Voir. « Love Fraud » un docu #moiaussi comme nul autre

À un moment du documentaire Love Fraud, on demande au protagoniste principal combien de fois il a été marié. Il répond cinq fois. La documentariste lui donne le nom d’une autre femme. Ah oui, se souvient-il, elle aussi. Et une autre. Et une autre. Et une autre.

La violence conjugale n’est qu’un élément des quatre heures de reportage-poursuite Love Fraud. L’embobinage conjugal, l’arnaque amoureuse sont les sujets centraux. Un homme qui n’a rien d’un Casanova cible des femmes seules dans la quarantaine pour leur dérober, pour l’essentiel, le petit pactole d’une vie d’économies.

Elles finissent par se reconnaître, sur un blogue, échangent leurs expériences et décident d’embaucher une chasseuse de prime pour retrouver leur escroc et le mettre derrière les barreaux. Chasseuse de prime car l’homme fut reconnu coupable de quelques chefs d’accusation mineurs, fut relâché sous condition et a pris la poudre d’escampette.

Les documentaristes Heidi Ewing and Rachel Grady embarquent dans l’histoire au moment où l’embauche se fait et la poursuite s’amorce. Ce qui nous permet de suivre la progression de la chasse à l’homme et l’implication des victimes dans ce processus de recherche de la punition de l’escroc.

Le travail de montage est remarquable. Le travail d’animation visuelle ajoute au récit une patine d’étrangeté étonnante et bienvenue. Je le recommande fortement.

Sur Crave.


Cliquez pour commander. Version numérique disponible.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.