Lire: Lettre d’amour au Québec

Québec, Josée Boileau

Fêter le Québec, aimer le Québec, être fier du Québec, en 2019, qu’est-ce que ça peut vouloir dire, exactement, concrètement ?

La journaliste Josée Boileau, qu’on a beaucoup lu dans les pages du Devoir, s’est posée cette question toute bête.

Au-delà des débats du jour, des nids-de-poule et des inondations, au-delà donc des tracas de toute vie quotidienne, individuelle et nationale, où se cache notre attachement au pays ?

Lire: La réticente, Michelle Obama

Michelle ObamaCe qu »il y a de plus remarquable dans le récit autobiographique de Michelle Obama est la contradiction entre sa vie souhaitée et sa vie vécue.

Dans le premier acte il y a la jeune femme déterminée à utiliser à plein le levier de l’éducation pour dépasser ses origines modestes de classe moyenne inférieure noire du South Side de Chicago et devenir une professionnelle travaillant dans une tour à bureau du centre-ville.

Lire: Stiglitz et les ratés de la concurrence

Joseph Stiglitz, People Power ProfitsDans cet ouvrage écrit avec pédagogie, pour un public vaste, le Nobel Joseph Stiglitz examine les maux qui minent le capitalisme au XXIe siècle… et propose des remèdes.

Son diagnostic n’est pas qu’économique. Il est à bon droit troublé par la montée de l’avidité, de la cupidité et de l’absence de scrupules maintenant visibles dans presque tous les cercles de pouvoir aux États-Unis.

Lire: La guerre des métaux rares

 terres rares, ChineLes métaux indispensables à nos téléphones intelligents, à nos éoliennes et à nos panneaux solaires sont-ils la face cachée, sale, du virage écologique ?

Dans ‘La guerre des métaux rares’ le journaliste Guillaume Pitron offre à la fois un reportage et une analyse de ce dilemme émergent.

Reportage, car il se rend dans les lieux d’extraction de ces métaux. La condition des mineurs est pitoyable, les précautions environnementales, inexistantes.

Lire: Éclairant/Épeurant voyage chez les Guerriers de la justice sociale

Les contraires s’attirent. Ou du moins ils m’attirent. D’où cet aveu:

C’est parce que j’ai lu et fait la recension du dernier livre de Mathieu Bock-Côté (L’Empire du politiquement correct) la semaine dernière que j’ai décidé de lire et de rendre compte du livre qui en est son exact opposé, et qui aurait pu s’appeler « Apologie du politiquement correct », par Judith Lussier.