Un printemps caricatural

Les suites de l’élection, la rentrée parlementaire, la pré-course à la direction du PQ ont nourri les caricaturistes ces derniers mois.

À mon habitude, je vous en présente les meilleures:

D’abord Chapleau montre Bernard, Pierre-Karl et moi fort jaloux du résultat référendaire en Ukraine.

Chapleau, La Presse

Chapleau, La Presse

Ygreck nous réunit pour une Fête nationale québécoise moins festive.

Ygreck, Journal de Montréal

Ygreck, Journal de Montréal. (Notez que c’est Pauline dans le rôle de la Vierge, mais l’enfant est non-identifié.)

Chapleau semble penser que j’ai emprunté quelque chose à Bernard, qui lançait à tous une invitation à se joindre au PQ.

Chapleau, La Presse

Chapleau, La Presse

Mais Bernard n’est pas rancunier. Après les problèmes cyclistes de Pierre-Karl et de Sylvain Gaudreault, il me prodigue d’excellents conseils de prudence:

Ygreck, Journal de Montréal

Ygreck, Journal de Montréal

Bon été !



14 réflexions au sujet de « Un printemps caricatural »

  1. Bon été à vous; également, ajouteraient Françoise, Amir et André.

    Pour moi et sa compagne, c’est bien parti : à moins de 100 mètres de Diane Dufresne et Michel Rivard le 23 juin, de moins de Régis Labeaume le 1 juillet et à portée respectable des ovations incroyables à Lady Gaga le 3, fête locale.

  2. Uen petite réflexion :

    Sommes-nous maîtres chez nous?

    Jean Lesage a été le premier à nous dire qu’il faut être maître chez nous avant que René Lévesque nous en donne le pouvoir en nationalisant l’électricité. À cette époque, les « gros » nous disaient que nous serions ruinés si on osait se prendre en main.

    Au moins 40 ans plus tard, le gouvernement fédéral continue de nous mener par le bout du nez. Qu’attend le fédéral puisqu’il a été après MMA le principal responsable de la tragédie de Lac-Mégantic pour défrayer les coûts d’une voie de contournement? Qu’attend-on au gouvernement du Québec pour exiger que le fédéral prenne ses responsabilités? Est-ce que l’union fédéraste au Québec est plus importante que la vie des citoyens? Que faisait le gouverneur général du Canada, le symbole même de notre colonialisme, à Lac-Mégantic?

    Lac-Mégantic n’est malheureusement pas le seul exemple du colonialisme qu’entretient notre appartenance au Canada. Malgré toutes les voix, le fédéral maintient qu’envers et contre tous nous devrons accepter un poste de péage sur le pont Champlain.

    Quand le Québec passe des lois, le fédéral ou la Cour suprême remet le Québec à sa place. Quand aurons-nous le courage et le respect envers nous-mêmes pour devenir les vrais maîtres chez nous?

  3. Bonjour, on va essayer de passer un bel été ??? avec les libéraux au pouvoir on est déjà dans la « shnout ». Les corrompus libéraux continuent à nous rire en pleine face. Heureusement, que M. Castonguay a fait une sortie légitime concernant Yves Bolduc. Il n’est pas digne comme Barette et Couillard d’être au pouvoir. Les avoir au pouvoir c’est dangereux pour le peuple. Libérez-nous des libéraux !!!!!

  4. le dit Dr Bolduc
    Je viens d’entendre au bulletin de nouvelles, que monsieur Bolduc désire que la RAMQ de faire enquête sur son cas. «Boulshit» !
    Monsieur Bolduc, nous ne disons pas que vous ne respectez pas la plus riche convention collective de tous les temps au Québec, nous disons que c’est honteux en ces temps de coupures budgétaires que vous soutiriez des sommes d’argent éhontées des québécois.
    Nous partageons sans réserve la position de Monsieur Castonguay. RIen ne vous autorise à manquer autant d’indécence monsieur Toyota.
    J’espère monsieur que vous saurez aussi trouver le bon truc qui vous permettra de trouver l’argent pour l’Éducation à moins que vous continuiez à empocher les les coffres des écoles privées. Monsieur Bolduc, alias Toyota, nous n’avons plus confiance en vous.
    Quelle serait la répartie de Toyata, monsieur Bolduc ? Le profit individuel ? Dites-le donc et tout sera plus simple.

  5. Félicitations pour votre excellent sens de l’humour 🙂 En tant que citoyen et ancien organisateur politique (pas pour le PQ…), je pense que vous êtes celui qui se rapproche le plus de René Lévesque…et là je ne parle pas de ses compétences avec les femmes…;-)
    Vous ferez un excellent Chef du PQ avec Bernard comme bras gauche…et PKP comme bras droit qui pourra prendre plus d’expérience en politique à vos côtés…:-)
    Bonne chance dans votre rêve 🙂

  6. Bonjour

    oui, il ne nous reste que l’humour pour se remonter le moral.
    J’en profite pour moi aussi dire ma colère contre le PQ pour s’être fait si naïvement organisé pendant la campagne électorale mais aussi pour ses comparativement petites mais bien présentes magouilles qui ont commencé à transparaître à la commission Charbonneau.
    Mais je n’en démord pas , le PQ est notre seule planche de salut, si et seulement si on arrête d’accepter de se faire fermer la gueule, comme en 1763 par le Traité de Paris, par les armes, la dépossession de toute économie ( monnaie), la faim et la peur, comme 75 ans plus tard par l’armée, l’emprisonnement et les pendaisons des patriotes, comme ensuite par les entourloupettes lors du référendum sur la confédération, les « speak white » (qui durent encore), comme par le massacre de Batoche et la pendaison de Riel, comme par les conscriptions des deux guerres mondiales, comme en 1970 par le coup de la Brink’s, comme la même année par la Loi des mesures de guerres et l’enfermement des « pas peureux qui s’exprimaient », comme par le coup de « la tête sur la billot » de Trudeau en 1981 suivi de la nuit des longs couteaux et du rapatriement unilatéral de la constitution en 1982, comme par la marche de l’amour de 1995, comme par le constant Québec Bashing , comme par la diabolisation par Charest puis par la nourriture de la peur d’un référendum par Couillard cet hiver. etc.
    Nous devons parler haut et fort de notre droit à notre pays même si on nous traite de racistes et si on essaie de nous faire entrer dans la tête que cela est réglé, n’est plus à la mode. etc. etc.
    Je crois aussi que nous devons envisager sérieusement l’inscription automatique à la chefferie du PQ des Jean-Martin Aussant et autres dissidents d’il y a quelques années, peut-être même des peu souverainistes David et Kadir. Il faut débattre et arrêter de nourrir les peurs par notre attitude de soumis, ce qui laisse toute latitude aux québécois qui ont déjà accepté de vivre en colonisés comme les Couillard et cie.
    Bonne vacances à vous et aux vôtres, M. Lisée. Refaisons nos forces.
    (P.S.: Avez-vous remarqué que depuis cet hiver, comme progressivement depuis l’arrivée de Harper et ses coupures de droite dans la culture, la radio Première de radio-canada fait entendre sous tous les prétextes (au moins à 75 % du temps) presqu’exclusivement des extraits de chanson en anglais et que par ailleurs à la télé de RDI et RC il y a de plus en plus de commerciaux qui ont comme fond musical une chanson en anglais? On ne se reconnaît plus à R-C et il n’est pas étonnant que si peu de gens se soient ralliés à la levée de boucliers espérée contre les nouvelles coupures.)

  7. Après avoir trop travaillé comme député et médecin de 1.500 orphelins médicaux, le Dr. Yves Bolduc alors dans l’opposition, aujourd’hui, c’est Claude Castonguay qui demande à Philippe Couillard de démissionner son collègue, Yves Bolduc, pour manque d’éthique.

    Pourtant, ses collègues Couillard et Barrette ne voient rien de mal de profiter des lois si c’est légal. La moralité ce n’est pas pour ces 3 médecins…., c’est ce que Claude Castonguay leur dit : Faites attention, les p’tits gars !!!!!

  8. QUÉBEC, MON PAYS
    (sur l’air de O Canada)
    paroles de Roland Pepin
    (Musique de Calixa Lavallée)

    C’est mon pays! Terre de mes aïeux.
    Son sol est teint de conflits belliqueux!
    Il est riche de ressources diverses,
    L’envie des étrangers.
    Son écu contre les controverses,
    N’aura pas su le protéger.
    Mais sa valeur, dans sa beauté,

    Se retrouvera de par ma volonté.
    Se retrouvera de par ma volonté.

    Sans coup férir, j’ai mes institutions,
    Suprématie par émancipation.
    Je suis né d’une race fière,
    Je construis mon berceau.
    Ma vaillance voilée mais foncière,
    Est le ferment de mon drapeau
    Toujours soucieux de parité,

    Je conquerrai ma propre liberté!
    Je conquerrai ma propre liberté!

    On a marché sur mon fleurdelisé,
    On a bafoué ma langue, on l’a brisée,
    J’exige donc une fierté sincère
    Une considération
    L’éloquence est la messagère
    De notre détermination
    Notre société, dans sa croisière,
    Revendiquera l’ensemble de ses droits,
    Revendiquera l’ensemble de ses droits

  9. C’est le temps où jamais de dire le fond de ma pensée. Je suis en colère contre le PQ : il aurait pu se forcer plus que ça pour être élu. Maintenant, on est pris avec des corrompus qui votent des lois pour pouvoir voler légalement les citoyens. Je me réfère , par exemple au ministre Bolduc. D’un autre côté , je me dis que les investissements dans les éoliennes alors qu’on est en surplus d’électricité, ce n’était pas une idée brillante du PQ. Malgré tout, je regrette d’avoir à supporter le PLQ majoritaire qui doit rire de lire notre désespoir parce qu’il nous laissera parler et fera ce qu’il voudra.

    Un été agréable pour vous et votre famille, je vous le souhaite de tout cœur.

    Danielle Turcotte
    Montréal

    • La politique c’est trop sérieux pour la laisser entre les mains des politiciens … l’indépendance ne se fera jamais si les militants ne mettent pas la main à la pate … autrement dit, ne vous demandez pas ce que le PQ peut faire pour vous…. agissez

      l’investissement dans les éoliennes, c’est une question de développement régional et d’expertise technique (au Québec) … si on commence à tous s’obstiner sur chaque politique et à déchirer sa chemise sur la place publique, on n’est pas sorti du bois

      conclusion: nous méritons ce que nous avons …
      et personne ne tient vraiment à changer notre mode électoral ou 30% des électeurs peuvent élire un gouvernement majoritaire …

      les gens s’en foutent de toute façon, tant qu’ils peuvent mener leur p’tite vie, avoir leurs petites aventures personnelles et ne pas rater la prochaine vente chez Canadian Tire …

  10. Pour survivre en politique, il faut un très solide sens de l’humour…

    Charles Talon

    • Et, pour ne pas être en colère et déçu lorsqu’on lit ou entend les propos des politiciens de tous bords, il faut aussi un sens de l’humour à toute épreuve monsieur Talon.

  11. C’est réconfortant de voir que tu es capable d’apprécier l’humour face à tous les revers que tu as connus. Peut-on en dire autant des autres prétendants à la présidence de la République du Québec? Il y a là un signe que tout n’est pas perdu au niveau humain pour ceux et celles qui ont dépensé tant d’énergie à troubler le Québec et à ralentir son essor démographique et économique. Oui aux efforts culturels qui enracinent les Québécois dans leur être. Oui aussi aux efforts rassembleurs qui améliorent la qualité de vie globale de chaque citoyen. Un aspect trop souvent négligé dans vos débats.

Les commentaires sont fermés.