Octobre 1970 : L’exception canadienne

Lorsqu’on remet Octobre 1970 dans son contexte historique, une chose apparaît avec force: dans aucun autre pays démocratique aux prises avec le terrorisme et l’enlèvement politique, un gouvernement n’a, comme au Québec et au Canada, suspendu les droits de toute la population.

Dans cette époque de violence politique fréquente et multiforme, la France, l’Allemagne, le Royaume-Uni et, en particulier, l’Italie, ont voté des lois qui donnaient aux policiers des pouvoirs parfois exagérés. On a assisté à des dérapages, des bavures, des arrestations déraisonnables, de l’injustice caractérisée.

Voir: Derrière l’écran, la manipulation ?

Il faut voir, toutes affaires cessantes, Le documentaire Derrière les écrans de fumée (traduction de The Social Dilemma). Il explique avec une clarté que je n’avais vu ailleurs (pourtant je suis assez attentif à ces questions) la puissance avec laquelle les algorithmes de Facebook, Instagram et autres sont sciemment conçus pour vous retenir le plus longtemps possible en ligne. Pour maximiser les revenus de publicité, bien sûr.

Octobre 70: la grande peur de la jeunesse

Au cœur de l’argumentaire du pouvoir, en Octobre 1970, on trouve la jeunesse. Personne, à Ottawa, Québec ou Montréal, ne pense que le Front de libération du Québec, qui détient alors deux otages, puisse traduire son discours révolutionnaire en réelle tentative de prise du pouvoir. En réelle insurrection.

Or il faut pouvoir affirmer qu’existe au Québec, à ce moment, un état « d’insurrection appréhendée» pour invoquer la Loi sur les mesures de guerre qui donne aux policiers le droit d’arrêter et de perquisitionner sans mandats, puis de détenir des citoyens pendant 90 jours sans cautionnement.

1er juillet: Pourquoi la fête est-elle si triste ?

Fidèle aux traditions, je republie ce billet, d’abord écrit en 2010, chaque 1er juillet depuis. Il est un des plus populaires de ce blogue.

Je l’ai un peu modifié pour mieux expliquer aux plus jeunes l’ampleur de la menace que faisait peser l’église catholique sur ceux qui oseraient voter contre le parti pro-canadien.


Pour tout étranger établi au Québec, l’étonnement est annuel. La Fête nationale du Québec, le 24 juin, est un événement majeur.

Scandale « Mon Trésor »: Lettre ouverte à Isabelle Melançon

Voici le texte de ma dernière balado hebdomadaire.

Je tiens à vous alerter:
ce texte est au second degré, donc complètement ironique.

Isabelle, (avant je disais Chère Isabelle, mais je me suis corrigé, vous verrez pourquoi),

Illustration par Le sac de chips, Journal de Montréal

Ces jours derniers, Le Premier ministre François Legault a posé un geste insignifiant. Il a nommé à un poste sans importance, la présidence du Conseil du Trésor, une femme, Sonia Lebel. On lui reprochait auparavant de ne gouverner réellement qu’avec son trio économique, formé de trois hommes. Une femme en fait maintenant partie.