Développement régional : Jean-François Lisée propose de rétablir les budgets et de reconstruire les outils de développement dans le respect des régions

Rimouski, le 26 juillet 2016 – Au deuxième jour d’une grande tournée du Bas-Saint-Laurent et de la Gaspésie, le candidat à la direction du Parti Québécois, Jean-François Lisée, s’est rendu à Rimouski pour faire connaître de nouvelles positions en matière de développement régional. M. Lisée a rappelé que le retour au pouvoir du Parti libéral en 2014 avait été une catastrophe pour les régions du Québec.

Lisée a rappelé que le retour au pouvoir du Parti libéral en 2014 avait été une catastrophe pour les régions du Québec. Avec l’abolition des Centres locaux de développement (CLD) et des Conférences régionales des élus (CRÉ), puis la centralisation sans précédent du réseau de la santé et des services sociaux par la création de gigantesques CIUSS dont les PDG sont nommés directement par le ministre, les régions ont perdu non seulement des budgets, mais aussi l’expertise et les lieux de concertation qu’elles avaient développés au fil des années.

« En éducation, en santé, en développement régional, l’approche libérale, depuis deux ans, a été d’annoncer à l’improviste des changements de structures, sans consulter les gens, sans chercher à déterminer ce qui fonctionne, sans établir d’objectifs précis et sans accompagner les gens dans le changement. L’effet libéral a consisté à plonger dans l’incertitude et sans direction l’ensemble des régions, laissant les gens incapables de planifier et même de savoir s’ils conserveront leur emploi », a déclaré M. Lisée.

Après ces chambardements brutaux et néfastes, un gouvernement du Parti Québécois dirigé par M. Lisée n’imposerait pas des nouvelles structures. Pour M. Lisée, il faut laisser retomber la poussière et, surtout, mettre fin aux changements de structures imposés par Québec: « Après deux ans de désastre libéral, les gens commencent à peine à trouver de nouvelles manières de travailler ensemble. Il faut examiner les forces et les faiblesses des modèles qui se dégagent avant d’introduire d’autres changements. Dans une course à la chefferie, chaque candidat annonce généralement ce qu’il fera s’il est porté au pouvoir. Mais j’aime innover. J’annonce aujourd’hui ce que je ne ferai pas. Si je suis élu chef du Parti Québécois puis Premier ministre du Québec, je m’engage auprès des acteurs régionaux à ne pas imposer de nouveaux changements de structures », a soutenu M. Lisée.

Faire les choses dans l’ordre

Le candidat à la direction du Parti Québécois, Jean-François Lisée propose d’agir de façon ordonnée en respectant des principes clairs :

  • Reconnaître que les régions ont besoin de moyens en rétablissant, sur la période allant de 2019- 2020 à 2020-2021, les budgets de 83 M$ qui étaient consacrés au développement local et régional et qui ont été sabrés par le PLQ
  • Reconnaître que les régions sont différentes les unes des autres en évitant d’imposer un modèle unique qui réponde uniquement aux besoins de certaines d’entre elles.
  • Appuyer tout changement sur un diagnostic précis et partagé, puisque les réformes qui réussissent sont celles qui reposent sur une lecture commune de la situation et sur une relation de confiance.

« Pour dégager cette lecture commune, je propose de créer un Forum du pouvoir local qui fera le tour des régions afin de redessiner la décentralisation à l’horizon 2020. Ce forum devra dégager des propositions de décentralisation ambitieuses, mais aussi respectueuses des réalités de chaque région, de même que de l’expertise et des lieux existants de concertation », a conclu M. Lisée.

Par ailleurs, M. Lisée a réitéré des engagements qui profiteront aux régions. Il propose ainsi de préciser le rôle de la Caisse de dépôt et de placement du Québec afin qu’elle contribue au développement économique national, régional et sectoriel du Québec. Il propose aussi d’associer étroitement les municipalités à son initiative Priorités PME afin de réduire le fardeau réglementaire des petites et moyennes entreprises québécoises, d’offrir aux nouvelles entreprises un cadre règlementaire allégé pendant leurs cinq premières années. D’autres propositions de respect et de renforcement des régions suivront au cours de la campagne à la direction du Parti Québécois.

 



Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *