Comment l’austérité du PLQ heurte les handicapés

Vous aviez vu ce récent article de La Presse:

Cliquez pour vous rendre à l'article.

Cliquez pour vous rendre à l’article.

Ce mardi j’ai interrogé à ce sujet la ministre libérale Lucie Charlebois:

Les réponses de la ministre vous ont-elle convaincues ? Pas moi. Ni les responsables des résidences concernées, de l’Association des Ressources Intermédiaires, qui a émis un communiqué pour rectifier les faits.

L’Association réitère ce qu’ils m’avaient raconté récemment, c’est-à-dire que des représentants du ministère de la santé les ont informés de leur décision de procéder

« unilatéralement [à] des coupures auprès des très petites
ressources intermédiaires, et ce sans égard aux impacts sur les services  offerts aux personnes les plus vulnérables hébergées dans ces ressources.
À maintes reprises l’ARIHQ a formulé des demandes à l’effet de procéder à  l’examen des cas particuliers auxquels la ministre déléguée fait référence. »

Donc, contrairement à ce qu’affirme la ministre, aucun mécanisme n’est en place pour trouver des « points de passage ». Au contraire, ses représentants ont livré une fin de non-recevoir à l’Association. J’ai demandé par lettre à la ministre de recevoir personnellement les représentants de l’Association, ce qu’elle devrait faire sous peu.

Voici le communiqué intégral:

L’ARIHQ tient à rectifier les  propos
de la ministre déléguée Lucie Charlebois

Contrairement à ce que laisse entendre la Ministre déléguée à la
Réadaptation, à la Protection de la jeunesse et à la Santé publique,
madame Lucie Charlebois, lorsque confrontée en Chambre à l’Assemblée
nationale par M. Jean-François Lisée, député de Rosemont, sur la question des
coupures dans les petites ressources intermédiaires spécialisées en
déficience intellectuelle, l’ARIHQ n’a jamais signé une entente de
coupures avec le ministère de la Santé et des Services sociaux.

Par ailleurs, Mme Charlebois parle à tort de mécanismes de protection en
place pour assurer le maintien de la rétribution jusqu’en 2015, ce qui
n’est pas pourtant pas le cas pour les petites ressources intermédiaires
dont il est question, jamais les représentants de l’ARIHQ n’ont reçu
l’assurance du maintien de cette rétribution jusqu’en décembre 2015.

Or, les représentants ministère de la santé et des services sociaux
recommandent unilatéralement des coupures auprès des très petites
ressources intermédiaires, et ce sans égard aux impacts sur les services
offerts aux personnes les plus vulnérables hébergées dans ces ressources.
À maintes reprises l’ARIHQ a formulé des demandes à l’effet de procéder à
l’examen des cas particuliers auxquels la ministre déléguée fait référence.

« L’ARIHQ est fortement opposée à de telles coupures et réclame du
Ministère qu’il maintienne le financement actuel jusqu’à ce qu’il prenne
le temps de bien évaluer les besoins et le profil de ces personnes
exigeant un encadrement de haute intensité, et ce tel signée entre le
Ministère et L’ARIHQ », indique Johanne Pratte, directrice de l’ARIHQ. La
directrice générale ajoute « qu’il est nécessaire de procéder conjointement
(ARIHQ-MSSS)  à l’examen minutieux des cas particuliers compte tenu que
des fermetures de ressources seraient désastreuses pour les résidents qui
font partie des plus vulnérables de notre société. »

Le réseau des ressources intermédiaires, c’est 800 membres, 12 000
personnes hébergées, près de 8 000 employés et plus de 400 millions de
dollars en activité économique.



9 réflexions au sujet de « Comment l’austérité du PLQ heurte les handicapés »

  1. Juste vous signaler, au passage, que l’extrait vidéo que vous nous présenter concerne plutôt une politique en itinérance que de possibles coupures de subventions gouvernementales aux ressources intermédiaires pour personnes handicapées. Merci, malgré tout, pour votre sensibilité et préoccupation envers ces personnes les plus exclues et marginalisées.

  2. Le projet de loi 20 du Docteur Barrette, c’est du délire. Il va certainement affecté les soins aux personnes handicapées. Avec le nouveau calcul proposé, pourquoi un médecin suivrait-il des personnes handicapées qui demandent souvent plus de temps?

    Des amendes aux parents qui n’envoient pas leur enfant à la garderie à tous les jours réservés … des pénalités aux médecins omnipraticiens qui ne suivent pas 1000 patients … on devra contrôler le nombre de relations sexuelles pour avoir droit à l’insémination artificielle … C’est incroyable! Je rêve. Dans quel pays sommes-nous?

    Ce ne sont pas les problèmes soulevés qui sont incorrects, ce sont les solutions proposées!

    Dans toutes ces mesures, qui visent toujours à réduire les dépenses, on ne parle jamais du coût à l’information. Pour toutes ces mesures (par exemple la modulation des frais de garderie) on devra recueillir beaucoup d’information, la vérifier, la traiter, la partager et la distribuer. Tout ce traitement de l’information implique un coût additionnel (qu’on ne retrouve pas dans la formule des frais fixes en garderie, par exemple) Notre bureaucratie gouvernementale, diminuée, pourra-t-elle suivre correctement tous les processus proposés? N’importe qui au Québec vous dira que ce n’est pas un sinécure que de composer avec les fonctionnaires gouvernementaux. Ces nouvelles procédures ne vont certainement pas arranger le choses. !!!

    J’aimerais vous entendre M Lisée, sur ce coût à l’information.

    NB Je suis membre des 1000 qui se sont embarqués avec vous pour le changement!

  3. Pendant qu’on sen prend encore aux plus démunis, nos autorités provinciales oublient que si le Québec était indépendant on gagnerait 2 milliards par année et si on taxait les profits des banques on aurait déjà un autre deux milliards. Pas besoin de faire payer les plus pauvres, on a qu’à se tenir debout.

  4. Cette forme d’austérité hallucinatoire n’est qu’un prétexte pour défaire tout ce que l’état québécois a fait de bien depuis les annees 60′.
    Voyez ce que Jeremy Rifkin, Nobel d’économie a à dire: (Description de la religion de Martin Coiteux «le vindicatif») «La population, globalement, a été dépouillée de son pouvoir civique collectif et atomisée en millions d’agents autonomes, contraints de se tirer d’affaire individuellement sur un marché tenu par quelques centaines de compagnies mondiales. Cet asservissement a eu lieu à la vitesse de l’éclair»

  5. S’il est vrai que le PQ est prêt à approuver la loi 3 vous devriez cesser toutes activités pilitiques immédiatement. Einstein disait que la folie était de toujours faire les choses de la même manière en espérant des résultats différents. Si vous signez la loi 3 cela signifie que vous faites de la politique de manière traditionnelle comme ont fait de la politique en suivant des normes figées sans égards aux résultats dont le verrouillage de la démocratie. Solon a posé les bases de la démocratie pour combattre le déclin moral de la société de son époque. Tout ce que vous savez faire est de lever les bras en l’air alors que le chariot dévale la pente. Hélas!

  6. je pense qu’il faut en finir avec la culture qui veut que si tu ne dépense pas tout ton budget il soit réduit l’année suivante.Il faudrait plutôt donner une prime au gestionnaire qui serait le plus économe.

  7. Les libéraux ont un problème avec les services publics que le Québec s’est donnés pour aider et soutenir économiquement les personnes moins nanties et la classe moyenne. Ils ont, par contre, un faible évident pour les entreprises privées et celles-ci les remercient à leur manière (contributions, retours d’ascenceur…).

    Je siège sur une commission de la famille de ma MRC depuis plusieurs années. BÉNÉVOLEMENT, on soutient les municipalités dans leurs rôles.Qui siège autour de cette table ? Des représentants d’organismes tels que :
    – association de personnes handicapées
    – commission scolaire
    – CLD
    – CPE… pour ne nommer que ceux-ci.

    Depuis les 8 ans que je participe, un siège est disponible pour un représentant de l’entreprise privée. Je constate qu’il est vide depuis toujours.

    Je pose simplement la question. Pourquoi attaquer ces organismes utiles dans chacune de leur mission et qui offrent généreusement de leur temps pour le bien-être de la communauté ?
    Pour n

Les commentaires sont fermés.