Francoblanchiment (et la réponse de l’OQLF)

Dans une conversation, un interlocuteur vous balance : « De toute façon, on peut faire dire n’importe quoi aux chiffres ! » Mon conseil est de poliment changer de sujet. Cette personne ne sait pas de quoi elle parle. Il est rarissime, dans le débat public, qu’un faux chiffre soit utilisé. Il arrive qu’une statistique soit brandie comme la seule valable, alors que d’autres offrent un éclairage différent, et aussi légitime, d’une même réalité. Le chiffre n’est pas en cause. Il est franc. Il dit ce qu’il a à dire. Les paumés des statistiques sont ceux qui ne savent pas ce que le chiffre veut dire, ou qui dédaignent la lecture des méthodologies.

Sauver Canadian Tire ? Vraiment ?

Un spectre hante le Québec : le spectre de la nette prédominance du français. En juin 2025, sur toutes les devantures commerciales, presque tout ce qui est lisible devra être, pour les deux tiers, en français. Les autres langues, dont la plus envahissante, ne pourront plus avoir la part du lion. Sauf pour ceux qui ont choisi comme emblème commercial un nom propre — Tim Hortons, McDonald’s, Reitmans. Une désignation anglaise, comme Holiday Inn, devra être entourée de mots puisés dans la langue de Vigneault cumulativement deux fois plus imposants. Pour Holiday Inn sont disponibles : eau courante, chauffage inclus, télé couleur et lit d’eau sur demande.

Les Québécois, ces mécréants

L’émission de radio de loin la plus populaire au Québec commençait à 19h00 (on disait sept heures). Elle ne durait qu’une quinzaine de minutes. Elle était, à deux égards, répétitive. Chaque soir la même vedette, car c’en était une: Le Cardinal de Montréal, Paul-Émile Léger. Deux montréalais sur trois l’écoutait, c’est le cas de le dire, religieusement. Le script ne variait jamais. Il récitait, chaque soir,  le chapelet. Lui-même étant constitué de la répétition des Je-Vous-Salue-Marie ponctuée de Notre-Pères. Ce n’était pas un enregistrement. Le prélat était, comme ne le disaient pas encore les Français, en direct-live.

Carte électorale: une modeste proposition

Tel un éternel rappel de votre dentiste, toutes les deux élections, la Commission de la représentation électorale insiste : notre démographie est en guerre avec notre démocratie. Le poids électoral du citoyen québécois dépend de son code postal. S’il habite aux Îles-de-la-Madeleine, l’électeur est 4,5 fois plus puissant que le citoyen moyen. Autrement dit, il faut 4,5 fois moins d’électeurs pour choisir un député qu’ailleurs.