Voir: Derrière l’écran, la manipulation ?

Il faut voir, toutes affaires cessantes, Le documentaire Derrière les écrans de fumée (traduction de The Social Dilemma). Il explique avec une clarté que je n’avais vu ailleurs (pourtant je suis assez attentif à ces questions) la puissance avec laquelle les algorithmes de Facebook, Instagram et autres sont sciemment conçus pour vous retenir le plus longtemps possible en ligne. Pour maximiser les revenus de publicité, bien sûr.

Mais cette maximisation de votre présence est fonction des réactions de votre cerveau à ce qui vous est présenté. Or, notre cerveau étant ce qu’il est, il réagit davantage à ce qui est choquant qu’à ce qui est apaisant. La force des algorithmes est leur capacité à adapter l’offre à ce qu’il a appris, grâce à vous, sur ce qui vous intéresse personnellement.

La crédibilité du récit repose sur les principaux intervenants: ce sont eux qui ont conçu plusieurs des outils informatiques qu’ils dénoncent maintenant, à Google ou à Facebook.

Aux extraits d’entrevue et aux montages explicatifs le documentaire ajoute une docu-fiction sur l’impact des réseaux sociaux dans une famille américaine moyenne, et on peut apprécier ou non cet aspect du film.

Les auteurs proposent aussi des graphiques de l’augmentation de l’anxiété, et du suicide, chez les jeunes au cours des 20 dernières années, ainsi que de la montée du populisme et affirment qu’il y a causalité directe entre la généralisation de l’utilisation des réseaux sociaux et ces aggravations. C’est loin d’être prouvé, le débat fait rage, mais on a de la difficulté à croire que les médias sociaux ne font pas partie du problème.

Le documentaire estime qu’il est illusoire de penser que les géants des réseaux sociaux vont s’auto-réguler. Ils ont des actionnaires qui réclament des rendements et les rendements dépendent de la publicité qui elle-même dépend des algorithmes qui vous gardent glués à vos écrans.

La réponse, ici comme pour le tabac ou le pétrole, ne peut venir que de lois et de règlements qui interdirait l’utilisation de certaines de ces fonctions. Il faut voir ces algorithmes comme les cigarettes du 21e siècle.

À voir sur Netflix.


Disponible pour pré-commander:
Le récit du plus grand abus de pouvoir de notre histoire

À partir de quatre heures du matin, le 16 octobre 1970, 500 Québécois sont emprisonnés, presque tous pour simple délit d’opinion. Les résidences de
4 600 Québécois, presque tous indépendantistes, sont perquisitionnées.

Ce livre suit à la trace comment est née, a grandi puis s’est imposée dans les têtes de Robert Bourassa et de Pierre Trudeau l’idée d’infliger au Québec un choc psychologique apte à traumatiser, non seulement les petits réseaux d’appui au terrorisme felquiste, mais l’ensemble du mouvement nationaliste.

L’ouvrage raconte aussi comment ces deux hommes ont dû surmonter de nombreux obstacles pour y arriver : manoeuvrer, mentir, inventer des complots et une inexistante «insurrection appréhendée».

Un véritable roman noir du pouvoir québécois et canadien.

Cliquez ici pour pré-commander

Cliquez sur une des images pour commander

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *