L’immigration ? La faute au PQ !

S’il fallait choisir parmi les bévues du gouvernement Trudeau, il y aurait suffisamment de matière pour devoir la sérier. Dans la catégorie « déconnexion », on mettrait les vacances chez l’Aga Khan et chez l’ami milliardaire de la Jamaïque ainsi que le loufoque défilé de mode lors d’une visite en Inde. Dans la catégorie « inaptitude », il y aurait les délais de délivrance des passeports et la saga d’ArriveCAN. Sous « copinage », on trouverait les juteux contrats aux amis de McKinsey et compagnie, l’affaire SNC-Lavalin et celle de Mouvement UNIS. Dans la colonne « insouciance », il faudrait rappeler la promesse de 2015 de Justin Trudeau de créer de petits déficits qui se résorberaient d’eux-mêmes et sa lenteur à réagir à l’influence étrangère.

Les Kebs contre-attaquent

Logo de l’ancienne équipe de Basketball les Kebs

L’avantage avec les familles nombreuses, c’est qu’elles nous permettent de mesurer les changements sur une longue période. Isabelle Létourneau et son conjoint, Vincent Hubert, ont vu leurs enfants grandir pendant 18 ans dans une même école primaire, publique et francophone, à Montréal. À la fiesta organisée à la fin de chaque année, ils ont vu fondre la place donnée aux chansons francophones. Chaque année à Noël, un choeur d’enfants du primaire apprenait et présentait une chanson de Leclerc — comme Le train du Nord — ou de Vigneault. Le budget a été comprimé.

Ignorance crasse linguistique

Il faut bien distinguer les choses. Il y a d’abord l’ignorance dans son état premier. Il suffit de ne pas savoir quelque chose pour en faire preuve. Ce n’est pas grave : la condition trouve son remède immédiat dans l’acquisition de savoirs. Un effet secondaire du phénomène est d’apprendre suffisamment de choses pour se rendre compte de l’ampleur de ce qu’on ignore. Puis il y a l’incompétence. La chose s’applique à ceux dont c’est la fonction de savoir, mais qui, par paresse intellectuelle ou par incapacité de traiter correctement l’information à leur disposition, disent des bêtises sur des sujets qu’ils devraient maîtriser. Un peu plus loin, pour paraphraser le regretté Jean-Pierre, on trouve l’ignorance crasse. C’est, surtout en politique, la condition la plus grave. Il s’agit d’une personne qui pourrait savoir, qui devrait savoir, qui a tous les outils à sa disposition pour savoir, mais qui prend la décision de ne pas savoir.

Suprême compte à rebours

Enfin, on arrive en finale. Quelqu’un finira par avoir la coupe. On saura qui mène en ce pays : les élus de l’Assemblée nationale, utilisant les règles qui leur ont été imposées en 1982 par le reste du pays et la reine Élisabeth II en personne, ou alors des juges qu’on aura convaincus de changer ces règles en cours de partie et a posteriori pour déclarer nuls et non avenus les buts comptés par les Alain Côté du Québec, ces cocus de la Constitution ?