Un beau Chapleau de Noël

Étudiant en droit en 1976, j’avais fait plastifier deux caricatures de Chapleau et les avait affichées au mur de mon demi sous-sol. La première figure à l’impressionnant recueil Chapleau, publié cet automne et retraçant la jubilatoire carrière du caricaturiste.

C’était l’époque des « mesures Trudeau ». En cette période d’inflation galopante (plus de 10% l’an) Pierre Trudeau avait été réélu en promettant de ne pas geler les prix et les salaires, ce qui était l’engagement des conservateurs. C’est pourtant ce qu’il fit. Il en reste une trace dans une ritournelle de Sylvain Lelièvre de l’époque: « Les comptes s’empilent, su’l frigidaire / rapport au gel, de mon salaire / le gel des prix, on a compris / en attendant, on est mal pris. » (De la chanson Programme double.)

Au bout de sa plume, le jeune Serge Chapleau illustre la chose ainsi: Deux hommes d’affaires bien portants, chauves et fumant cigares agitent un drapeau du Canada, l’un d’entre eux tenant une valise portant l’inscription « Inflation ». Ils ont des billets de banque plein les poches. À côté, un travailleur couché par terre, sa boîte à lunch et sa casquette laissés au sol. Pierre Trudeau le surplombe et vient de lui donner un coup de poing. On lit: Trudeau terrassant l’inflation !

La caricature, d’une brutale actualité politico-sociale, fait partie de la collection offerte dans l’ouvrage. L’autre, qui ornait mon mur, n’y est pas. Je ne la trouve pas dans les archives données par le caricaturiste au Musée McCord (disponible en ligne ici) et je la lui ai un jour décrite mais Chapleau dit ne pas s’en souvenir. Elle était pire encore.

On voyait le même patron (chauve, cigare, veste et cravate) confortablement assis. Le titre de la caricature était quelque chose comme: Les travailleurs écrasés par le capital. La chaise sur laquelle était posé le patron était constituée… d’un ouvrier. Ses pieds et mains formaient les pattes, son torse, le dossier. Le patron nous regardait en disant: Je ne vois pas le problème !

C’est dire combien Serge Chapleau a accompagné la vie sociale, culturelle et politique du Québec des années 1970 à aujourd’hui. Son humour n’est pas neutre. Comme tous les caricaturistes, il traque le ridicule et l’exagére. Mais on sent derrière la plume une conviction sociale et nationaliste qui ne s’est jamais démentie. Les caricatures étant plus vues que jamais les éditos n’ont été lus, c’est Chapleau qui, dans la page éditoriale de La Presse, a le plus de poids.

Contrairement aux publications annuelles des meilleurs caricatures (et certaines inédites) de l’année, le super-album de 2020 est une pièce de collection. Les textes de Nicolas Forget et Christian Vachon, du musée McCord, retracent les étapes de la vie de Chapleau, le développement de son art, ses influences.

C’est un fort beau voyage.

Heureusement, il n’est pas encore terminé.

On peut commander l’ouvrage en ligne ici.


Cliquer pour commander. Versions numériques disponibles.

1 réflexion sur « Un beau Chapleau de Noël »

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *