Octobre 70: la grande peur de la jeunesse

Au cœur de l’argumentaire du pouvoir, en Octobre 1970, on trouve la jeunesse. Personne, à Ottawa, Québec ou Montréal, ne pense que le Front de libération du Québec, qui détient alors deux otages, puisse traduire son discours révolutionnaire en réelle tentative de prise du pouvoir. En réelle insurrection.

Or il faut pouvoir affirmer qu’existe au Québec, à ce moment, un état « d’insurrection appréhendée» pour invoquer la Loi sur les mesures de guerre qui donne aux policiers le droit d’arrêter et de perquisitionner sans mandats, puis de détenir des citoyens pendant 90 jours sans cautionnement.

Mais si la jeunesse étudiante, motivée par l’action du FLQ, prenait la rue, on aurait là, pensent les stratèges de la crise à Ottawa, le cocktail explosif. Le grand mérite de l’ouvrage que vient de rééditer et compléter l’historien Éric Bédard, Chroniques d’une Insurrection appréhendée, est de nous plonger dans le mouvement étudiant de 1970 et de nous donner une réelle température des lieux, au moment des événements.

Une grève avait immobilisé certains cégeps et universités en 1968,  des leaders étudiants avaient participé une émeute célèbre, le 24 juin 1968, avant-veille de l’élection fédérale qui portera Pierre Trudeau au pouvoir. Mais derrière le brouillard des gaz lacrymogènes, nous démontre Bédard, on trouve davantage de désarroi que de détermination. Le débat interne sur les objectifs du mouvement étudiant conduit en 1969 à la dissolution de la grand association étudiante nationale, ce qui laisse le mouvement sans structure et sans leadership au moment d’Octobre. Une énorme manifestation fut organisée en 1968 en faveur de McGill français, mais ses leaders furent écartés de l’association de l’université anglophone par la suite. De même une occupation célèbre a eu lieu dans ce qui deviendra Concordia pour défendre les droits des étudiants noirs, mais cette action même allait tempérer les ardeurs étudiantes pour la suite.

Bédard démontre brillamment comment le mouvement étudiant aborde Octobre 1970 en état de désorganisation et de démobilisation. Reste que, dans les Facultés de sciences sociales francophones en particulier, les thèses indépendantistes, voire la sympathie avec le FLQ, est considérable.

Cliquer sur l’image pour s’abonner.

Le fil des événements

Il se passe peu de choses sur les campus entre le jour de l’enlèvement du diplomate britannique Richard Cross, le 5 octobre, et celui du ministre du travail du Québec Pierre Laporte, le 10. Comme certains syndicats, des groupes d’étudiants appuient « les objectifs » du FLQ et, comme Claude Ryan, René Lévesque et plusieurs autres, appuient l’idée de libérer les prisonniers felquistes en échange des otages.

La journée-clé est le 14 octobre. L’intellectuel du FLQ Pierre Vallières se rend à l’Université de Montréal et sa présence débouche sur le débrayage des étudiants de sciences sociales, en appuie aux demandes felquistes. Le lendemain, à la très jeune UQAM, des étudiants votent la grève et occupent deux des pavillons. La direction de l’Université décide de fermer toute l’institution à titre préventif.

Le 15 au soir, quelques heures avant le début de la rafle policière qui mettra presque 500 québécois en prison, ils sont 3000 rassemblés au Centre Paul Sauvé à Rosemont à reprendre les slogans felquistes, à l’appel des Vallières, Chartrand et Lemieux. Mais une fois la soirée terminée, les 3000 étudiants retournent sagement chez eux.

Ils se réveilleront dans un Montréal quadrillé par des soldats. Aucune manifestation n’est organisée, aucune émeute ne vient troubler la métropole.

En braquant sa loupe d’historien sur le mouvement étudiant de la fin des années 60, Bédard remet les choses en perspective. L’agitation étudiante du temps était réelle, mais désorganisée et fragmentée. Elle ne présentait aucun danger pour le pouvoir. Elle pâlit en comparaison des mobilisations étudiantes de 2005 et surtout de 2012. En Octobre 1970, pour observer au sein du mouvement étudiant de quoi appréhender une insurrection, il fallait une énorme dose de mauvaise foi. De toute évidence, cette mauvaise foi était au pouvoir.

On peut commander le livre ici.


Maintenant disponible

Pré-commandez ces jours prochaines et
obtenez la livraison gratuite (au Québec avec le Code Promo: octobre)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *