L’Est de Montréal, orpheline du gouvernement Couillard

Ne cherchez pas les lettres HMR (pour Hôpital Maisonneuve-Rosemont) et les mots « ligne bleue » dans le budget du gouvernement Couillard. Ils ont disparu de l’écran radar libéral. Comme le toit du Stade olympique, dont le candidat Couillard avait pourtant vanté les mérites.

Qu’ont en commun ces projets ? Ils sont tous dans l’Est de Montréal. Ils sont tous structurants.

Ils ont également en commun de ne plus être mentionnés par le gouvernement Couillard, alors que d’autres projets, ailleurs sur l’île, font leur apparition.

Comme député de Rosemont, ces questions me turlupinent et j’ai pu questionner la ministre des municipalités, Pierre Moreau, qui défendait ce mercredi les crédits du ministère de la Métropole. Il a confirmé l’absence de volonté politique ferme de son gouvernement à ces sujets.

Des hôpitaux prioritaires, mais pas HMR

L’Hôpital Maisonneuve-Rosemont se bat depuis des lustres pour que son projet de modernisation et d’agrandissement, nécessaire pour offrir des services décents à plus de 600 000 personnes, fassent l’objet d’une attention accélérée. C’était l’engagement que le Parti québécois avait pris pendant la campagne.

Le PLQ n’est pas contre l’accélération des études de projets montréalais. Mais pas HMR. Au cours de la campagne électorale, ils se sont engagés envers trois hôpitaux: Verdun, Sacré-Coeur et HMR.

Dans le discours du budget, des choix ont été faits: l’hôpital Sacré-Coeur et l’hôpital de Verdun. Deux excellents projets qui méritent attention. Mais l’absence de HMR dans cette liste est préoccupante. D’autant que l’actuel ministre de la Santé, Gaétan Barrette, pratique à HMR et est parfaitement au courant des besoins de l’hôpital.

M. Moreau ne pouvait expliquer cette absence.

Des projets de transports prioritaires, mais pas la ligne bleue

Le budget libéral s’intéresse aussi aux projets de transport publics. Il cible spécifiquement « le transport collectif entre l’Ouest et le centre-ville de Montréal ».

Il n’était pas indispensable de répéter dans le budget les travaux en cours — enclenchés par le gouvernement Marois — de préparation des plans et devis pour la ligne bleue.

Mais le silence du gouvernement à ce sujet — et son insistance sur le train de l’Ouest — est un signe de plus d’un changement de cap potentiel.

Le premier ministre Couillard avait lui-même mis la ligne bleue en balance il y a peu en déclarant aux journalistes:

« Il y a le SLR, le train de l’Ouest, le prolongement du métro vers l’Est, des voies réservées, le boulevard Notre-Dame, le prolongement du métro à Laval. On veut favoriser le transport collectif, mais il faut s’assurer d’avoir les bonnes priorités. »

Il était conséquent avec la Plateforme montréalaise du PLQ pendant l’élection, qui disait ce qui suit:

« Nous nous engageons à compléter les projets de train de l’Ouest et de l’Est; nous analyserons également la faisabilité de la réalisation des projets de prolongement du métro.»

Le train de l’Est est presque complété, et dessert principalement les municipalités de l’extérieur de l’ìle. Pour l’avenir, l’engagement libéral pour le projet du train de l’Ouest est ferme, mais la ligne bleue n’apparaît pas dans les priorités.

Aujourd’hui aux crédits, le ministre Moreau a confirmé que, malgré l’existence d’un bureau de projet pour la ligne bleue, malgré la priorité affichée pour la ligne bleue par l’Agence métropolitaine de transport et par la Ville de Montréal et par le gouvernement précédent, toutes les prolongations possibles se valent, y compris, a-t-il dit, un nouveau prolongement vers Laval.

Un flou sur le stade

Pendant la campagne électorale, M. Philippe Couillard avait affirmé que le toit du stade devait était parmi ses priorités. « On s’en occupera dès notre arrivée au gouvernement, a-t-il dit ».

« Il faut faire [les travaux], a-t-il ajouté. Ce n’est pas juste une question de dépenses, mais de revenus. Si le Stade peut être utilisé 140 à 150 jours par année, pour plusieurs activités, ça devient une installation rentable pour le Québec. »

Nous avions prévu une somme pour l’étude du toit du stade. Les Libéraux semblent l’avoir maintenu. Mais aux crédits ce mercredi, le ministre Moreau a refusé de prendre quel qu’engagement que ce soit au-delà de l’étude du projet, rendant vide de sens les propos tenus en avril par son chef. Plus question de s’en occuper « dès notre arrivée au gouvernement ».

Un rétrogradation de la Métropole au sein de l’État québécois

Étrangement, c’est M. Moreau, ministre des Municipalités, plutôt que le ministre de la Métropole, M. Robert Poéti, qui défendait pour le gouvernement les crédits de la Métropole.

Les échanges ont permis de confirmer que le statut du ministre de la Métropole a été considérablement réduit par les Libéraux, par rapport à la situation précédente.
Le ministre Poéti ne préside plus de comité interministériel de la métropole, visant à donner de la cohérence à l’action gouvernementale dans la RMR et regroupant les principaux ministres intervenant à Montréal. Ce comité a été dissous.

Les ministres représentant Laval, la Montérégie, Lanaudière et les Laurentides, qui relevaient de ce comité et de son ministre pour assurer une vision métropolitaine du développement, relèvent maintenant du ministre des Municipalités, au même titre que les ministres régionaux.

Le Secrétariat à la région métropolitaine, qui relevait administrativement du secrétaire général du gouvernement (ministère du Premier ministre), relève maintenant du Ministère des Municipalités.

Plusieurs configurations sont possibles pour bien servir les intérêts de la Métropole au sein de l’appareil d’État. La dissolution du comité interministériel de la Métropole, la rétrogradation du pouvoir administratif de ses hauts-fonctionnaires, le rapetissement du rôle du ministre responsable dans la coordination des enjeux qui englobent les couronnes sont autant de décisions qui affaiblissent la Métropole au sein de l’État québécois.

Étrangement aussi, c’était le ministre responsable de la Capitale Nationale, Sam Hammad, qui défendait les crédits de la Capitale. Le gouvernement Couillard a décidé, là, de ne pas rétrograder le rôle du ministre dans la gestion de la Commission de la Capitale Nationale.

Je suis content pour lui, et pour les gens de Québec !



8 réflexions au sujet de « L’Est de Montréal, orpheline du gouvernement Couillard »

  1. Je ne suis contre la fermeture de l’hôpital Rosemont , mais personnellement
    en ce qui concerne pour le Stade il n’y a pas u un seul Gouvernement qui à u suffisamment de couille pour le démolir et en reconstruire un neuf , plus tôt que de continuer à engloutir notre argent dans cette amas de béton qui s’effrite et un toit qui nous coute la peau des fesse à chaque 2 ans c’est ridicule.

  2. La politique nationale n’est effective que si elle est cohérente pour la Nation qu’elle doit servir. Tout se résume à cette cohérence, en comptant avec le courage politique qui l’accompagne, lorsque l’on passe à l’acte.

  3. Quand on fait les gentils avec ces gens et qu’on défend mollement les interets des québécois, comment voulez vous que les québécois voient la nécessité de faire l’indépendance?
    Allez écouter les discours de Marine Lepen . Elle s’enroule dans le drapeau bleu blanc rouge et défend la France et les Français avec force et ardeur et bientôt elle va récolter les fruits de son travail. Elle démontré une urgence a faire des changements et elle y va a fond. C’est la bonne attitude .

    • Il y a d’autres raisons cruciales pour faire l’indépendance.
      1. Ottawa a volé plus de 13 milliards de dollars dans le fonds d’assurance-emploi québécois (57 milliards dans tout le Canada) au taux d’environ 2 milliards par année; ce fonds est accumulé par les employeurs et les employés et doit servir à l’assurance-emploi, pas aux dépenses ordinaires d’Ottawa.
      2. 650 000 Québécois ont été sur-imposés pendant plusieurs années sur leurs dividendes par rapport aux autres Canadian; résultat, ils ont perdu 21% de leur revenu. Ce sont deux chercheurs qui ont découvert ce stratagème, et rien ne prouve que quelque chose de similaire n’existe pas dans les autres fourchettes de l’impôt.
      3. Le Canada a fait des lois pour obliger les Québécois à acheter leurs denrées alimentaires dans les autres provinces (Jean Garon)
      pendant plusieurs années.
      4. Une partie du Labrador a été donné à une autre province sans compensation pour le Québec. Cela peut se reproduire n’importe quand!

      J’ai une quinzaine de preuves qui dénotent la volonté des Canadian
      à diminuer notre économie et à chercher à jeter les causes sur notre mauvaise gestion. On cherche à diminuer notre propre estime et on réussit, à voir les réactions négatives de nos Québécois.

      Si le parti québécois était un vrai parti souverainiste – au lieu d’un semblant – c’est sûr qu’il en parlerait à profusion pour réveiller la population qui se laisse manger la laine sur le dos, sans le savoir!

      Si vous désirez assister à une conférence sur le sujet, contactez-moi…

  4. Le parti Libéral ne sert que les intérêts des petits amis. C’est un parti affairiste, et dont les organisations criminelles de tout acabit tentent d’infiltrer pour avoir leur quote-part. Depuis plus d’un an, le paysage médiatique ne cesse de démontrer cet état de fait. Autre constat, bizarre!, les soumissions sur les contrats gouvernementaux affichent des baisses fort appréciables depuis la création forcée (mouvement de rue social et étudiant) de l’UPAC et la Commission Charbonneau. Il faut être pathologiquement atteint, ou vouloir que la corruption persiste, pour y voir une normalité. La chose publique québécoise n’est pas une putain comme le pense beaucoup d’affairistes.

  5. À l’école nous lisions les fables de Lafontaine. Surtout pour en découvrir la morale. Où est la morale de vos écrits? Que doit-on en conclure? Ottawa et le PLQ travaillent activement à quoi? Ils réussissent parce qu’ils servent un système? Nous savons tous que nous sommes tous meilleurs à servir, car lorsque nous servons ce n’est jamais assez. Le PQ ne sert pas, il cherche? Que sait le PQ qui ne soit pas que convictions personnelles étriquées? Québec solidaire sert la philosophie de Jaurès. Rien à penser là! Suffit de viser juste. Lorsque le PQ se met sur la défensive lorsqu’on le dit souverainiste, comment voulez-vous que les Québécois n’en concluent pas que la souveraineté est menaçante? Monsieur Lisée, vous écrivez bien. Trop bien. Trop gentil garçon. Comme le PQ. Cela fait de vous le «reject» de la classe. Désolant! Hélas pour nous! Ni vous, ni le PQ, ni les Québécois ne le méritent. Pourtant les touristes ne cessent de le dire «les Québécois sont si gentils et recevants». Du temps de P.E.Trudeau dans mon quartier il y avait une rumeur selon laquelle PET disait qu’on reconnaissait un Québécois à ce qu’il était reconnaissant qu’on se serve de lui comme carpette. (Mes mots parce ceux qui étaient utilisés sont beaucoup trop grossiers). Semble que cela n’a pas changé. Quand le PQ deviendra t-il pragmatique. Quand ouvrirez vous les yeux et comprendrez vous que la souveraineté n’est pas une affaire personnelle? Bourjoi, Montréal.

    • Le PQ ne cherche pas, il a été infiltré par les fédéralistes et se comporte comme tel.
      Il va falloir remettre le parti sur les rails couchés par Lévesque
      ou entrer dans un nouveau parti pour faire l’indépendance.
      Nous sommes d’ailleurs indépendant depuis 1982, cette charte ayant remplacé le texte de la Confédération, celui-ci ayant été accepté par un surplus de 5 députés seulement dans un vote de 49 députés, 27 pour, 22 contre, en 1867.
      On a vu des fédéralistes à la tête du parti québécois…

  6. Couillard et Cie font exactement ce qu’ils ont promis, ils s’en occupant des vraos affaires, soit ceux de leur base electoral qui est dans l’ouest. Le PQ a oublié de les metttre au défie et voilà on recolte ce qu’on mérite..

Les commentaires sont fermés.