Le sens du Québec ? Le sens de l’humour !

Vous n’êtes pas encore membre du PQ? Alors vous n’avez pas reçu ce texte dans votre boîte courriel. Chaque semaine, mes collègues candidats et moi envoyons un court texte aux membres sur un sujet de notre choix. Dépêchez-vous, vous n’avez plus que 28 jours (jusqu’au 7 septembre) pour devenir membre et pouvoir voter pour le ou la futur chef ! (Faites le ici: oser.jflisee.org)

2016-08-10 clin d'oeilClin d’oeil de vacances… Ça ne rate jamais. Après une allocution, à Chateauguay, Mont-Joli, Sherbrooke ou ailleurs, il y a toujours un militant qui m’aborde pour, presqu’en chuchotant, me livrer un lourd secret : « Je vous croyais si sérieux!  Je ne m’attendais pas à ce que vous me fassiez rire en plus! ».

Et pourtant. Pour les blagues, je ne peux pas m’en empêcher. C’est comme ça depuis que je suis petit. Mon père – et mon oncle Doris Lussier – en étaient friands. Ils jouaient des tours. (Un jour, quand mon père était épicier, Doris a changé sa voix au téléphone pour lui commander des « bananes dans le vinaigre ». Toujours soucieux de satisfaire un client, papa a remué ciel et terre pour trouver cet item imaginaire!)

Je me suis même amusé avec mes premiers ministres qui, j’en suis certain, vous ont toujours apparu comme des gens toujours sérieux. J’ai inséré dans un discours de M. Parizeau à Toronto une citation de mon héros le Capitaine James Kirk (après avoir vérifié que Monsieur connaissait l’existence de Star Trek). Je lui ai fait raconter une histoire de chasse à Alma. J’ai joué des tours à Lucien Bouchard. Insérant par exemple un élément absurde dans le brouillon d’un discours pour noter sa réaction. Ou répondant « faux numéro » lorsqu’il m’appelait à mon bureau pour savoir si un texte qu’il attendait était enfin prêt.

Comme personnage public et homme politique, on est toujours surpris de la perception que les gens ont de nous avant même de nous rencontrer. Je sais, plusieurs ont de moi l’impression d’un personnage distant, froid. Je ne pourrais pas expliquer complètement d’où ça vient. Avoir écrit des livres? Avoir été conseiller dans l’ombre? Avoir porté une barbichette?

Mais je sais comment faire disparaître cette fausse impression : aller à la rencontre des gens. Les surprendre. Me montrer, tout simplement, comme je suis.

2016-08-10 allouettes

La décision de faire mon lancement national à Thetford Mines, la ville où j’ai vécu jusqu’à 18 ans et où vit toujours ma mère et plusieurs amis et parents, participe de cette volonté de mieux faire connaître aux Québécoises et aux Québécois les autres aspects de ma personnalité.

2016-08-10 thetfordJe suis un gars de région devenu ministre de la Métropole après avoir été correspondant à Paris et Washington. Je suis le fils d’un entrepreneur devenu passionné par le progrès social et l’indépendance. Tout cela s’additionne.

Et dans tout ce parcours et pour la suite des choses, j’assume ce trait profondément québécois : il faut faire les choses sérieusement, mais ne jamais se prendre trop au sérieux ! Ici quelques moments rigolos…et bonne fin de vacances à tous et à toutes !

Jean-François Lisée



7 réflexions au sujet de « Le sens du Québec ? Le sens de l’humour ! »

  1. De Québec, bonsoir Jean-François. Pour vous dire la vérité, avant que vous ne soyez élu à l’Assemblée Nationale, je ne vous connaissais que de nom. J’ai été agréablement surpris que vous ne soyez pas un monsieur dans les âges de messieurs Bouchard ou même Parizeau ! Ce n’est pas une blague. Je savais que vous étiez conseiller pour ces Premiers Ministres et c’est tout. Je n’ai jamais lu vos livres non plus et ce n’est pas une blague non plus. Mais quand je vous ai entendu comme Ministre répondre à votre première question de l’opposition officielle, j’ai su tout de suite que vous iriez loin et c’est vrai que vous faisiez sérieux. Depuis votre candidature en mai dernier, dès notre première assemblée de cuisine à Québec, j’ai su que vous aimiez faire des blagues et que vous aimez beaucoup le  » Pop Corn  » ! Tout ça pour vous dire que j’aime votre sens de l’humour et que J’ADORE votre casquette des Nordiques ! Continuez d’être vous-même s’il vous plaît !

  2. Je suis membre en règle du PQ et je ne reçois pas le bulletin hebdomadaire dont vous parlez au début de votre billet. Je serais très intéressée de le lire. Pourriez-vous me dire où le trouver.

  3. Je suis membre depuis 1976 et je ne voterai pas, tout simplement. J’annulerai mon vote en écrivant sur le bulletin qu’aucun des candidats n’est séparatiste. Depuis Lucien Bouchard, nous sommes dirigés par des fédéralistes qui ne disent pas la vérité aux citoyens, comme l’a fait Mme Katleen Wynne, première ministre de l’Ontario en août 2014: le Québec est exclu de la nouvelle Constitution. Depuis deux ans, nous connaissons la réalité mais les médias et les partis prétendument séparatistes ou indépendantistes ou souverainistes se cachent derrières des faux-fuyants pour appliquer le slogan de Lucien Bouchard: « Attendre les conditions gagnantes ». Cela permet à Ottawa de continuer ses vols dans l’économie québécois au profit des autres provinces; des impôts surélevés pour les dividendes des Québécois, par exemple.. Cela lui a permis d’attaquer la loi 101 et de laisser le référendum – illégal – de se tenir en 1995.
    Les Québécois fédéralistes sont vraiment des colon… isés!

    • De Québec. Avec tout votre respect, M. Pepin, je me demande si vous êtes vraiment indépendantiste ? Parmi les candidats, personne ne fait votre affaire ! Changer de parti politique pour voir si c’est mieux ailleurs ? La réponse est non et vous le savez très bien. Alors voterez vous Parti Québécois ou préférez vous demeurer dans un pays colonisé ?

    • Mme Wynne est une des rares personnes politiques à l’avoir affirmé: Le Québec est exclu de la nouvelle Constitution. Alors il faut savoir que dans le contexte actuel le Québec serait le cadenas qui y retient toutes les autres Provinces et qui en empêche toute forme d’amendement… et toute partition sans l’unanimité des partenaires. Ironiquement, comme le reconnaît madame Wynne, si le Québec ne fait pas partie du Canada, il en serait donc une simple possession territoriale héritée d’une Constitution périmée. Et les Colons qui y vivent seraient plus qu’heureux de l’être et fiers des Rois-Nègres qui les représentent. Ayoye!!!

  4. Heureux d’apprendre que Doris Lussier était votre oncle. Ça m’explique beaucoup de choses. « Aux enfants bien nés, la valeur n’attend pas… »

    Certains journaux anglophones déversent tout leur fiel sur les athlètes qui leur paraissent trop Québécois.
    Je n’ai rien d’un psychiatre, mais il me semble que leur stratégie n’est pas tellement différente de celles d’intégristes musulmans: la haine. C’est de la nourriture pour les Richard Bain du Canada.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *