Suggestion de lecture à Justin T.

Il y a quand même du progrès.

Récemment, Justin Trudeau prétendait que c’était un « mythe » de dire que le Québec n’avait pas signé la constitution de son père.

Ce mercredi, le nouveau chef libéral admet que cette signature n’a pas eu lieu. Bravo. Il prétend cependant que c’est la faute du gouvernement souverainiste québécois de l’époque.

Il lui reste à apprendre que le chef libéral de l’époque, Claude Ryan, ne voulait pas la signer non plus, ni ses successeurs Robert Bourassa ou Jean Charest. (Pour Philippe Couillard, c’est moins clair pour l’instant.)

M. Trudeau 2 a besoin de lire encore un peu, c’est certain. Notamment au sujet de René Lévesque, l’homme qu’il tient pour responsable de la non-signature du Québec.

Il me fait plaisir de lui suggérer l’extrait suivant d’un livre récemment publié, La bataille de Londres, de Frédéric Bastien, qui met en parallèle l’approche Trudeau-père et l’approche Lévesque:

La Bataille de Londres par Frédéric Bastien

Irascible, intraitable, Trudeau multiplie les attaques contre Lévesque dans les discussions subséquentes, à tel point que ce dernier apparaît soudainement comme un modéré aux yeux de plusieurs de ses collègues provinciaux. Le chef péquiste négocie de bonne foi, déclare Sterling Lyon, premier ministre du Manitoba. Vous avez transformé le débat constitutionnel en vendetta contre Lévesque, ajoute Bill Bennett, Premier ministre de la Colombie-Britannique.

Entre la vision que présente René Lévesque du Canada et la vôtre, je préfère la sienne, enchaîne le Premier ministre de Terre-Neuve, Brian Peckford. « As-tu un petit sac, je crois que je vais vomir », chuchote Chrétien à l’oreille de Trudeau.

Angus Mac Lean, premier ministre de l’Île-du-Prince-Édouard, explique :

« Au fil des discussions, mon respect pour le premier ministre québécois, René Lévesque, n’a fait que croître et mon estime pour Trudeau s’est effritée. J’ai vu en Lévesque quelqu’un de raisonnable, d’absolument pas guindé ou rigide. J’ai eu le sentiment que, si les politiciens fédéraux avaient eu avec lui le même type de rapport que moi, nous serions parvenus à un compromis quelconque au sujet de la Constitution. Trudeau a fait preuve d’une grande hostilité. »

Comme le notera (le Haut commissaire britannique à Ottawa) John Ford dans une dépêche pour Londres, « galvanisé par des sondages qui font état d’un appui dans tout le pays pour des changements constitutionnels, M. Trudeau vise à dépeindre les premiers ministres provinciaux comme des politiciens non représentatifs, égoïstes et assoiffés de pouvoir, sans vision d’un Canada uni, ainsi qu’à fixer le cadre d’une action unilatérale. »

 

Mes débats publics avec Justin T m’ont valu cette caricature d’Ygreck:

6a00d8341c5dd653ef017eea6ce2cb970d-popup 6a00d8341c5dd653ef017eea6ce2cb970d-800wi



12 réflexions au sujet de « Suggestion de lecture à Justin T. »

  1. Un voeu qui ne pourra jamais se réaliser : un débat direct et public entre Lisée et Trudeau. Ouf ! Je vois d’ici le massacre !

  2. Il faudrait rappeler à fiston Trudeau que Lévesque n’était pas là lors de l’entente du lac Meech (1987).Accord entre les 10 provinces et le fédéral. Les 10 provinces denaient faire ratifier cela par leur Assemblée législative respective, au plus tard en juin 1990.
    L’encre de l’accord n’était pas encore sèche quand Trudeau s’est déchainé contre ledit accord. Au point que le Canada anglais, peu à peu, a changé d’avis.Or, au printemps 1990, 2 assemblées législatives n’avaient pas signé :Newfoundland et Manitoba. Elles ne signeront jamais. Sous la recommandation de Trudeau et Chrétien, le Canada anglais reniera parole et signature.

    Je m’en souviens comme si c’était hier. Le 23 juin 1990, en pleine convention du PLC qui allait élire Chrétien comme chef, à Banff, en pleine télé, Bryan Peckford (p.m. de Newfoundland et disciple de Trudeau) se jette dans les bras de Chrétien. Et ce dernier de lui dire: » Thanks for all you have done! ». Il venait de couler Meech.

  3. Bonjour M. Lisée, pendant que M. J. Trudeau et d’autres amusent la foule, il y a des Québécois qui ont encore assez de fierté pour manifester de la colère, de l’humiliation, après l’ indignation que nous reste t’il suite à cette arnaque de ce que l’on appelle constitution. Si le livre de M. Frédéric Bastien est source de chicane pour certains, il y a des gens comme moi qui attendent la suite des choses, pour finalement laisser au temps, le temps de se dire que peut-être avons nous rêvé.
    Les indépendantistes sont épuisés, fatigués de supporter le poids des gros sabots de ceux qui croient que nous sommes tous des carpettes. Ce qui est curieux et encore plus blessant c’est que ce sont des Québécois qui ont rendu possible l’ asservissement dans lequel nous nous trouvons.
    Plusieurs se cachent derrière ce qu’ils nomment la démocratie, je préfère dire dictocratie pour exprimer mon opinion du système dans lequel on nous a amener.
    À quoi sert de former des gens dans les plus meilleurs universités si ces élites du savoir n’ont pas vu les turpitudes et élucubrations de PET. Où étaient les acteurs de l’époque autres que politiciens pour juger de la légalité du déroulement des choses.
    Tellement occupé à parler d’économie pour le 1% de ce monde, les affairistes se foutaient du peuple qui lui voulait préserver sa dignité. Là on ne parle même plus de dignité, de respect, c’est gênant de plus en plus de défendre notre coin de terre tellement il y a de traître parmi nous.
    Le système parlementaire actuel laisse trop de pouvoir dans les mains d’une seule personne. Les gens, avec les médias sociaux, l’information qui circule, l’éducation aidant, tout ça est risqué. Je pense que beaucoup de Québécois en on marre de la complaisance d’arrivistes de tout acabit, de la concentration des médias soumis au pouvoir de l’argent, de la réduction du caractère dégradant de ce document que l’on appelle constitution alors que la population ne s’est jamais prononcée sur le contenu, de la cogitation entre la justice et le politique, la collusion entre le gouvernement et la mafia, et tout cela se passe alors que sans le concours d’avocats, de comptables véreux ce seraient largement plus difficile.
    L’état est le régulateur des frasques de la nature humaine, alors si l’État ne fait pas le travail qu’il est censé faire, les réparations envers les injustices faites au peuple, faudra penser à s’adresser aux tribunaux internationaux ou autrement
    Comme disait Pierre Falardeau les ostis d’Elvis Gratton. Les articles de Josée Legault nous fait bouillir le sang dans les veines.
    Et dire que Justin Trudeau est au parlement du Québec, si un jour je veux que l’on dit de moi que je suis effrontée j’aimerais avoir ce petit fendant pour modèle mais je vais mourir avant.

  4. Ce n’est que le début des discours vides du fils. Marc Garneau avait raison.
    Il y a un contenant sans contenu…est-ce que l’Ontario va acheter, j’en doute!

  5. Trudeau père était féru de droit constitutionnel, il avait enseigné cette discipline à l’université de Montréal avant de se lancer en politique. Sa formation juridique l’avait fort bien préparé pour faire son coup de force avec le rapatriement de la Constitution et, dans sa tête, faire enfin du Québec une province comme les autres. Son fils, avec ses études en littérature anglaise et en art dramatique (n’a-t-il pas enseigné dans ce domaine pendant deux ans, selon la publicité négative des Conservateurs?) est plutôt mal outillé, en tant que potentiellement futur premier ministre, pour comprendre les tenants et aboutissants de toute l’affaire du rapatriement de la Constitution. Bien sûr il peut, comme n’importe qui d’entre nous, profiter de vos suggestions de lecture, mais il a un sacré rattrapage à faire. La publicité négative des Conservateurs est méchante pour lui. Malheureusement ils ont raison sur le fond: Justin Trudeau n’a pas la compétence pour aspirer au poste de premier ministre.

  6. Le fils Trudeau aurait intérêt a lire et comprendre l’histoire pour se faire une idée juste de ce que son célèbre père a fait dans le passé et évitons de parler du recours a l’armée …. Comme cela le fils Trudeau évitera de dire des sottises en parlant de mythe et éviter de devenir un mythe lui-même …..

  7. J’ajoute ceci dans une nouvelle constitution les décideurs anglophones déjà établies au Québec pourraient bénéficier d’une loi 101 pour protéger l’anglais au Nouveau Québec. De cette façon leurs craintes seraient dissipées et il serait possible de les rallier a notre causes si un Québec comme pays devient plus performant alors je ne crois pas que ces personnes vont cracher sur une plus grande prospérité. Ce sont des hommes et des femmes comme nous a la seul différence qu’ils ont sans doute peur de perdent leurs racines. Le Nouveau Québec doit se faire avec tous les intervenants de tous les partis politique confondu.

  8. M. Lisée bon commentaire et merci. Maintenant je ne sais pas si vous allez prendre connaissance de ce que je vous écrit mais j’espère que oui ou si ce n’est pas vous ce seras lu par des intervenants important dans notre cause.
    Ceci étant dit: Il y a beaucoup de travail a faire même que cette phrase ne semble simple pour la tache colossale de faire du Québec un pays. Il serait intéressent de créer une table de négociation Québécoise pour amorcer un système de transfert de pouvoir, créer une charte et bien d’autre chose comme garantir un transfert des pensions de vieillesse et de chaumage a la population inquiète de faire ses paiements. Vous savez qu’un parti comme les libéraux n’auront plus raison d’être après un oui a un référendum a cause de leurs fédéralisme alors il serait intéressant que si il ne veulent pas que leurs parti ne meurt avec la naissance du pays pourrais se joindre a une négociation sur les façons de transférer les pouvoirs. De ce fait avec leurs accord il ne serait plus possible que ces personnages rallie le camp du non. Le but n’est pas de les rendent indépendantiste mais de leurs offrir une plateforme pour qu’ils représentent leurs électorats au cour des débats sur une nouvelle constitution Québécoise et un transfert des argent et pouvoir. Pour l’enjeu est grand car sans leurs appuis aux changement ces partis meurt avec la naissance du Pays, ou survivent a conditions qu’ils travail a un nouveau pays.

  9. Étonnant extrait. Mais qui parle? Si quelqu’un pouvait entendre ce que Chrétien chuchotait à l’oreille de Trudeau, il serait intéressant de savoir la perception de qui est relatée dans cet extrait.

  10. Merci! À vous et toute votre équipe de nous faire part de vos connaissances, de vos réalisations, de vos (nos) projets de société.
    Je vous (nous) suggère de créer une TABLE DE SAGES et je veux en faire parti.
    Nous avons au Québec des gens d’une expérience, d’une conscience et d’une sagesse qui vous donnerait un regard et une lumière qui apporterait une force à vos décision.
    Au plaisir,
    Estelle Miousse

Les commentaires sont fermés.