Contrairement à Françoise, 79% des électeurs de QS craignent les Libéraux

equipeplq

Une déferlante libérale, avec 18 anciens ministres de Charest ? Les électeurs de Québec solidaire n’en veulent pas !

Pendant les derniers jours de la campagne, Françoise David a tenté de convaincre les électeurs que le PQ et le PLQ, c’était la même chose.

« Les deux partis me découragent pas mal », a-t-elle dit au Devoir, « ils ont la même vision »

Il y a un problème: selon les sondages internes du PQ, 79% des électeurs de Québec Solidaire ne sont pas du tout, mais alors pas du tout, d’accord. Entre Gaétan Barrette et Véronique Hivon, comme entre Philippe Couillard et Pauline Marois, il y a un monde.

qsliberaux

Mais alors que faire pour éviter ce désastre. Les électeurs de Québec Solidaire ont une bonne idée:

qspq

 

Ce matin dans Le Devoir, un groupe de candidats et de militants d’Option Nationale se rallie au Parti Québécois.

Dans une vidéo, d’anciens électeurs de Québec Solidaire et d’Option Nationale en font autant:

Contrairement à ce qu’indiquent les sondages nationaux qui ne tiennent pas compte de la force organisationnelle dans les comtés, le résultat de lundi sera extrêmement serré, comme l’indique la projection que les sondages internes du PQ affiche depuis plusieurs jours:

Permalien de l'image intégrée

On le voit, l’élection va se jouer dans un mouchoir de poche. Chaque circonscription compte. En 2012, seulement la moitié du vote QS aurait suffi pour donner 12 circonscriptions supplémentaires au PQ. Cela a fait la différence entre une minorité et une majorité.

Lundi, ce sera pire. La division du vote fera la différence entre un gouvernement libéral ou un gouvernement péquiste.

79% des électeurs de Québec Solidaire le savent. Si vous en connaissez-un, dites-lui ce qu’il sait déjà.

N’oubliez pas ! Je veux être ministre mardi ! – Gaétan Barrette



63 réflexions au sujet de « Contrairement à Françoise, 79% des électeurs de QS craignent les Libéraux »

  1. Ping : Théorie, flux, stocks et volatilité des appuis politiques |

  2. Hier, avec beaucoup d’attention, j’ai pris connaissance des résultats de la journée d’élections au Québec.

    D’Ottawa, je partage avec vous, M. Lisée, ma déception d’avoir à retomber dans une logique absurde si caractéristique à cet Occident très souvent arrogant et frondeur. Cette logique rétrograde du « faire peur » pour arriver à ses fins me dégoutte profondément.

    Le Québec n’est pas cela. Le Québec est directement en droite lignée avec Champlain et ses descendants qui avaient tissé des liens étroits avec les Améridiens, qui avaient entretenu continuellement la bonne entente entre les protestants et les catholiques. Qui avaient combattu les troupes britanniques avec courage, honneur et civilité afin de tenter de conserver des acquis si chèrement obtenus.

    Tous les militants du PQ sont à nouveau devenus hier soir des explorateurs, comme Champlain le fut en son temps, afin de parcourir maintenant le Canada tout entier et afin de confronter nos amis anglophones sur la nouvelle réalité canadienne ici et à l’étranger, c’est-à-dire une image polissonne et peu reluisante.

    Ces Canadiens des autres provinces, aiment-ils toujours que le Québec n’ait pas signé le rapatriement de la Constition en 1982? Nos amis les anglophones vont-ils maintenant se rasseoir, se contenter d’une demi-mesure et continuer de nous manipuler comme ils le font si adroitement depuis la conquête?

    Mme Marois a bien fait de rappeler hier soir que ce travail de 400 ans va continuer d’évoluer jusqu’à la création d’un vrai pays francophone en Amérique du Nord.

    Que fera M. Couillard maintenant qu’il est au pouvoir? Aura-t-il le courage de cogner à la porte de ce gouvernement conservateur si condescendant pour lui demander de réouvrir la constitution?

    En tout cas, vous pouvez compter sur moi pour rappeler à chaque jour au reste du Canada et aux Américains que la peur ne fonctionne pas sur moi et sur bien d’autres Québécois. Je n’utilise jamais la peur pour partager ma vision de l’avenir. Oui, j’aime secouer et confrontner « nos amis nord-américains » qui entretiennent une culture trop souvent absurde et grotesque.

    Avec beaucoup d’humilité, je vous remercie, M. Lisée, pour tous vos efforts qui n’auront pas été vains.

    Guy Lafond
    Un employé québécois francophone de la fonction publique du Canada.

  3. J’ai déjà voté par anticipation et j’ai voté …. Pour Qui ?
    Devinez Pour Qui, j’ai voté?
    Vous ne devinerez jamais Pour Qui…
    Je parie que vous commencez à savoir Pour Qui j’ai voté
    Pour Qui….?
    Voilà c’est fait. J’espère que vous ferez comme moi. Vous savez maintenant Pour Qui voter?
    Pour le …. Allez-y…. Pour le …PQ !!!

  4. Monsieur Lisée, pourquoi le PQ a-t-il repoussé ou refusé puis abandonné toutes propositions de réforme du mode de scrutin, y compris celle proposée par son propre député, Jean-Pierre Charbonneau?
    – Un système de scrutin en partie proportionnel et à 2 tours pourrait favoriser à la fois l’expression politique plurielle au 1er tour, plus démocratique à long terme, et des alliances tactiques au 2e tour, plus démocratiques à court terme.
    … Il y a moyen d’améliorer le système québécois. En fait, c’est une nécessité criante sinon les indépendantistes continueront de s’entre-déchirer… jusqu’à l’assimilation finale :
    Le système de scrutin actuel est désuet, de plus en plus inadapté à la diversité des enjeux et des courants politiques et sociaux contemporains, presque anti-démocratique. Vous trouvez que j’exagère? Mais alors pourquoi demander à un parti comme QS de se saborder pour le succès de _votre_ parti dans les conditions du système électoral actuel, de _vos_ intérêts partisans (en partie professionnels), de _votre_ vision?
    Vous impliquez qu’il faudrait se contenter d’une scène politique bipartite! Est-ce votre vision de la démocratie? Est-ce la vision du Parti québécois? Faut-il moins ou davantage de démocratie au Québec? Faire taire les votes de QS par chantage, c’est diminuer la démocratie, c’est anti-démocratique … Trop tard ! Nous ne voulons pas plus nous faire rouler par le PQ que par le PLQ … Commmencez par faire preuve d’ouverture envers les petits partis avant de nous demander de nous sacrifier pour vous.

  5. Je ne comprends pas pourquoi des démographes, anthropologues et sociologues ne prennent jamais le micro face au grand public. On ne les entend pas. Les 50 000 émigrants qui entrent au Québec votent PLQ. Plus le temps passe plus nos chances sont nulles de devenir maîtres chez nous. L’ignorance politique de la majorité de la population est désarmente.

  6. 6 avril 2014. Demain, c’est jour d’élections au Québec. Élections que d’aucuns disent inutiles parce que de toute façon ça ne changera rien. Que de toutes façon, les partis sont tous du pareil au même. Mais une élection est rarement inutile, et elle devient particulièrement significative lorsque nous, citoyens et citoyennes, jouons pleinement notre rôle. C’est-à-dire, nous informer, prendre position de façon informée, et aller voter.

    Ceux qui me connaissent savent que je suis un démocrate. Ma plus grande contribution militante avant la présente campagne a été de militer au sein d’un organisme non partisan qui fait de l’éducation populaire et la promotion de l’adoption d’un mode de scrutin proportionnel, justement pour représenter adéquatement la volonté populaire à l’assemblée nationale. Cet organisme est le Mouvement pour une démocratie Nouvelle (MDN) et on trouve en son sein des gens de toutes allégeances politiques.

    Demain, lundi 7 avril 2014, quelle que soit votre allégeance politique, je vous invite et encourage donc tous et toutes à prendre un court moment de votre journée et d’aller voter.

    Maintenant, puisque je ne suis pas uniquement démocrate, mais aussi engagé, permettez-moi de vous expliquer pourquoi j’ai voté pour Québec Solidaire (J’ai voté par anticipation) et vous inviter à faire de même.

    D’abord et avant tout la vision socio-économique

    La raison principale de mon appui à Québec Solidaire, c’est son programme, et sa plate-forme. Le programme étant la vision à long terme du parti, les fondements de son action et ses principes directeurs. La plate-forme étant la série d’engagement concrets proposés pour la durée du prochain mandat gouvernemental.

    Québec solidaire refuse le moule de la pensée unique et les fondements idéologiques du néo-libéralisme. Qu’est-ce que ça veut dire concrètement ces beaux mots ? Ça veut dire que Québec solidaire n’adhère pas à la logique de la recherche du maximum de profit le plus rapidement possible. QS adhère à l’économie de marché, mais estime que des réformes profondes doivent être mise en œuvre pour la pérénité des humains et de la terre. Ces réformes, justement lient intimement l’activité humaine et l’environnement. Concrètement donc, l’action politique de Québec solidaire vise :

    Faire en sorte que l’activité économique soit d’abord axée sur la qualité de vie des communautés. Favoriser les commerces de proximité. Appuyer les modèles économiques alternatifs telles que les coopératives de travailleurs et les entreprises d’économie sociale. Développer les productions locales.

    Ces approches ont l’avantage de créer des environnements de travail sains pour les personnes et dont l’empreinte écologique est réduite en comparaison des productions délocalisées qui exigent une grande consommation de pétrole pour le transport des matìeres.

    Valoriser les mécanismes de redistribution de la richesse. On pourrait croire, à entendre le discours dominant des 20 dernières années, que le Québec est pauvre. Or, de la richesse, au Québec, comme au Canada et dans la majorité des économies occidentales, il y en a. en abondance. Toutes les études sérieuses démontrent cependant que cette richesse est de plus en plus concentrée entre les mains d’un nombre de plus en plus restreint de personnes.

    Ainsi, le premier moyen de redistribution équitable de la richesse dans nos sociétés complexes, c’est à travers la fiscalité et l’action de l’État. QS prends des engagements fermes en faveur de la protection d’un service publique universel de qualité. Il rejette le faux dilemme répété à outrance par le trio PLQ-PQ-CAQ d’un choix limité à couper dans les services publics ou augmenter l’impôt des particuliers. D’autres avenues existent et QS en privilégie un ensemble :

    A) Grâce à la création de Pharma-Québec, réduire le coût d’achat des médicaments dans le système de santé publique. À titre de plus grand acheteur de médicament, l’État est à même d’utiliser son pouvoir d’achat pour négocier à la baisse le prix des médicaments (une idée, ceci étant dit tout ce qui est de plus libérale en économie)

    B) Grâce à la réintroduction de paliers d’imposition, redonner une progressivité à la fiscalité des particuliers. C’est-à-dire que le coût relatif de l’impôt soit équitable entre les moins nantis et les mieux nantis. Ça veut dire que presque tout le monde paie de l’impôt, pas juste les riches, mais que les mieux nantis en paient un peu plus parce qu’ils en ont les moyens.

    C) Enfin, et peut-être surtout en ce qui me concerne, grâce à la réintroduction de la taxation de la grande entreprise, en priorité les institutions bancaires et pharmaceutiques, et la lutte à l’évasion fiscale.

    Enfin, QS est le parti qui prend le plus sérieusement acte des incidences dévastatrices de l’économie pétrolifère et s’engage résolument dans une volonté de sortie de la dépendance au pétrole. Plusieurs diront que c’est irréaliste, même parmi ceux et celles qui reconnaissent les problèmes environnementaux causés par l’émission des gaz à effet de serre. Québec solidaire est plutôt d’avis que ce qui est irréaliste et irresponsable, c’est d’attendre à plus tard pour s’engager dans une profonde transformation de nos modes de consommation énergétique.

    Ainsi, QS propose de mobiliser l’ingéniosité des entreprises québécoises autour d’un chantier ambitieux de développement de solutions vertes dans le domaine des transports notamment. en investissant massivement dans l’électrification des transports collectifs entre autre, non seulement y aura-t-il création d’emplois, mais le Québec pourrait se tailler une place comme chef de file des nouvelles énergies, un peu comme nous nous sommes positionnés en tant que chef de file mondiaux en hydro-électricité après la nationalisation d’hydro-Québec il y a une cinquantaine d’années.

    Pour la stratégie

    En ce qui me concerne, alors que la question du vote stratégique interpelle un grand nombre d’électeurs et d’électrices, il n’y a pas plus stratégique que le fait d’appuyer Québec Solidaire. Voici pourquoi :

    La fameuse question du financement public des partis politiques. En appuyant Québec solidaire, quel que soit que la circonscription soit « prenable » ou non, je concours à assurer un niveau de financement du Parti par le Directeur général des élection pour toute la durée de la prochaine législature. C’est une considération importante pour donner les moyens au parti d’assurer une continuité des opérations, de continuer le travail de recherche et d’approfondissement du programme, de maintenir le lien avec la population en général et avec les membres en particulier.

    Nous sommes de plus en plus nombreux à souhaiter que le modèle de scrutin du québec soit modifié pour introduire des éléments de proportionnalité. Ce que ça veut dire ? Simplement de faire en sorte que dans toutes les circonscriptions du Québec, les votes exprimés soient traduits en sièges à l’Assemblée nationale : si un parti obtient 9% du vote, il reçoit 9% des sièges. S’il obtient 42% du vote, il obtient 42% des sièges. Or les gouvernements des 20 dernières années ont systématiquement mentis en promettant de réformer le mode de scrutin avant de prendre le pouvoir, et en ne présentant pas de projet de réforme au vote à l’assemblée nationale.

    Ainsi, le seul moyen à mon avis d’obtenir une réforme en faveur de la proportionnelle, c’est de voter QS en grand nombre, et de démontrer que les écarts de représentation et les distorsions causées par le système actuel sont tels qu’il y a une absence de légitimité du gouvernement élu, et que le rapport de force citoyen impose une réforme.

    Il y a bien plus encore à dire sur les raisons pour lesquelles j’appuie Québec solidaire avec enthousiasme et confiance. je vous invite, si les idées de ce parti vous rejoignent, d’en faire de même.

    est-ce que cette élection était nécessaire ? Certainement pas. elle est le fruit d’une orchestration de cul-de-sac budgétaire de la part du PQ. Est-ce que cette élection, maintenant qu’elle est déclenchée, est inutile ? je ne le pense pas, mais il n’en tient qu’à nous. En ne cédant pas à la peur et aux chantages de la « division du vote », en appuyant avec force Québec solidaire, dans toutes les régions du Québec, nous participons peut-être à faire de cette élection un événement pivot dans l’histoire parlementaire de l’Assemblée nationale, et un vent de fraîcheur dans le paysage politique du Québec.

    Québec solidaire à les moyen d’influencer positivement à la fois le ton et la qualité des contenus du débat politique au Québec, et j’espère que vous serez nombreux à nous appuyer demain !

    Bonne élection ! 🙂

    • C’est bien beau tout ça, mais ça n’arrivera pas.
      Moi je vous propose une autre démarche:

      Étape 1 : On doit élire un parti souverainiste.
      Étape 2 : On vote pour le PQ.
      Étape 3 : On se rallie à ce parti et on apporte nos idées contribuant à mousser l’indépendance de façon constructive, et non en dénigrant ceux qui ne pensent pas comme nous.
      Étape 4 : On vote oui au référendum.
      Étape 5 : Martin Dupuis fait adopter ses idées dans le pays du Québec, avec les gens de gauche, centre et droite.

    • M Couillard va vous remercier. Meilleure chance la prochaine fois!
      Le PQ devra compter plus sur la CAQ que sur QS pour réaliser l’indépendance.

  7. J’ai écouté la conférence de presse de madame David, j’en conclus qu’elle fait tout en son pouvoir pour faire élire le PLQ majoritaire; d’ailleurs, ledit PLQ n’est vraiment pas le Parti libéral de Jean Lesage ou de Robert Bourassa, ce qui irait encore puisque ces deux Premiers ministres voulaient développer le Québec pour les Québécois et non pas vendre le Québec.

    En effet le Parti libéral n’est pas de l’idéologie libérale mais bien de la pensée réactionnaire du Parti conservateur de Jean Charest.
    Madame David croit nous offrir le meilleur – son programme électoral- et pour ce faire, elle fera élire le PLQ de Jean Charest. Étrange n’est-ce pas?
    Françoise David est en train de faire élire l’extrême droite peu importe les conséquences désastreuses que nous aurons à subir pendant les 25 prochaines années.
    J’essaie de suivre la logique de la stratégie de QS et ce, soi-disant, afin de promouvoir la gauche, je n’y comprends absolument rien puisqu’en divisant le vote souverainiste, Françoise David fera entrer le Parti de sa sœur: le Parti libéral/conservateur où les riches s’enrichissent de plus en plus et où les pauvres deviennent encore plus pauvres.
    Qui pourrait m’expliquer en des mots simples ce que Françoise David veut accomplir en faisait élire quelques députés à l’Assemblée nationale?
    Elle parlait ce matin de 25 ans pour changer le cours des choses… Pense-t-elle qu’en faisant élire une poignée de députés et en faisant élire les Libéraux-Conservateurs à la Tatcher/Mulroney, elle parviendra plus rapidement au développement durable et à l’élimination des combustibles fossiles tels le pétrole et le gaz naturel.
    Je n’aurais jamais cru que Françoise David ait pu trahir ses idéaux à ce point ainsi que les Québécois; cela me convainc de ne jamais voter pour QS, un parti dont le jugement est grandement altéré.
    Il faudrait opter pour ce qui est actuellement possible avant de s’attaquer aux forces inexpugnables de la mondialisation et de l’exploitation.
    Rester dans la réalité et avancer avec ce que nous avons bâti sur des assises solides tel le Parti québécois: voilà une solution gagnante dès maintenant.
    Allons tous ensemble vers ce qui est accessible dès maintenant pour le Québec et non vers une révolution communiste mondiale à la Françoise David.
    Madame Marois c’est le bon choix!!

  8. Dans les années 1980 un slogan féministe disait: la force des hommes est la patience des femmes.
    On peut dire que la force des libéraux et des fédéralistes est la division des souverainistes et des québécois en général. Je vous rappelle cette phrase qui fait sourire aujourd’hui: cessons nos luttes fratricides. Cri du cœur d’ Honoré Mercier qui était contre la signature du pacte confédératif et qui a traité Georges-Étienne Cartier de traître et de vendu. Pour récompense d’avoir convaincu le peuple d’approuver la Confédération, G.-E. Cartier s’est fait sirer par la reine Victoria. Quel honneur!!
    Je veux rappeler aussi les mots , en moins polis et moins gentils, du défunt cinéaste Pierre Falardeau. Ramons, souquons, ramons câlisse on s’ostinera rendu au port. Unissons-nous bâtard.
    Jocelyne Corbeil

    • Ce cher Falardeau. Malheureusement il n’est plus là pour tomber à bras raccourcis sur les mollassons qui s’inclinent devant la reine (avec un petit r) et ses suppôts. Continuons quand même le combat, il y a du sang neuf à l’horizon.

  9. Il est facile de sortir de l’impasse demain pour les gens de Québec solidaire en concevant qu’à l’élection de 2012 les gens de Québec Solidaire ont exercé LEUR CHOIX DE PREMIER TOUR, c’est à dire en encourageant par leur vote le parti qui incarne le mieux leurs valeurs, soit en votant avec leur coeur. QS a marqué des points, a obtenu le respect et signifié sa légitimité. Sauf que demain…

    Demain, pour les gens de Québec Solidaire, c’est le temps d’exercer LEUR CHOIX DE SECOND TOUR.

    Les électeurs de QS et du PQ qui ont eu le courage de faire fi des idées reçues et de s’unir à la base pour porter plus de 50 néo-démocrates à la Chambre des communes sont très bien capables aux urnes demain de porter au pouvoir un gouvernement québécois à eux et majoritaire dans la ligne des idées de René Lévesque.

    Les gens de mon entourage imaginent facilement madame David et monsieur Péladeau au même Conseil des ministres eu égard à leur maturité et leur stature. L’un et l’autre ne doivent rien à personne. Un pays sain ne se prive pas de ses meilleurs éléments. Ça prend des défenseurs, des gardiens de buts, des ailiers, des entraineurs, des soigneurs, et un solide directeur gérant pour la gagner la Coupe Stanley. On peut le faire? Moi je dis On va la gagner, ensemble!

  10. En discutant avec les solidaires j’en viens qu’à penser que plusieurs la dedans, en plus d’avoir perdu le nord et de prendre notre système électoral pour une illusion de proportionnel ou de nomination a 2 tour, ils ont perdu aussi les repères est ouest. On dirait qu’il on fixé le centre à Mme David! Et qu’à droite il n’y a que quelques hérétique ou égaré du capitalisme neo-libéral qu’il suffit de convaincre pour prendre le pouvoir et enfin ramener le Québec en droite ligne, c’est a dire: à gauche tout!?!!? C’est quoi, on nage en pleine distorsion cognitive ou quoi?
    Mais bon je pourrait adresser pas mal les mêmes reproches à une part de la droite conservatrice qui se ramasse à la CAQ.

    C’est a croire qu’on a tellement manger de coup sur la tête pendant tout ces règne libéraux qu’on en est devenu fou. Un natione split personality incapable de réconcilier sa gauche de sa droite!
    Alors continuons de nous entredéchirer pendant que le PLQ continue de nous matraquer a coup de la Press, de nous traiter le xénophobe raciste, et continue ses « petites affaires ».

  11. Les indépendantistes, d’ici et de partout sur la planète, sont par définition des gens intelligents, qui savent lire la réalité, mais sont d’abord des gens imperméables à la peur, ce qui leur permet d’exercer leur droit de vote, quand ils l’ont et sont citoyens libres, de façon éclairée, avec la meilleure efficacité possible.
    Je n’en connais point de méchants ou malicieux.

  12. M. Lisée et autres péquistes,

    Je trouve vraiment dommage et incompréhensible de voir que les Libéraux pourraient être réélus après tout ce qu’ils ont fait. Je suis, comme vous, scandalisé qu’autant d’électeurs et d’électrices aient si peu de mémoire.

    Toutefois, si le PQ subit la défaite, il n’aura que lui-même à plaindre.

    Nous sommes en démocratie et les gens votent pour leurs convictions. Si le PQ s’est fait dépasser par la gauche en 2006, c’est que le programme et l’attitude du PQ (faire campagne à gauche et gérer à droite) ne plaisait pas à un certain nombre d’individus. Ces individus ne font pas confiance au PQ pour faire avancer les valeurs de la gauche dans la société québécoise. Vous bous plaigniez que QS divise le vote, mais vous en êtes responsable. Depuis sa fondation, le PQ a été au pouvoir pendant un total d’environ 19 ans. Bien que son programme préconisait une refonte du mode de scrutin, qu’a fait le PQ en ce sens ? Vous connaissez la réponse … RIEN ! Il n’a tellement rien fait, qu’il a supprimé ladite réforme de son programme en 2011. Et là vous osez vous plaindre qu’un (ou des) parti(s) divise(nt) le vote. Mais quelle arrogance ma foi !!! Vous aviez tout le pouvoir de corriger la situation en réformant ce mode de scrutin archaïque et vous avez refusé de le faire pour des raisons purement électoralistes.

    Mais où voulez-vous en venir avec votre demande de « vote stratégique » ? À chaque campagne électorale vous sortez ce même discours. Si à chaque élection il faut voter stratégique pour repousser les Libéraux, les autres partis doivent donc se supprimer, sinon ils ne servent plus à rien. Votre logique ne tient pas debout pour une société réellement démocratique.

    En fait, le problème réside dans le fait que notre mode de scrutin ne correspond plus du tout aux aspirations de la société québécoise. Mais, comme je disais plus haut, votre parti a refusé de corriger la situation. Et si ça vous prend une bonne raclée le 7 avril pour vous faire comprendre vos erreurs, alors ainsi soit-il !!

    • Très bonne argumentation Monsieur Thibault.

      Il importe que le Parti Québécois accepte, sans démagogie, que les Québécois s’expriment selon leur conviction.

      L’expression démocratique est irrémédiablement détournée par les stratégies électoralistes qui, à terme, se traduisent par un autisme gouvernemental, un immobilisme social et des élus suffisants sans mémoire.

      Voter stratégiquement pour des raisons électoralistes, c’est trahir ses convictions profondes et perdre son intégrité.

      Il faut voter avec sa tête… et non pas pour soutenir des intérêts particuliers.

  13. Je ne peux que suggérer la lecture de cet excellent article de J.C. Pomerleau : « L’enfumage de Québec solidaire ».

    « Plusieurs hésitent à critiquer Québec Solidaire, se contentant de déplorer que la division du vote souverainiste ne peut que nuire à la cause. Mais quand cet idéalisme risque de nous être fatal, la gravité de la situation commande la rigueur. Je vais donc examiner de manière critique les arguments des porte-paroles de Québec Solidaire pour justifier la division du vote.
    Je soulève ici quelques points critiques sur l’argumentaire de QS :

    http://www.vigile.net/L-enfumage-de-Quebec-solidaire »

    Voir aussi la conception qu’a Amir Khadir d’un Québec inclusif :
    « M. Khadir a plaidé pour la nécessité d’aller à la rencontre de tous les groupes de la société et il a assuré qu’il n’hésite pas à aborder des questions comme la ségrégation des sexes. Le député de Mercier a affirmé qu’il avait abordé cette question lors du rassemblement de l’association Bridges [dirigée par Ali Sbeiti, un imam ouvertement khomeiniste], en août 2012, quelques jours avant la dernière élection qui a porté le PQ au pouvoir.

    «Je cherche à provoquer la discussion, le dialogue, alors je suis allé à leur rencontre, a-t-il dit. Qu’ils soient khoméinistes, extra-terrestres ou autre, s’ils veulent savoir c’est quoi Québec solidaire, je vais leur parler. Et quand je vois des contradictions avec la société dans laquelle ils vivent, je leur rappelle.»

    http://quebec.huffingtonpost.ca/2014/01/22/le-spq-libre-attaque-quebec-solidaire-sur-ses-positions-concernant-la-charte-de-la-laicite_n_4645826.html?utm_hp_ref=mostpopular,amir-khadir

    M. Khadir nous croit-il assez caves pour gober qu’il essaie de rallier les intégristes iraniens aux idées de Québec solidaire ?

    À propos de la charte, je veux aussi souligner le commentaire très pertinent de François Ricard en réponse à l’article de Michel Seymour «Pour un Québec laïque et pluraliste» :
    « « Québec inclusif » prétend que l’interdiction de porter des signes religieux ostentatoires par les employés de l’État empêchera certaines femmes de travailler comme fonctionnaires parce qu’obligées d’enlever un voile auquel elles tiennent mordicus. Elles seraient donc « exclues » .
    « Pourtant ces mêmes femmes s’auto-excluent déjà de certaines fonctions, comme de travailler à la SAQ car il ne leur est pas permis de manipuler des boissons alcooliques. Faudrait-il, pour les « inclure » dans notre société, fermer la SAQ et, par le fait même, tous les débits de boissons? »

    La bonne nouvelle du jour était celle-ci :
    « Contrairement aux sondages, le web et les médias sociaux donnent le PQ gagnant :
    http://quebec.huffingtonpost.ca/michelle-blanc/election-sondage-web-medias-sociaux_b_5091245.html »

    Nous vaincrons.

  14. Françoise David et en fait tout l’exécutif de QS devraient venir vivre à Québec. Un bon bain de réalisme dans le paradis de la CAQ leur ferait peut-être comprendre à quel point ils sont déconnectés du Québec hors Montréal. Les appels de François Legault à la révolution du « COURAGE » et les envolées oratoires de Gérard Deltell font vibrer comme jamais le contribuable. Imaginez le chemin à parcourir dans leur tête avant qu’ils aillent voter pour QS… C’est une simple question de logique. Vous pouvez vous entêter tant que vous voudrez à voter pour QS mais objectivement vous vous faites du mal. Sabordez ce parti au plus vite et joignez les rangs du PQ. Il n’y a pas d’autre alternative pour empêcher le recul du Québec.

    • Voilà la solution ! Merci M Girard ! Il faut donc maintenir au pouvoir le Parti Québécois indéfiniment pour empêcher les Libéraux de revenir…Pas bête. Je n’y avais pas pensé. J’ai dû mal comprendre le concept de démocratie. Voter pour exprimer ses idées, c’est tellement idiot dans le fond.

    • Et bien voilà! Constatez par vous-même le magnifique résultat! Vous aurez d’ailleurs 4 ans et même un peu plus pour apprécier quotidiennement les conséquences du fractionnement du vote souverainiste. J’espère juste qu’un bon matin, vous comprendrez que si l’on ne s’associe pas, dans une position de compromis acceptable et électoralement viable, nous sommes condamnés à nous plaindre à perpétuité.

  15. « Pour un peu, on oublierait le côté plus radical. Cette ancienne communiste (Françoise David) se dit parfaitement à l’aise avec le fait que son parti est intrinsèquement lié au Parti communiste du Québec. Toute personne qui adhère au Parti communiste devient automatiquement membre de Québec solidaire ». (Le Devoir, 31/03/14)
    Matière à réflexion avant de déposer son bulletin de vote.

  16. La différence entre la division du vote de la droite et celle de la gauche est évidente. Je m’explique, la droite « libérale » inclus des citoyens du Québec qui n’ont aucun amour ni intérêt pour la langue, la culture et l’avenir social de notre société unique en Amérique du nord. La droite se divise entre ceux qui veulent qu’on disparaisse et ceux qui se laissent infliencer par de fausses idées véhiculées par la CAQ et le PLQ. À gauche QS s’acharne sur ceux dont l’opinion publique estime être un parti social-démocrate de centre-gauche. QS dénigre ceux qui sont proche idéologiquement, trop proche d’ailleurs, de là les efforts soutenues de l’ancienne Présidente de la fédération des femmes du Québec à ridiculiser Mme Bertrand ou à associer le PQ au PLQ. Voilà, la droite s’oppose idéoliquement, la gauche se fait canibaliser par un Québec Solidaire en soif de votes, au détriment des conséqiences sociales d’avoir un gouvernenent libéral à Québec.

  17. Une amie ex-péquiste avec qui j’ai longuement échangé sur ce sujet ce matin me disait qu’elle devrait dans les circonstances voter pour le P.Q. car il est trop dangereux que Couillard et « sa gang de grenouilleux » s’intallent là pour un autre 10 ans, ce qui serait fatal pour les trois partis indépendantistes. Mais aussi elle exprimait son inconfort, signifiant qu’elle se sentirait mal-à-l’aise de le faire parce que, entre autres choses, cela priverait son parti d’un peu de visibilité en nombre d’adhérants votants mais aussi de revenus pouvant être générés par le nombre de voteurs « payés » par le gouvernement, ce qui risquerait d’envoyer aux oubliettes le droit de son parti de se développer.

    Nos propos et argumentation ont été fort intéressants et nuancés et nous en sommes venus à nous interroger sur l’aspect éthique de ce genre d’achat de vote par le gouvernement.

    L’état de question est devenu pour cette personne:
    « est-ce que je dois voter contre mon opinion situationnelle ( pour le P.Q.) ou rester fidèle à mes opinions de gauche qui justifient mon appartenance à Q.S. et comment pourrais-je concilier mon vote pour mon parti si cela n’était justifié que par la visibilité et l’argent qu’il génère? … et mon vote ainsi serait-il monnayé par le président des élections? …et serait-ce éthique? »

    J’ai aimé la conclusion à laquelle elle est arrivée, ce qui ne m’étonne pas d’elle, que je résume ainsi:
     » Le candidat de mon comté n’a aucune chance d’être élu cette fois-ci. Je peux voter, non pas stratégiquement mais situationnellement, pour le P.Q.
    Je vais par ailleurs faire deux choses que je n’ai jamais fait, soit un don en argent, modeste, mais pouvant aider mon parti et sûrement largement compenser pour leur perte du 2 $ devant venir du directeur des élections, mais surtout aller y faire des heures de bénévolat pour que nos idées prennent une place mobilisante dans le débat publique. »
    Cette histoire est trop belle pour être vraie, mais elle est authentique, et encourageante en ce samedi matin.

  18. En tout respect, M. Lisée, vous nous avez habitué à des arguments hautement plus intelligents que celui de brandir la face à Gaétan Barette comme un épouvantail.
    Autre faille: vous avez oublié de mentionner qu’un maigre 100% des électeurs de Québec Solidaire souhaitent d’abord voir Québec Solidaire au pouvoir… Ce n’est pas négligeable, et vous auriez avantage à vous demander ce qui leur fait penser ainsi.
    Je comprends que l’état de la campagne vous fatigue, mais ressaisissez-vous. Le Québec aura besoin de vous pour remettre le PQ sur les rails après la tempête.

  19. C’est la panique chez les péquistes, ce qui démontre que les sondages internes du PQ voient le PQ très, très bas…

    Ce genre de commentaires me fait penser à ce que disait l’Union nationale en 1970 à ceux et celles qui s’apprétaient à voter PQ pour la première fois: « vous allez faire élire un gouvernement libéral ». Heureusement que les premiers électeurs péquistes n’ont pas suivi ce genre de conneries.

    Bah oui, s’il faut passer par là pour retrouver un vrai parti indépendantiste et social-démocrate, passons-y!

    De toute façon, le PQ a fait la même politique que les Libéraux… Alors, entre la peste et le choléra, permettez-moi de rejeter les deux et de choisir une grande bouffée d’air frais.

    • On ne panique pas. On trouve simplement que les Québécois ont des réflexes de colonisés et qu’ils aiment se tirer dans le pied. Là, vous avez une fâcheuse tendance à verser dans la banalisation en comparant PQ à PLQ. Un sophisme plutôt malhonnête il me semble.

    • Faux mon cher monsieur.
      Les deux partis comme le disait Monsieur Montmarquette son effectivement néo-libéraux et non pas «post-capitalistes» comme QS. QS est le seul parti post-capitalistes au Québec, si on exclu les groupes ML et Troskystes qui influencent directement les prises de position de ses PORTES-PAROLES de QS. Pour ce qui est de ses dirigeants, ou de son comité de direction, on ne connait pas bien sa composition ni l’identitié de ceux qui le composent, ni leur appartenance idéologique aux groupuscules de gauche. Très transparent. . C’est une autre différence avec le PQ au niveau de la démocratie, des structures démocratiques, de l’apparence de démocratie et de la transparence.

      Beaucoup de politiques – de gauche- du PQ ont des effets concrets sur la vie des citoyens, citons :
      -Moratoire sur les gaz de schiste = influence directe sur la vie des citoyens de la Vallée du St-Laurent.
      -Politique de la langue et de la culture = différence importante dans la vie des gens et pour l’avenir du Québec.
      -Politique des places en garderie dans les CPE ( j’insiste) = politique sociale de gauche favorisant l’autonomie des femmes. Qui serait considéré comme communiste aux USA.
      Et il y en d’autres…

      Pour ce qui est de l’idéologie et du discours idéologique, il faut admettre que QS, tient un discours particulier, très influencé par les gauchistes : tout ce qui n’est pas eux est à droite ou faux. Et on le sait, pour qui les a fréquenté un petit peu, ils ont tous plus raison les uns que les autres. Dans son discours de vérité de la gauche, QS adopte ce même ton sectaire et absolutiste.
      QS sait très bien que nombre de candidats du PQ sont à gauche, et même que PKP n’a pas une vision droitiste du rôle de l’état. Il est au contraire interventionniste et il admet qu’il faut payer des taxes pour avoir un panier de mesures sociales, dont une bonne partie émane du PQ. ll a été un patron très dur, mais il faut admettre que sa vision de l’information, est celle qui triomphe partout y compris à Radio-Canada. Mais il n’est pas là pour être le patron du Québec, et il comprend qu’un état ne se dirige pas comme une entreprise.

      Si on compare ce qu’a fait Pauline Marois pour les politiques sociales et le bilan de Françoise David, je crois que la première a fait beaucoup plus que cette dernière et de beaucoup. Comme quoi l’action politique dans un parti de pouvoir peut porter de réels fruits concrets.

  20. Québec Solidaire, c’est une façade pour le Parti communiste du Québec. Et le communisme, c’est 100 millions de morts. (Eh oui, c’est la vérité.) Voilà ce qu’aurait dû dire Pauline Marois si elle avait eu un peu de virilité et le courage d’aller au delà du politiquement correct. QS = trotskystes noyautés et téléguidés par les fédéraux. Encore une manipulation « canadian » pour TOUT FAIRE pour arrêter le Parti Québécois. Nos gens sont trop bonasses pour seulement se l’imaginer.

  21. les commentaires sur ce blogue prouvent encore une fois le déni des quéssistes. Oui, on a le droit de voter QS, oui, il faudrait penser à réformer le mode de scrutin, etc.

    Mais, là, aujourd’hui, on fait quoi?

    On laisse passer les libéraux qui vont faire bien, bien, bien pire que le PQ?

    Que QS arrête de se draper dans sa pureté d’opposition radicale et qu’il reconnaisse sa part de responsabilité dans la montée du PLQ.

    • Je ne sais si vous faites ti-cul ou pas mais quand vous aurez plus de 60 ans comme moi, que vous aurez bossé à chaque élection comme bénévole pour le PQ, vous allez avoir la falle basse cher ami quessiste, tête truffé de naiveté plutôt infantiliste.
      Allez! Oust!! Réveillez-vous!!! Sortez de votre bulle imaginaire.
      Vous ne faites pas sérieuz mais un petit ségépiez attardé

    • Et qu’en est-il de la responsabilité du PQ dans la montée de QS?

  22. Veuillez excuser les fautes d’orthographe

    J’aurais dû écrire :pronostic et du capital

  23. Je vous mets mon commentaire publié sur facebook ce matin.

    Pour en finir avec Québec Solidaire.

    Ce que je retiens de ce parti à la suite de cette campagne c’est que leur jupon a fini par dépasser assez pour que toute la sympathie que j’avais pour eux disparaisse.

    Ce parti n’est qu’une façade qui cache l’idéologie marxiste-communiste de ses origines. J’ai connu la belle époque de ces groupuscules extrémistes dans les années 60 et 70. J’ai eu des amis que j’ai vu disparaître enrôlés dans ces groupuscules comme dans une secte. Plus possible de leur parler tellement leur endoctrinement fermait la porte à tout véritable débat. ILS avaient raison et tous ceux qui ne pensaient pas comme eux n’étaient que de méchants capitalistes. J’ai rejeté ces idéologies sans compromis il y a belle lurette.

    C’est pourquoi, après avoir découvert les accointances de ce parti avec ces farfelus, leur position girouette sur la souveraineté selon que ce soit Khadir ou David qui parle, leur intransigeance idéologique et leur acharnement à démoniser le PQ puisque c’est dans ce seul parti qu’ils peuvent espérer recruter des sympathisants, j’ai choisi de voter Parti Québécois pour des raisons pragmatiques que j’ai retrouvées chez plusieurs personnes qui ne sont pas aveuglées par leur idéologie manichéenne et qui sont capables de faire des choix inspirés de la réalité et du raisonnement.

    Le 7 avril, je vote contre le parti libéral corrompu et vendu à l’idéologie multiculturaliste qui conduira le Québec vers une «acadiennisation» certaine du Québec. Désolé pour tous les Acadiens, mais la réalité démontre qu’ils sont une MINORITÉ en péril et qu’ils ne disposent pas de moyens véritables pour inverser la tendance de l’assimilation. C’est, selon moi, ce qui guette le Québec si un gouvernement majoritaire libéral est porté au pouvoir lundi.

    Je voterai donc PARTI QUÉBÉCOIS avec tous ses défauts parce que c’est le seul parti qui puis

  24. Entre les citoyens qui luttent pour conserver leurs acquis et les autres qui luttent pour plus de justice dans la répartition des biens entre tous les citoyens, il y a une lutte qui peut être saine dans la mesure où elle nous pousse tous à nous dépasser. Mais, qu’on se le dise honnêtement, la division droite/gauche sera encore là quand notre pays, le Québec, sera souverain.
    Cependant, elle garantira notre survivance collective comme peuple français en Amérique du Nord. Nous aurons un pays à nous, nous serons enfin arrivés chez nous. Nous pourrons alors accueillir davantage et beaucoup mieux encore les nouveaux venus, expatriés économiques ou politiques ou simplement réfugiés parce que devenus apatrides.
    Mais ce grand rêve ne se réalisera que lorsque nous aurons compris qu’il n’est possible que par l’union de la gauche et de la droite. Cessons de nous diviser parce que sans l’union de nos forces vives derrière ce grand projet, il n’est pas réalisable. Nous diviser, c’est faire le jeu de nos adversaires.
    Léandre Dion

    • Vous avez raison, monsieur Dion. Les luttes « droite-gauche » actuelles sont stériles. Elles ne servent pas notre avancement collectif mais les intérêts de nos exploitants.
      Lorsque nous serons « Maître Chez-nous », nous pourrons chercher l’équilibre des forces de gauche et des forces de droite pour l’avancement de notre société.
      Actuellement, la gauche et et la droite ne peuvent trouver leur salut que dans l’union des forces pour se donner un pays. Même la droite est exploitée par nos exploitants pour exécuter ses basses oeuvres. Pouvoir illusoire du bourreau.
      Lisez ceci:
      http://fr.wikisource.org/wiki/Les_92_r%C3%A9solutions_de_l%27Assembl%C3%A9e_l%C3%A9gislative_du_Bas-Canada#
      Document historique véritable. À l’article 34, cherchez le seul nom francophone puis tapez-le dans votre moteur de recherche. Vous découvrirez que pour ses bons services, ils lui ont donné « un mince emploi lucratif subordonné » et une de leurs filles pour laquelle il a investi tout son héritage dans la construction du plus beau manoir de la région.
      Malheureusement, il n’avait plus les moyens de l’entretenir. Alors, ils lui ont acheté petit à petit toutes ses possessions, la seigneurie de ses ancêtres. Ils ne les lui ont pas fait investir dans leurs actifs pour qu’il bénéficie de leurs activités commerciales, avec eux, même s’il avait épousé une de leurs filles. Non. Ils les ont rachetées à prix de liquidation. Il semble qu’il soit mort pauvre, malgré la grande générosité et la grande compétence professionnelle qu’on lui reconnaissait.

  25. Pourquoi voter PQ et non QS? Tout simplement parce que c’est dans l’intérêt de tous les Québécois francophones, même ceux qui ne s’en rende pas compte. Il est évident, surtout à ce moment-ci de la campagne, que QS ne fera que soustraire des votes au PQ sans augmenter sa représentation à l’AN. Donc, voter QS serait nuire aux dépens des francophones qu’ils soient de souche ou d’adoption. Vous devez mettre vos choix légitimes de côté à cause de la conjoncture et faire comme l’a dit madame David : »Votez avec votre tête! » Elle ne pouvait par dire plus juste.

  26. Si la division du vote fait si peur au PQ, il pourrait se montrer de bonne foi et ne pas présenter de candidats alors 🙂

  27. La minute du patrimoine Québec

    Grâce au parti québécois, le Canadien de Montréal va faire les séries de la coupe Stanley.
    Votez Parti québécois.

  28. Je pense que Françoise David n’a rien compris de la définition du mot « solidaire ». Nous avons une cause commune qui est la souveraineté. On peut y arriver en passant par un chemin différent. Or, Mme David a passé une bonne partie de la campagne à critiquer Mme Marois et à ménager le parti libéral. J’aimerais bien qu’elle nous dise quelles sont ses affinités avec le parti libéral.

  29. Je ne peux pas croire que le Parti Libéral du Québec soit encore sur les rangs d’une votation, même minoritaire. J’ai encore plus de difficulté à comprendre comment il se fait que malgré toutes les allégations et témoignages d’illégalités de ce parti, nous l’ayons encore dans les jambes.
    Pour combien de voteurs et de lobbyistes se soldent ces retours de votes et de services? À moins que ce parti soit tellement riche, qu’il distribue la manne à profusion. Se pourrait-il que le Parti Libéral fédéral en disperse tout autant?
    Je «nous» souhaite un gouvernement à nous, pour nous, et qui travaille pour «nos» intérêts. Je dis «Non» au Parti Libéral. Ce parti me scandalise. S’il arrive encore au pouvoir, cette fois-ci les Libéraux vont nous provoquer et nous regarder de haut, nous les francophones et les québécois de coeur. Les contrats vont continuer de plus belle pour leurs lobbys. Justin sera poussé à faire alliance avec Couillard et les siens pour faire du Québec une carpette qu’ils tenteront de mettre à leur main et à leurs pieds. Alarmiste? Non.
    Réaliste je suis, si c’est le Parti Libéral qui arrive au pouvoir. Ils ne faut absolument pas que ce Parti reprenne le Québec sinon, ils pourraient faire taire notre langue et nos ambitions légitimes qui sont le fondement même de notre âme et de notre raison d’exister.
    Devenons riches et solides dans nos fibres.
    Allons voter et votons pour l’équipe du PQ!

  30. En tenant compte de la mise à jour du simulateur de M. Breguet (site «Si la tendance se maintient / Too close to call »), si les partisans de Québec Solidaire et d’Option Nationale votaient PQ dans les 11 circonscriptions suivantes, ils bloqueraient l’élection de 10 Libéraux et de 1 Caquiste, ce qui permettrait d’éviter l’horreur d’un gouvernement libéral corrompu majoritaire :
    Abitibi-Est
    Argenteuil
    Crémazie
    Drummond-Bois Francs
    Jean-Lesage
    Laurier-Dorion
    Laval-des-rapides
    Montarville
    Nicolet-Bécancour
    Rouyn-Noranda
    Sherbrooke

    PARTISANS DE QS ET D’ON, SI VOUS AVEZ VRAIMENT À COEUR LE QUÉBEC COMME VOUS LE CLAMEZ HAUT ET FORT (ET NON LES INTÉRÊTS DE VOTRE PROPRE PARTI, VOUS VOTEREZ LUNDI POUR LE PARTI LE MIEUX À MÊME D’EMPÊCHER LE PLQ DE TERMINER SON ENTREPRISE DE DESTRUCTION MASSIVE DU QUÉBEC.

  31. Je souhaite de tout cœur que les partis -QS et ON- se rallient. Notre avenir en dépend. l’Élection de 2014 est un moment déterminant de notre histoire.

    On nous répète constamment que nous vivons au-dessus de nos moyens alors que c’est archi faux. Les Québécois avait épargné la somme de 40 milliards de dollars pour leur retraite, l’une des plus importantes caisses de dépôts des pays de l’OCDE.
    Qui peut m’expliquer comment des « experts comptables » et « administrateurs chevronnés  » ont pu investir tout notre argent dans le même portefeuille, soit le papier commercial?
    Pouquoi avoir investi l’entièreté de nos épargnes dans un unique portefeuille? Où est le bon comptable qui pourra nous expliquer ça?
    Les journalistes et les faiseurs de nouvelles de toutes provenances se permettent de nous répéter que nous vivons au-dessus de nos moyens. Je le répète c’est archi faux. Dites-nous donc où est allé notre argent si durement gagné? 40 milliards ce n’est quand même pas un huard.
    Les experts-conseil nous suggèrent, à nous petits épargnants, de diversifier nos placements alors que nos soi-disant experts à la Caisse de Dépôt du Québec ont acheté pour 40 milliards de papier commercial. Allez donc savoir pourquoi ces savants comptables ont pris une telle décision.
    Ils ont bien dû savoir ce qu’ils faisaient ? Assurément ils ont dû le savoir puisque l’un d’eux a reçu une généreuse prime de départ.

    Si Québec solidaire et Option national ne peuvent pas se rallier au PQ pour cette élection si déterminante pour notre avenir, nous pourrons dire que nous sommes une belle bande d’inconscients et nous aurons ce que nous méritons: -nos ponts seront construits par des Espagnols et nos administrateurs seront des Arthur Porter, et que dire du pronostique de notre système de santé.
    Je suis découragée de voir toute cette division au sein de partis qui devraient avoir comme seule priorité -le bien-être des Québécois-.
    J’espère que QS et ON vont vraiment se rallier pour que nos efforts ne soient pas vains.
    Je commençais tout juste à sentir qu’on se réappropriait notre Assemblée nationale à des fins législatives comme il se doit.
    L’Assemblée nationale du Québec fut réduite, sous les libéraux, à un comptoir des ventes et de promotion d’entreprises.
    Allons voter en grand nombre et élisons le Parti québécois. Ensemble nous serons toujours plus forts et le mot -solidaire- prendra tout son sens.
    Nous parlerons de gauche, de droite, de purs, de durs, après.
    Si le PQ est majoritaire, on aura le temps d’approfondir toutes ces questions ensemble.

    La mondialisation du capitale ça complique les débats politiques, tout le monde dans ce contexte se tient un peu à droite puisque le système prendra encore 30 ans avant de s’équilibrer mondialement mais si on élit des gens brillants, honnêtes et de bonne foi, on aura au moins mis les chances de notre côté.

  32. Il est un peu tard, mais il serait bon de signaler jusqu’au vote, aux électeurs et électrices favorables à QS et donc contre l’augmentation des frais de scolarité pour l’université, qu’en votant QS, ils et elles font le jeu du PLQ ou de la CAQ, elles et ils vont obliger les étudiant(e)s à passer à la caisse, si l’un des deux partis arrivait au pouvoir.

  33. A RDI, à part les lecteurs(trices) de nouvelles qui pourtant devraient être mieux informés, on ne parle plus d’un gouvernement majoritaire libéral qui a le vent dans les voiles mais plutôt d’une lutte à trois lundi-soir.

  34. Pourquoi lorsque les francophones du Québec veulent protéger leur langue, leur culture, enfin tout ce qui fait qu’ils se distinguent du reste de l’Amérique du nord, se font-ils traiter de racistes, de xénophobes ou de toutes autres épithètes négatives?

    Depuis quand se protéger, se faire respecter est-il devenu synonyme de refus de l’autre? Pourquoi les anglophones peuvent-ils cracher sur les francophones en toute impunité? Pourquoi certains allophones et les nouveaux arrivants ont-ils plus le droit de revendiquer que les francophones?
    Les francophones au Québec sont majoritaires et ils doivent s’excuser d’exister !!! Au Québec, c’est l’endroit où toutes les minorités sont les plus respectées par la majorité et ce n’est pas encore assez !
    Nous demandons de respecter notre langue française, nous demandons que chaque citoyen affiche sa religion ailleurs qu’au service de l’État et voilà que nous sommes le peuple à abattre. Le pire, c’est que ça fonctionne, les francophones sont gênés de s’affirmer et marchent le dos voûté.
    Voter pour le Parti libéral, c’est voter pour le bilinguisme social où la langue anglaise sera de mise et bientôt le français ne sera plus qu’une langue vernaculaire et à moyen terme, il ne restera plus du français que notre patronyme.
    Voter pour le Parti libéral, c’est accepter la tour de Babel des croyants où les lobbies religieux seront de plus en plus présents.
    Non, je n’accepte pas ça et le 7 avril, c’est avec la tête haute que j’irai voter pour le Parti Québécois et surtout pas pour un des tiers partis qui ne font que diviser les francophones, car actuellement, l’enjeu est trop grave.

    Pourquoi les tiers partis veulent-ils diviser à ce point le vote? Qu’ont-ils à gagner à part quelques sièges à l’Assemblée nationale et de constater un % de vote? S’ils avaient vraiment à cœur le bien de toute la population, ils recommanderaient à leurs sympathisants d’appuyer le Parti Québécois. Parce qu’il y a vraiment un danger, pour une fois, pouvons-nous tous nous serrer les coudes afin d’empêcher le parti libéral de faire du tort à nous les québécois francophones et à tous ceux qui nous ont choisis pour vivre notre culture, notre langue, notre différence en Amérique.

    Pourrait-on éviter que le 7 avril les nuages soient remplis de nos larmes. Ne nous nuisons pas.

    • Votre message est émouvant. J’espère qu’il sera entendu, mais les médias sont contre nous. Il y a comme une odeur de connivence des tireurs de ficelles fédéralistes, ceux qui n’osent pas se montrer mais qui n’en sont pas moins responsables des pires bassesses anti-péquistes. Contrairement à un PKP qui ne craint pas d’afficher ses convictions.

  35. Monsieur Lisée,

    Il est plus que temps de revoir notre mode de scrutin au Québec et de cesser de faire porter l’odieux aux personnes qui votent selon leurs valeurs.

  36. Ben oui tout le monde à peur que le PLQ rentre. Ça prouve quoi? Qu’il est la pire option. Faites du bon travail et on va voter pour vous et svp arrêter ce discours pseudo intellectuel. Le manque de vision du PQ et son flirtage à tout les Lobby et au patronat ne vous pas pas bien du tout. À force de mettre la seul cause de création de votre parti dans le dernier tiroir du bas, il ne vous reste plus rien de présentable sinon des façades d’unité qui partirons en miettes si vous n’êtes pas élu. Qui sera votre prochain chef au fait?

    • Flirter avec les lobbies et le patronat vous semble immoral? Je me demande bien avec qui un gouvernement devrait discuter pour faire ses routes, ses infrastructures, ses investissements et le développement de son territoire! Avec des groupes communautaires?

  37. Monsieur Lisée,

    En tant que gouvernement, le Parti Québécois n’a pas su discerner le moment où il a commencé à travailler contre lui-même et ses propres partisans.

    En revanche, Québec Solidaire s’avère manifestement en pleine cohérence avec ses principes.

    C’est désormais au Parti Québécois de faire un examen de conscience, de remettre en exergue les intérêts collectifs et de valoriser une approche inclusive afin de donner l’impulsion attendue au devenir du Québec.

    Peu importe le résultat des élections, le Québec a besoin d’une nouvelle dynamique politique fondée sur une vision mobilisatrice.

    • QS marchande son adhésion au projet souverainiste en fonction de son idéologie, issue du bon vieux fond de commerce communautaire. Il n’y a rien de progressiste dans cette démarche sinon une imposture intellectuelle, un clientélisme sans vertu et sans issue. Faire un pays n’est pas un enjeu de gauche et de droite et faire chanter une mouvance souverainiste pour arriver à ses fins est odieux.

    • « Peu importe le résultat des élections, le Québec a besoin d’une nouvelle dynamique politique fondée sur une vision mobilisatrice. »
      Pis là, ben vous en parlerez avec Couillard de votre nouvelle dynamique politique !! Pis là vous jaserez avec lui pendant 4 ans des moyens à prendre pour défendre les intérêts collectifs et de valoriser une approche inclusive afin de donner l’impulsion attendue au devenir du Québec…Au bout de 4 ans, vous aurez compris que le Québec vient de mettre 40 milliards de plus sur la marge de crédit, et que le 1% à encore doubler sa richesse avec ce bel argent neuf. Et ça, au détriment de qui ?

  38. M. Couillard veut un gouvernement majoritaire. Il n’a pas à s’inquiéter. Avec la division du vote francophone, le PLQ est au pouvoir pour les 50 prochaines années.

    • Oui, et le PQ est un peu responsable, avec la proportionnelle ça n’arriverait pas. Mais comme le PQ s’intéresse plus au pouvoir qu’à la démocratie, l’on se rappellera que l’auteur de ce blogue appuie le règlement P6, ils ne changeront jamais le mode de scrutin. Peu importe qui va gagner, ce problème restera entier.

    • Vous ne vous plaignez pas que la CAQ divise le vote de droite! Pourquoi nous, on devrait se rallier? On a beau avoir en commun l’indépendance, on est à des années-lumières en termes de valeurs. Pourquoi, vous, ne vous ralliez pas? Vous avez eu 18 mois pour nous montrer que vous pouviez gouverner plus à gauche et vous ne l’avez pas fait. Tant pis. Vous ne vouliez pas diviser le vote? Vous n’aviez qu’à changer le mode de scrutin et mettre un scrutin à deux tours. Les alliés de QS auraient libres de voter au 1er tour pour encourager le parti qui incarne le mieux leur valeur, puis voter pour le PQ au 2e tour pour éviter les Libéraux. Tout le monde aurait été content. Mais vous préférez nous tenir tête. La souveraineté passe avant le pouvoir pour vous. Si c’est pas populaire, on ne fait pas de référendum et on n’en parle même pas. Vous n’avez même pas essayé de convaincre personne pendant vos années au pouvoir.

    • Je réponds à Karine :
      18 mois! DIX-HUIT MOIS…

      Votre citation : «…La souveraineté passe avant le pouvoir pour vous….»

      La souveraineté n’est qu’un moyen «possible» pour obtenir une société plus juste, selon vos critères. Ne prenez pas la peine de nier, c’est déjà sur YouTube dans un extrait avec F.David datant de 2005.

      Pur clientélisme. Personne ne gagnera rien à ce petit jeu et cela fait l’affaire des Gesca. Power Corporation, Radio-Cadenas qui vous utilisent à tous vents, mur à mur parce qu’ils savent que chaque petit article, chaque reportage dilue le vote souverainiste. Vous faites le jeu des corporations que vous voulez abattre et vous n’en êtes même pas conscients.

      Charles Gagnon, (Parti communiste Québec) a renoncé à l’indépendance pour pouvoir s’allier aux autres forces prolétariennes du pays. Son rejeton, QS, n’en est pas loin.

      Tout le monde à compris que QS est voué à l’extinction d’ici 15 ans. Qui d’autre est voué à l’extinction d’ici 15 ans? Le première cohorte de militants indépendantistes.

      J’ai eu comme partenaire d’affaires un ancien président du Conseil pour l’Unité Canadienne, rien de moins, figurez-vous. Vous ne pouvez pas savoir à quel point il se réjouit du «succès» de QS.

    • @ Karine Descheneaux

      Mais pourquoi choisir le pire quand tu peux choisir moins pire? Si tu es souverainiste, pourquoi favoriser un parti fédéraliste ?

Les commentaires sont fermés.