Mobilisation du communautaire, partielles et laïcité – La Semaine du Député de Rosemont

Rencontre des élus de Rosemont

2016-11-07-rencontre-des-elus-de-rosemontLa semaine a débuté avec une rencontre de la table des élu(e)s de Rosemont afin de discuter des enjeux importants pour le quartier : sécurité routière, écoles, financement des organismes, etc. C’est toujours un plaisir de rencontrer mes homologues des différents paliers de gouvernance afin de se concerter et trouver des solutions communes aux problèmes qui touchent nos citoyens.

Engagez-vous pour le communautaire : Rosemont en action! 

15052081_10157664554730623_1402762718_oDans le cadre de la campagne « Engagez-vous pour le communautaire », j’ai visité plusieurs groupes communautaires de Rosemont dont la CDC de Rosemont, Lettres en main, Parrainage Civique de l’Est de l’Île de Montréal (PCEIM), Action Autonomie, AQDR Rosemont, Centre Des Femmes Rosemont, ALPAR, Comité logement Rosemont.
Il faut que le financement de ces organismes soit adéquat. Plus que jamais, nous voyons les effets désastreux de l’austérité libérale sur les personnes vulnérables qui bénéficient du soutien d’organismes communautaires. Le gouvernement doit reconnaître aux organismes communautaires leur autonomie et leur capacité d’agir selon leurs valeurs. Il doit également cesser d’exiger d’eux qu’ils fournissent des services pour lesquels lui-même s’est désengagé. Plus de détails ici

Élections partielles : deux lancements réussis 

15007815_10157664615455623_1433458015_oLundi soir c’était le lancement de deux des quatre candidats aux élections partielles!

Richard Langlais est un entrepreneur de Verdun qui connait les enjeux et les préoccupations des résidents du quartier et c’est pour cela qu’il faut voter pour lui le 5 décembre prochain!

Deuxième lancement de la soirée, cette fois dans Marie-Vicrorin, circonscription qui sera bientôt dotée d’une députée dévouée et formidable : Catherine Fournier
Merci aux bénévoles et à mes collègues présents ce soir-là : Mathieu Traversy, Carole Poirier, Maka KottoStéphane Bergeron Verchères, Guy Leclair, député de Beauharnois, Diane Lamarre, Nicolas Marceau, Dave Turcotte et au candidat Marc Bourcier

Des amendements significatifs afin d’assurer la laïcité de l’État québécois

Dans le cadre des travaux entourant l’étude du projet de loi 62, sur la neutralité religieuse de l’État, nous avons présenté huit amendements afin de s’assurer qu’il corresponde aux attentes des Québécois sur cette question:

  • Inscrire le principe de la laïcité de l’État dans la charte québécoise des droits
  • Protéger l’égalité entre les femmes et les hommes
  • Reprendre le contrôle sur les demandes d’accommodements religieux

Problème d’éthique au PLQ

Après les allégations de fraudes à la SIQ de quatre libéraux la semaine dernière, j’ai talonné le Premier Ministre à ce sujet encore cette semaine. Comme si cela n’était pas assez, suite à la sortie du livre de M. Zambito, j’ai exigé de Philippe Couillard dévoile quelle est la proximité entre son cabinet et l’UPAC. Combien de fois son cabinet a appelé l’UPAC?

 

Une fin de semaine occupée dans les partielles!

15060202_10157678199480623_1734481603_oLe 5 décembre, jour de scrutin, approche à grands pas, voilà pourquoi j’ai passé la fin de semaine à sillonner les circonscriptions avec les candidats, à la rencontre des citoyens: métro de Longueuil, visite d’une ferme, tournée des centres commerciaux, etc. Les candidats et leurs équipes sont présentes sur le terrain et leur motivation est belle à voir!

 

 

 

Bonne semaine!



17 réflexions au sujet de « Mobilisation du communautaire, partielles et laïcité – La Semaine du Député de Rosemont »

  1. J’espère qu’une fois que le gouvernement aura rejeté vos propositions d’amendement, vous serez cohérent et n’appuierez pas ce projet de loi.

    Le PQ doit se tenir debout et ne pas flancher pour des raisons de stratégies politiciennes.

    • C’est aussi à cela que je m’attends mais j’aimerais que vous réussissiez à faire approuver plusieurs amendements dans le sens des propositions déjà faites par divers intervenants, et ce, afin que les néoquébécois constatent qu’en ces matières le Québec parle d’une même voix efficace pour notre société 2016-2020.

      Malheureusement, si comme je le pense, le PLQ maintien sa position du vide insignifiant, il faudra rechercher à faire consensus avec les différentes oppositions pour présenter un front commun de 60-70% lors de prochaines élections.

  2. Je viens de lire le reportage de La Presse sur le nouveau positionnement de JF Lisée et je suis extrêmement déçu. J’affirme haut et fort que je n’ai pas voté pour ça. On a des problèmes graves aux plans de l’immigration et de l’identité. Lisée s’y adressait dans la course à la chefferie, timidement c’est vrai, mais il n’avait pas peur d’avancer sur ces terrains et de proposer des solutions. 50 000 immigrants par année, c’est trop. On les reçoit mal, on les intègre mal et ils épousent les valeurs multiculturalistes trudeauistes qui dit ok à toutes les valeurs, y compris celles qui nous ramènent aux croyances et manières de l’ancien testament. Historiquement, avant Louise Robick, ministre libérale de l’immigration en 1987, le Québec accueillait environ 20 000 immigrants par année. Elle a convaincu le gouvernement Bourassa de l’époque de relever ce seuil à 50 000, parce que ce serait des votes pour le PLQ. Elle avait bien raison. On constate très clairement trois décennies plus tard les dégâts causés par cette politique de Louis Robick en particulier dans la région de Montréal. Le PQ y a disparu de la carte, mis à part quelques exceptions et on se fait envahir par des préceptes inacceptables. Maintenant élu chef, Lisée veut mettre ces problèmes sous le tapis alors que c’est fondamental. S’il pense faire avancer le PQ et la société québécoise en nous parlant d’économie, il se met le doigt dans l’oeil. Legault est plus crédible et intéressant que lui sur ce sujet. En plus, il n’a pas peur de discuter des problèmes d’immigration et d’identité. Il faut en prendre acte. Si Lisée n’a plus le goût ou le courage de faire le travail qu’il nous avait promis, just too bad, Legault fera l’affaire.

  3. Bonjour monsieur Lisée et madame Maltais,
    Les 8 amendements que vous suggérez d’apporter au projet de loi 62 sont effectivement de bon aloi , une sorte de pied dans la porte, surtout si le Parti québécois ,comme vous l’annoncez, a l’intention de reprendre ce débat en 2018 avec une nouvelle proposition de laïcité.
    Selon moi, reprendre ce débat en 2018 est à éviter. Il ne faut pas risquer un autre traumatisme identitaire. Il faut plutôt en finir avec cet enjeu, si possible. Pour y arriver ne devriez-vous pas madame Maltais revoir la présentation du mémoire de l’ASSOCIATION DES MUSULMANS ET DES ARABES POUR LA LAÏCITÉ AU QUÉBEC , le 8 novembre dernier. Il me semble que la ministre Vallée , vous-même ( sauf sur la question de la burqa…) et Nathalie Roy trouviez l’ approche intéressante. Moi aussi, je l’ai trouvé intéressante et pertinente. Parce que à plusieurs égards elle se rapprochait de la mienne contenue dans un mémoire pour la présentation duquel je n’ai pas été invité. Je me permets de vous coller un petit texte, envoyés aux journaux la semaine dernière qui rappelle l’essentiel de ma position. Ne pensez-vous pas madame Maltais et Monsieur Lisée que vous devriez considérer ce genre d’approche pour conclure positivement ce dossier avant qu’il ne devienne complètement toxique ?
    Merci de prendre note.POUR LE BÉNÉFICE DE MES CONCITOYENS
    La commission d’étude concernant le projet de loi 62 sur la neutralité et les accommodements religieux vient de terminer ses travaux . J’y ai proposé un mémoire sans être invité à le présenter. Je le résume ici sous la forme d’une PROCLAMATION DE LAÏCITÉ:
    1) L’État québécois et toutes ses institutions sont laïques et ne sont en aucune façon des lieux de cultes.
    2) La neutralité de l’État , de ses institutions, et de leur personnel à l’égard des religions, des croyances ou incroyances religieuses est un devoir moral.
    3) La Charte des droits et libertés de la personne du Québec est la référence première en ce qui concerne le respect des libertés des citoyens y oeuvrant, en particulier la liberté de conscience et de religion.
    4) La liberté de religion permet donc à un citoyen ou à une citoyenne qui le désire de porter un signe religieux, à sa convenance, pour y donner ou recevoir un service et ce, en toute dignité en montrant minimalement son visage.
    5) La liberté de conscience, est choisie pour être au coeur de la laïcité québécoise, et précède tout choix religieux.
    6) En conséquence, à chaque année , une journée ( ou une semaine ) est dédiée à cette liberté. Chacun et chacune est alors invité(e) à s’abstenir de porter un signe religieux.
    7) Au nom de cette liberté de conscience, l’Assemblée nationale a choisi de remplacer son crucifix, un élément important du patrimoine, par l’inscription de trois valeurs ancestrales : LIBERTÉ, FIDÉLITÉ, PARTAGE.
    Cette PROCLAMATION et son esprit devrait inspirer bien sûr la bonification de PL62 avant son adoption par tous les partis . Et ainsi bonifié, je souhaite que mes concitoyens parlent de cette loi comme d’un outil essentiel pour préserver la paix sociale.
    Denis Forcier
    9 novembre 2016

    • La neutralité de l’état ne saurait d’aucune façon remplacer la laicité de l’état. Ce n’est qu’une demi-mesure qui repousse le problème vers l’avant. La situation s’empirera et il nous faudra à nouveau légiférer.
      Nos lois devraient faire appel aux convictions profondes des gens et non répondre à des besoins électoralistes.
      Avec la loi 62, c’est la religion qui entre dans l’état.
      Le PQ ne doit pas donner son aval à cette loi. Mme Houda-Pepin la rejette tout ncarrément.

    • L’identitaire traumatisme? L’identité revêt un caractère d’épanouissement et de conviction qu’a un individu de faire partie d’un groupe social : en ce sens l’identité en terre Québécoise est souvent assez remarquable par sa capacité d’intégration de l’autre pour être des nôtres!
      L’identité malmenée par la Charte canadienne sur tous les fronts – langue française, laïcité, égalité citoyenne, pouvoirs exclusifs de l’assnat –, aidée des fédéralistes de mauvais aloi, une certaine gauche et autres tordeurs de mots rendant l’ « identitaire » suspect, l’identité est à promouvoir en tout temps, à tous vents, tous azimuts, sur tous les fronts, sur tout le territoire, par tous les citoyens, incluant les politiques!

  4. Il y a une religion qui ne veut reconnaître pas la laicité de l’état: l’islamisme. Nous sommes à nous donner lois, règlements et accommodements pour et à cause de l’islamiisme. Pourtant ni vous, ni personne à l’Assemblée nationale ne reconnaissez ce fait.
    Les religions sont des idéologies. C’est pourquoi nous avons le judaisme, le christianisme, le boudhisme…et l’islamisme. Par contre, les musulmans ont réussi à nous faire faire une distinction imaginaire entre islam et islamisme. L’islam serait la religion. Et l’islamisme serait le politique. Par contre, les deux aspects relèvent des mêmes textes et sont sujets aux mêmes interprétations. Ainsi ils ont le beurre et l’argent du beurre. Il nous faut refaire nos schèmes de pensée: la religion musulmane est l’islamisme.
    Et comme les autres religions, il faut que l’islamisme se réforme pour admettre, comme les autres, que son royaume n’est pas de ce monde. C’est à l’islamisme à faire les accommodements.

  5. La laïcité est un des supports à la démocratie, un fondement de notre vouloir vivre ensemble et la religion, c’est une culture. C’est aussi cela qui est graduellement dissout dans le refus d’une présence du religieux dans l’espace public. L’Occident a dissout le sens collectif en laissant les individus face à eux-mêmes. Voilà une nouvelle tendance difficile à vivre pour la majorité de la population. Il ne faudrait pas qu’au nom de la laïcité, on supprime le lien social que peut apporter la religion. Ce serait affaiblir toute notre société.
     
    L’Église catholique défend la laïcité explicitement avec le Concile Vatican II. Celle-ci forme le cadre nécessaire pour l’engagement libre des chrétiens dans le monde, munis de toutes les réflexions et propositions de l’enseignement social de l’Église. Cette laïcité garantit le libre exercice de tous les cultes et empêche la montée des tensions entre religions. Mais il importe de limiter la laïcité à cette séparation des religions et de l’État pour éviter qu’elle ne crée la dynamique d’un combat antireligieux.
     
    Une civilisation de l’humanité se profile; et ce n’est pas par hasard, à l’encontre de la prophétie menaçante de ceux qui, dans les années soixante et dix, avaient prévu l’affirmation implacable d’un monde purement mondain net sans religion. Alors, aucune société ne peut se développer sainement sans affirmer le respect réciproque entre politique et religions en évitant la tentation constante du mélange ou de l’opposition.
     
    Quant à moi, j’ambitionne vivre dans une société, non pas où on muselle les religions, mais une société qui permet à celles-ci d’enrichir la vie sociale elle-même.

    Il y a une fausse laïcité qui se traduit dans les faits par une politique contribuant à accélérer un certain effacement du religieux; aujourd’hui tout un courant militant qui souhaite étendre la référence de l’espace publique à la laïcité, non seulement à l’État mais à la société entière, réduisant ainsi l’expression publique et sociale des religions. Il s’agit d’une forme de laïcisme qui veut enfermer le religieux dans le domaine du privé et de l’intime et lui interdire toute forme d’expression dans l’espace public.
     
    Une société démocratique est une société plurielle, où dans le respect de l’ordre établi, toutes ces expressions publiques des religions doivent pouvoir se manifester. La laïcité désigne la neutralité de l’État et son indépendance vis-à-vis les fois religieuses et des convictions philosophiques. L’État n’est pas soumis à aucune religion, ce qui ne veut pas dire qu’il n’a pas de relations avec elles.

    Pour résumer, l’expression publique et sociale de sa foi fait partie du droit de chaque croyant; d’autant plus que c’est l’État qui est laïc, ce n’est pas la société. Alors, l’État ne doit pas se montrer neutre en bannissant tous les symboles religieux, mais en accordant à tous la possibilité de les afficher.

    • m. gASCON VOUS ÉCRIVEZ: !!! N’oubliez-vous pas les États* et activités et projets où la SHARIA** s’impose les lois civiles de l’État sont contrecarrées. Nous avons un exemple récent du ‘projet de Brossard’ qui a été refusé par la population et les élu(e)s (sauf le Dr Barrette) à cause des clauses de type chariatiques qu’il comportait.

      * Ils sont très nombreux en Orient

      **qui codifie à la fois les aspects publics et privés de la vie d’un musulman, ainsi que les interactions sociétales

  6. Maintenant que Legault se dit fier d’être canadien, je crois qu’il est temps de parler d’indépendance et de devancer l’échéancier pour un référendum.

    • Daniel Roy: « Parler d’indépendance ». Ça fait des siècles qu’on ne parle plus d’indépendance au Parti québécois. Dans une assemblée de mon député péquiste, j’ai demandé à la fin de la soirée si le Parti québécois était encore séparatiste. Après deux heures de « jasage » sur différents sujets, il n’avait jamais été question de ce sujet, et jamais mon député « péquiste » n’écrit sur ce sujet dans les journaux locaux. Depuis Lucien Bouchard, nos dirigeants sont des fédéralistes!

    • De Québec, bonjour M. Roy. Les gens ne sont pas prêts pour faire l’indépendance. Alors pourquoi se précipiter ? C’était l’option de Mme Martine Ouellet et les membres ont choisi M. Lisée pour son expérience et ses idées pour devenir le chef du P.Q. . On reparlera de l’indépendance le moment venu, ne vous inquiétez pas pour ça. Il faut juste être patients(es) et amener le reste de la population vers un référendum gagnant. Si on devance, on frappe un mur et ce sera terminé pour toujours croyez-moi. Merci.

  7. Bonjour de Québec M. Lisée. On rêve en couleurs à propos de M. Couillard. Jamais il n’admettra quoi que ce soit quand vous lui posez des questions à L’Assemblée Nationale ! Il ne sait plus quoi dire, ni ses Ministres aussi, pour détourner l’attention et le sujet. Il met tout ça sur votre dos, fait des amalgames avec vous et M. Legault , se permet de vous suggérer d’autres questions etc… Bientôt il se cachera derrière le Père Noel tellement il se sait plus quoi répondre sauf la vérité. Et dire qu’on en a pour longtemps à moins que l’U.P.A.C. fasse son travail correctement et rapidement. Des têtes vont tomber mais quand ? Comme le disait Mme Agnès Maltais, c’est le plus gros scandale pour un gouvernement depuis des décennies ! Le Premier Ministre veut balayer tous ses scandales sous le tapis mais un moment donné la poussière l’étouffera ! Les allégations concernant la S.I.Q. , M. Couillard ne l’avouera jamais même s’il était Ministre sénior au sein du gouvernement Charest. En voilà un autre qui aura des comptes à rendre. Qu’il ne pense pas s’en sauver comme ça ! L’effet boomerang prend du temps à se manifester mais cela viendra. Merci.

    • Je veux ajouter ceci en ce qui concerne les promesses non-tenues du gouvernement Couillard. C’est incroyable ! C’est le mot que vous répétiez sur la scène quand vous avez gagné la course à la chefferie. Un mot peu avoir plusieurs significations dépendamment la situation. Pour les promesses des Libéraux, je n’y crois plus depuis longtemps. C’est de l’opportunisme quand M. Couillard fait des annonces à cause des partielles alors que ce sont des promesses non tenues depuis deux ans de gouvernance. INCROYABLE mais vrai !

    • Je désire ajouter, que, comme toute bonne citoyenne de la ville de Québec, je crois que M. Couillard se cachera à partir de la mi-janvier jusqu’à la mi-février derrière le Bonhomme Carnaval, ou dedans s’il le désire ! Parce que rendu en février notre Premier Ministre ne saura vraiment plus quoi dire dans ses non-réponses à L’Assemblée Nationale.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *