandiose projet du maire de Montréal de l’époque, Pierre Bourque, « Une île, une ville ». Statistiques en main, je tentai de lui démontrer qu’en intégrant (de force) l’ouest de l’île anglophone dans la ville historique de Jean Drapeau, le poids électoral des francophones, donc leur force politique, allait spectaculairement régresser. La nouvelle donne allait rendre immédiatement impossible l’élection d’un maire ouvertement souverainiste et miner sévèrement le statut francophone de l’île. La situation n’allait qu’empirer, selon les projections du démographe Marc Termotte que je lui montrai, car dans toutes les hypothèses, la proportion de francophones allait se réduire dans les décennies à venir au Québec, sur l’île, et dans la ville. Je me souviens d’avoir utilisé pour parler de la fusion montréalaise les termes « suicide linguistique municipal ».

Cliquez pour commander. Versions Numériques et Audiolivres disponibles.

Lorsqu’on dirige une nation minoritaire sur le continent, dont la proportion se marginalise dans la fédération, dont le poids linguistique se fragilise dans sa métropole, on n’introduit pas de réformes institutionnelles qui affaiblissent son pouvoir dans sa principale ville.

M. Bouchard semblait découvrir devant moi cet aspect du problème. Mais il comptait sur les francophones pour « se défendre », disait-il. Et il tenait à son projet. J’avais fait ce que je pouvais. L’élection municipale de 2009 allait tester une de mes hypothèses. Louise Harel était la formidable opposante au maire sortant Gérald Tremblay. Tout le monde la savait souverainiste et farouchement favorable au français. (D’ailleurs, son anglais n’était pas terrible.) Vous serez étonnés d’apprendre ici que Mme Harel a gagné l’élection. Oui. Dans les limites de la ville de Montréal telle qu’elle existait avant les fusions, la souverainiste a obtenu une nette pluralité de voix (39 %, contre 33,5 % à Gérald Tremblay et 27,5 % à Richard Bergeron). Mais voilà, elle a perdu dans la ville nouvelle. Celle qu’elle avait elle-même fusionnée avec des portions moins francophones. C’eût été bien pire, évidemment, si Jean Charest n’était pas passé par là, permettant à 14 villes (Westmount, Beaconsfield, Côte-Saint-Luc, etc.) de tenir des référendums de défusion dans l’intervalle. Oui, il faut le dire : sans Jean Charest, Montréal aurait déjà affirmé, ou du moins réclamé, un statut bilingue.

Une métropole francophone en sursis

L’entrée en scène d’un Balarama Holness à ce point-ci du récit n’est pas une anomalie. Réclamer que Montréal affiche fièrement son caractère bilingue, proposer même un statut de Cité-État qui séparerait Montréal du Québec des régions ne sont pas des idées neuves. Elles circulent dans le Montréal anglophone et chez certaines élites francophones depuis des décennies. Démographie aidant, ce sont désormais des idées dont les heures fastes sont venues.

Je prévois que M. Holness obtiendra facilement 20 % du vote lors de l’élection de novembre. (Ce qui contribuera à la victoire de Valérie Plante.) S’il avait été candidat dans la ville complètement fusionnée prévue par M. Bouchard, il serait aux portes de la mairie.

Un sondage Angus Reid nous apprend que 82 % des
Anglo-Montréalais estiment que le Québec ne forme pas une nation et que le français n’y est pas la langue officielle. Oui, ils contestent le fait que le français est légalement langue officielle. C’est dire à quelle hauteur ils sont montés. Ils sont suivis sur cette échelle du déni par 53 % des allophones et 19 % des francophones. Une coalition antinationaliste en devenir. Il n’y aura certes pas de référendum sur le statut bilingue de la ville de Montréal au cours du prochain mandat. Le fruit n’est pas encore assez mûr. Mais s’il y en avait un, quel en serait le résultat ? Un sondage à ce sujet fut réalisé par Léger il y a trois ans pour l’Association des études canadiennes. La question était à la fois simple et ambiguë. Selon vous, Montréal est-elle une ville bilingue ?

L’échantillon, pour la Région métropolitaine de recensement de Montréal (et non pour l’île ou la ville), offrait une réponse impressionnante de clarté : un oui massif. Par groupe : 86 % chez les allos, 83 % chez les anglos, 80 % chez les francos. Le référendum proposé par M. Holness demanderait plutôt : souhaitez-vous que la ville de Montréal ait un statut bilingue ? Le camp du Non se ferait fort de souligner la distinction entre la ville réelle, qui compte une majorité d’habitants bilingues, et son statut légal, qui doit rester francophone. Je participerais volontiers à cet effort. Mais je dois à la lucidité d’affirmer que le Oui l’emporterait. Montréal se dirait officiellement bilingue.

Ce ne serait qu’une étape de plus dans le suicide linguistique municipal entamé en 2000. Dans son état actuel, la loi 96 de la CAQ sur la langue n’a pas le muscle voulu pour éviter cet avenir glauque. Mais j’aurais quelques suggestions à faire au premier ministre actuel, si tant est que l’avenir francophone de Montréal l’intéresse vraiment.


Cliquez pour vous renseigner et vous abonner.

5 réflexions sur « Montréal bilingue ? Yes sir ! »

  1. Sans vouloir faire de pub, haute cinquantaine, j’ai été charmé par Sortie de secours : Comment échappe au déclin du Québec; proche dès sa sortie. J’ai acheté, je relie à l’occasion mais le temps passe. Il y a eu des suivants, des rajeunissements, j’en ai aussi achetés et lus plusieurs. Quelle clairvoyance ! Allez, donne-nous le nom de votre personne clairvoyante !

    Trêve de plaisanterie s’il y a lieu, pendant que vous êtes là dirait Doris, vous connaissez mieux que moi, le Pl °39 est de retour au feuilleton pour l’étude détaillée mais sans date. La ministre du dossier a présenté avec quelques collègues de l’opposition comme il se fait une motion concernant la parité.

    11 h 12 (version non révisée) 21 octobre 2021

    Le Président : Mme la ministre responsable des Institutions démocratiques et de la Réforme électorale.

    Mme LeBel : Merci, M. le Président. Ça me fait plaisir de présenter la motion suivante. M. le Président, je sollicite, donc, le consentement de cette Assemblée afin de présenter la motion suivante conjointement avec la députée de Sainte-Marie—Saint-Jacques, le député de Matane-Matapédia, le député de Bonaventure, le député de Rimouski et la députée de Marie…Victorin, pardon :

    «Que l’Assemblée nationale souligne l’importance d’une représentation paritaire parmi les élus de l’Assemblée nationale;

    «Qu’elle rappelle la motion adoptée à l’unanimité le 26 avril 2017 affirmant son engagement à ce que la parité dans tous les secteurs de la société soit désormais l’objectif à atteindre;
    «Qu’elle constate qu’à l’occasion des dernières élections générales les quatre principaux partis ont atteint la zone paritaire en présentant au moins 40 % de candidates;
    «Qu’enfin elle demande à tous les partis politiques de s’engager à respecter le principe de la zone paritaire en présentant un minimum de 40 % de candidates lors de la prochaine élection générale.»

    Merci, M. le Président.

    Le Président : Y a-t-il consentement pour débattre de cette motion?
    M. Jolin-Barrette : Consentement, sans débat, M. le Président.
    Le Président : Consentement, sans débat. Je vous demande vos votes respectifs. M. le leader du gouvernement?
    M. Jolin-Barrette : Pour.
    Le Président : M. le leader de l’opposition officielle?
    M. Fortin : Pour.
    Le Président : Mme la leader du deuxième groupe d’opposition?
    Mme Labrie : Pour.
    Le Président : M. le député de Jonquière?
    M. Gaudreault : Pour.
    Le Président : Cette motion est donc adoptée.

    Je crois que la députée de Marie-Victorin, Catherine Fournier, en congé municipal disons, a été remplacé par Guy Ouellette à titre de candidat/e indépendant/e sur la Commission des institutions.

    Ça répond à ma question qui était à quel pourcentage mettre la parité, à 40, 45 ou 50. Je travaille à une béquille à la Stéphane Rouillon au cas d’en bas de 40.

  2. Monsieur Lisée, une chance que vous êtes là au quotidien pour replacer les affaires i.e. le fil des évènements et des idées qui circulent dans l’espace public. Car, si vous aviez été élu Premier Ministre à une autre époque, vous auriez manqué de temps pour nous expliquer l’origine et la source des débats actuels de l’histoire qui se fait et se dessine au quotidien. Merci

  3. Merci pour cette chronique aussi terrifiante qu’éclairante. Avec quelques autres, vous justifiez amplement le prix de l’abonnement au Devoir.

    J’écris ceci en tant que fier montréalais.

    Permettez-moi de suggérer: au Québec, la démocratie se vit d’abord à l’échelle de la Nation (c’est pourquoi nous avons une Assemblée dite nationale). Certes, nous trouvons utile que certaines questions soient réglées par la démocratie municipale, et l’on peut même penser que cette dernière devrait voir ses champs de compétences élargis. Mais dans tous les cas il s’agit d’une délégation de compétence et la source de la légitimée démocratique demeure l’échelle nationale.
    Dans cette optique, le statut de sa métropole ne concerne-t-il pas toute la nation québécoise puisqu’elle aura des conséquences pour l’ensemble de celle-ci? S’appuyant sur cet argument, un gouvernement qui aurait une ceinture ou des bretelles (c’est notre plus gros problème actuellement) ne pourrait-il tout simplement déclarer qu’un référendum tel que celui proposé par M. Hollness serait nul et non avenu, puisqu’on souhaite le convoquer au mauvais pallié de gouvernement? Un tel référendum ne saurait être légitime que s’il se tenait à l’échelle nationale.

    Face à une mairie qui persisterait malgré tout dans une telle aventure, la menace d’une mise sous tutelle de la métropole par le gouvernement du Québec serait un rappel pratique des principes exposés plus haut. Certes, un tel coup de force ne réglerait pas nos problèmes fondamentaux, mais il permettrait au moins de gagner du temps. À la guerre comme à la guerre…

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.