COVID: Darwin 19, Dieu 0

30Le coronavirus est darwinien à plusieurs égards. Il est sélectif. Il s’attaque aux membres de la tribu humaine qui présentent le plus de risques. Ceux qui sont physiquement déjà affaiblis, par l’âge ou la maladie. Ceux qui sont socialement plus exposés: quartiers populaires plus denses, familles plus nombreuses, itinérants. Ceux qui sont, de manière disproportionnés, aux premières lignes en santé et dans les services essentielles: des femmes, des immigrants, des noirs américains.

À voir (ou pas): Les deux papes – après les Fake News, la Fake History

Le film est extraordinairement intéressant. Les acteurs sont remarquables. Les dialogues, savoureux. L’arc narratif, savamment ficelé. On en ressort avec un très grand respect pour le pape actuel, François, et on se réconcilie avec son prédécesseur, Benoît, dont la rigidité idéologique s’efface derrière la sympathie qu’il éprouve graduellement pour le réformiste François, à travers lequel il entend la voix de Dieu. Dans la scène finale, l’argentin d’origine et l’allemand d’origine regardent ensemble la finale de la coupe du monde mettant en opposition leurs pays respectifs.