À voir (ou pas): Meurtriers sur mesure et des destins français

La série de Netflix Making a murderer, sur une accusation de meurtre hautement suspecte, a fait des petits au Québec.

En sept épisodes d’une heure, Meutres sur mesure, présenté sur Illico, revient en détail sur une erreur judiciaire qui aura coûté 12 ans de prison à deux innocents de Val d’Or.

Douze ans, c’est le temps qu’il faudra au système judiciaire pour admettre que la confession d’un des accusés a été extorquée après un tabassage, qu’une partie de la preuve, qui disculpait les suspects, a été cachée et que d’autres pistes d’enquête ont été ignorées.

Meurtriers sur mesure, BernheimLa série est basée sur le livre du criminologue Jean-Claude Burnheim disponible en librairie.

Les réalisateurs Izabel Chevrier et Martin Paquette ont fait un travail d’enquête et d’entrevue considérable et la série alterne entre leurs tentatives de faire la lumière et le rappel des faits, racontés avec émotion par les victimes et leur famille.

Seul bémol, le tout est parfois un peu lent et répétitif et six épisodes auraient sans doute suffit. (Making a Murderer, surtout la seconde saison, avait la même faiblesse.)


Des destins français bien ciselés

Sur TV5, on peut voir une fois par mois le dimanche soir l’excellente série documentaire Un jour, un destin, animée par Laurent Delahousse.

On a pu voir cette saison d’excellentes biographies d’Alain Delon, de Jean-Paul Belmondo et de Fabrice Luchini. La formule insiste sur la carrière et la vie personnelle de ses biographés, sans s’étendre sur leur oeuvre. Malheureusement on ne peut visionner les épisodes en ligne au Québec.

J’ai quand même trouvé pour vous des versions présentes sur YouTube. Alain Delon:

Et celui sur Joe Dassin:


La bande-annonce de ma dernière balado:
Médaille d’or à Andrew Scheer pour la pub la plus malhonnête



Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *