En 1995, Jacques Chirac avait choisi son camp: le Québec

Jacques Chirac, Jacques Parizeau

Avec Jacques Parizeau et Philippe Séguin en janvier 1995, Chirac annonce aux journalistes que la France sera la première à reconnaître une victoire du Oui.

On dira ce qu’on voudra de Jacques Chirac. Et il y a beaucoup à dire. Mais sa fidélité au Québec aux moments cruciaux du référendum de 1995 fut en tous points remarquable. Objet d’énormes pressions de la part d’Ottawa, il a résisté et a choisi son camp: le Québec !

Son intervention prévue pour le soir du 30 octobre aurait eu un impact considérable sur la suite des choses.

C’est connu, Chirac était très ami avec Jean Pelletier, ex-maire de Québec devenu chef de cabinet de l’alors premier ministre Jean Chrétien.

Il était aussi en contact fréquent avec Paul Desmarais, qui lui annonçait alors la défaite certaine des souverainistes au référendum à venir. Lors de la visite de Jacques Parizeau à Paris en janvier 1995, Jacques Chirac nous racontait qu’il contredisait gentiment son ami Desmarais, estimant plutôt que les indépendantistes allaient surprendre.

Notre stratégie référendaire prévoyait qu’en cas de victoire du Oui, le Québec n’allait pas immédiatement proclamer son indépendance. Donc n’allait pas demander que d’autres pays « reconnaissent l’indépendance » du Québec. Ce ne serait qu’après un an, à la suite d’une tentative, fructueuse ou non, de négociations avec Ottawa, que nous allions déclarer l’indépendance et vouloir une reconnaissance.

Pour l’heure, nous demandions que les pays amis reconnaissent la décision politique de devenir indépendant.

Chirac avait bien compris. En janvier 1995, il nous avait beaucoup surpris. Dans notre rencontre privée, il avait assuré M. Parizeau qu’en cas de victoire du Oui, la France serait la première à reconnaître la décision, entraînant à sa suite plusieurs pays de la Francophonie. Préparant le point de presse qui allait suivre, il fut convenu qu’il allait publiquement rester vague à ce sujet alors hypothétique. Mais au micro, dès les premières questions, il déclara que, bien sûr, la France dirait oui au oui québécois, sans hésitation. «Les nations francophones […] et en particulier la France devraient être immédiatement aux côtés des Québécois et soutenir et reconnaître cette nouvelle situation». Nous étions aux anges !

Chirac n’était alors que maire de Paris et candidat potentiel à la présidentielle qui allait avoir lieu quatre mois plus tard, en mai. Les sondages le donnaient perdant. Le lendemain de sa déclaration, Jean Chrétien cru faire un bon mot en disant que « le Québec a autant de chance de devenir indépendant que Jacques Chirac de devenir président de la France! »  Chirac fut élu.

Arrivé à l’Élysée, allait-il changer de position ? C’est ce que voulait Ottawa. Mais à quelques jours du vote, le 23 octobre 1995, Chirac répondit aux questions de Larry King, sur CNN, à ce sujet. Il affirma avec aplomb que son pays allait reconnaître « le fait » que les Québécois ont choisi l’indépendance. Ce qui a rendu Jean Chrétien furieux.

Un rôle essentiel

La position française était essentiel car nous prédisions que Jean Chrétien, le soir d’une victoire du Oui, allait refuser d’admettre que les Québécois avaient choisi l’indépendance, par leur vote majoritaire. Chrétien a confirmé par la suite que telle aurait été son attitude.

L’opinion publique québécoise et canadienne, les réseaux diplomatiques n’avaient absolument pas été préparés à l’éventualité d’un tel refus de la part d’Ottawa. D’autant que dans deux discours prononcés au cours des derniers jours de la campagne référendaire, Chrétien avait donné un avis contraire: « Demeurer canadiens ou ne plus l’être, rester ou partir, voilà l’enjeu du référendum ». Il avait ajouté: « d’un bout à l’autre du Canada, les gens savent que cette décision est entre les mains de leurs concitoyens du Québec. »  Il a parlé finalement d’une décision « sérieuse et irréversible ».

Nous avions donc un scénario où, le soir de la victoire du Oui, les électeurs québécois et les observateurs étrangers entendraient : 1) Monsieur Parizeau dans son discours préenregistré très décidé mais très digne et pragmatique, confirmant chaque étape de la voie à suivre; 2) Jean Chrétien refusant de reconnaître la décision, surprenant tout le monde.

Qui le contredirait immédiatement ?

La France, quatrième puissance mondiale, membre de l’OTAN et du G7, membre permanent du Conseil de sécurité de l’ONU.

Depuis plusieurs jours je coordonnais, côté québécois, la négociation du texte que l’Élysée allait émettre. L’ex-ministre Jacques-Yvan Morin était notre envoyé spécial, travaillant avec notre délégué général Claude Roquet en collaboration serrée avec le président de l’Assemblée nationale Philippe Séguin, ami de Chirac et indépendantiste déclaré.

Nous savions que l’ambassade canadienne et le bureau du premier ministre Chrétien tentaient par tous les moyens d’intervenir. On nous avisa même qu’un diplomate canadien évoqua la possibilité d’une rupture des relations diplomatiques Canada-France en cas d’appui français au Oui québécois.

Un texte audacieux de l’Élysée

La négociation ne fut pas ardue. Nous étions en présence, à Paris comme à Québec, de gens qui souhaitaient s’entendre sur un libellé mutuellement satisfaisant. J’ai même fait savoir que nous n’aurions aucune objection à ce que le communiqué évoque la volonté française de maintenir de bons liens d’amitié avec Ottawa par la suite. Nous voulions nous-mêmes un partenariat Québec-Canada. Alors…

Tel que rédigé, le texte nous allait parfaitement. Le voici:

« La France prend acte de la volonté démocratiquement exprimée par le peuple du Québec, le 30 octobre 1995, de devenir souverain après avoir formellement offert au Canada un nouveau partenariat économique et politique. Lorsque l’Assemblée nationale du Québec en viendra à proclamer la souveraineté du Québec selon la démarche prévue par la question référendaire et maintenant entérinée majoritairement par le peuple québécois, la France en tirera amicalement les conséquences.

Soucieuse que ce processus se déroule dans les meilleures conditions, la France tient à réaffirmer son amitié au Canada et à son gouvernement. Ils peuvent être assurés de notre volonté de maintenir et d’approfondir les excellentes relations qui nous lient. »

Il faut noter l’audace. La France ne se limite pas ici à reconnaître la décision démocratique, sachant qu’elle déplaira puissamment au Canada, pays du G7 et de l’OTAN. Elle prend même un engagement envers un événement hypothétique. Lorsque le Québec proclamera la souveraineté, elle « en tirera amicalement les conséquences ». . L’hypothèse sous-entendue est que le Canada, lui, pourrait ne pas reconnaître la déclaration du Québec. La France signale à l’avance que, dans tous les cas de figure, son « amitié » ira au Québec. Subsiste, ici le volontarisme gaulliste. C’est Vive le Québec libre ! deuxième acte.

Notre propre travail de défrichage auprès des pays membres de la Francophonie, coordonné par notre infatigable sherpa Michel Lucier, nous donnait à penser que, dans les 48 heures qui suivraient et compte tenu de coup de tonnerre de Jacques Chirac (qui probablement en rajouterait en parlant aux médias le lendemain), plus d’une dizaine de pays de la Francophonie reprendraient à leur compte les mots du communiqué Élyséen.

Le sort de la souveraineté du Québec allait bien sûr se jouer au Québec et au Canada. Mais l’intervention de Chirac aurait énormément compliqué le travail de sape prévu — mais non préparé — de Jean Chrétien. J’ai raconté dans mon ouvrage « Octobre 1995 – Tous les espoirs, Tous les chagrins », comment ni Washington, ni Londres, n’étaient avisés d’un possible refus de Chrétien de reconnaître la victoire du Oui.

L’irruption très précoce de la France dans le débat allait avoir un effet refroidissant sur les capitales européennes, au premier chef l’Allemagne. Probablement invités, par Ottawa, à appuyer la position canadienne, la plupart de ces pays auraient choisi le mutisme le plus complet.

Au Québec, le refus démocratique de Chrétien aurait créé un ressac fort et nous avions prévu la sortie rapide d’un bon nombre de partisans du Non qui allaient réclamer le respect de la décision démocratique québécoise. L’appui du président de la France allait leur donner une caution utile.

La partie n’était pas jouée. Nous savions qu’après avoir gagné le référendum, il nous faudrait ensuite gagner la souveraineté. Mais, beaucoup grâce à Chirac, au soir du 30 octobre 1995, la partie se serait ouverte à 1 à 0 pour le Oui.

 


Ma dernière balado vous attend. En voici la bande annonce:



Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *