Changement climatique: pourquoi le Québec peut compter

Chaque année, la Nouvelle-Delhi réunit des élus, ONGs et chercheurs pour prendre le pouls des discussions en cours sur les changements climatique, dans le Delhi Sustainable Development Summit.

Le Québec y est un invité fréquent. J’y ai expliqué comment le Québec peut s’appuyer sur des alliances avec des États comme la Californie pour provoquer des changements dans la politique climatique du Canada et des États-Unis.

Voici la vidéo de mon intervention de ce jeudi:

L’article du Devoir de ce matin résume inexactement mes propos sur le poids qu’aurait pu avoir un Québec souverain dans les débats passés. Voici ce que j’ai dit:

We in Quebec of course are not a sovereign state. Or not yet a sovereign state. Some of us would have liked to be in Rio or Copenhagen and have the ability to vote with others environmentally friendly nations and try to help tipped the balance. We may not have succeed.

Gaz de schiste, la guerre des ondes

Savez-vous qu’il y aura bientôt une suite au fameux documentaire Gasland, de Josh Fox, sur les dangers du Gas de schiste ?

Et savez-vous qu’un contre-documentaire, pro-gas de schiste, est en production ? En voici un avant-goût. D’abord les pro-fracturation, pour leur film Frack Nation:

Puis un petit film dans lequel Fox répond à ses détracteurs et plonge dans le débat en cours pour les permis de fracturation dans l’État de New York

 

Le Plan Nord, un Plan Rouge ?

Voici un détail de la carte émise par la NASA montrant, en rouge, les endroits qui seront les plus affectés par les changements climatiques d’ici 2100.

On a l’impression que le Plan Nord est spécifiquement visé !+

Image1

 

 

 

 

 

 

 

 

Ça va être chaud !

On peut voir la carte complète et les commentaires sur le site de la NASA ici.

Enfin, une pub du Québec que j’aime

Depuis quelques mois, le gouvernement du Québec inonde les ondes d’une publicité sur le Plan Nord qui a tous les attributs du chasseur vendant la peau d’un ours qu’il n’a pas encore tué et qui peut-être, au contraire, le mangera tout rond sous peu.

Mais aujourd’hui, une autre vidéo a été mise en ligne, qui me met davantage de bonne humeur:

Et si la forêt d’Amazonie était en Alberta?

Citation:

Supposons que le président Obama soit invité à signer un certificat qui permettrait à un pipeline de transporter un flot ininterrompu de buches provenant d’Amazonie. Cela créerait des emplois — mais il ne signerait pas.

Et il ne signerait pas parce que le monde comprend que la forêt amazonienne est essentielle à l’avenir de la planète — et parce que nous semblons être plus exigeants envers le Brésil qu’envers le Canada.

amazonian-rainforest-map-150x150Rapport ? L’auteur de ces lignes est Bill McKibben. Écologiste, auteur du livre The End of Nature et co-directeur d’une campagne visant à convaincre l’administration Obama de ne pas autoriser le pipeline Keystone, qui doit permettre d’augmenter la livraison de pétrole albertain aux États-Unis.

Sans ce pipeline, pas d’extension rapide de l’industrie pétrolière albertaine.

Larose a raison de donner raison à Bouchard!

22646720Dans son billet de ce jeudi, Gérald Larose donne raison à Lucien Bouchard au sujet de l’indemnisation demandée pour les pertes encourues par les entreprises d’hydrocarbure pour leur incapacité à user de leur droit d’exploration pendant la phase de semi-moratoire en cours.

Larose:

Lucien Bouchard a raison. Il faut les compenser. De grandes multinationales étrangères ont payé 10 ¢ l’hectare pour se faire donner nos droits. [...] Arrêtons-là la torture. Effaçons tout ce qui a été fait. Excusons-nous même.

Reprenons les permis. Remboursons les 10¢ l’hectare. Compensons 10% de rendement  en ajoutant 1¢ l’hectare. Redevenons propriétaires. Faisons nos devoirs. Et s’il y a lieu, exploitons ces ressources en toute connaissance de cause suivant nos besoins et  en fonction de nos intérêts.

Pause découvertes: Pierre Dansereau, notre géant

Cela vous a peut-être échappé, mais cette année le CÉRIUM a offert son Prix de la contribution internationale en carrière à Pierre Dansereau, un des inventeurs de l’écologie, qui aura 100 ans cette année.

Le journaliste Louis-Gilles Francoeur et le sociologue de l’environnement Jean-Guy Vaillancourt nous fait découvrir ce grand québécois dans le dernier Planète Terre:

Et si Harper-le-vert nous faisait économiser 9 milliards ?

greenJ’ai une bonne question pour Stephen Harper, si jamais vous avez l’occasion de lui parler. Il a déclaré jeudi dernier que son engagement envers le projet hydro-électrique de nos voisins et amis Terre-Neuviens pouvait facilement s’exporter dans les autres provinces, « y compris au Québec ».

Le critère ? Que le projet présenté ait comme conséquence la promotion des énergies vertes — un thème très cher au coeur de notre Premier ministre, comme chacun a pu le constater à Copenhague.

Eh bien, M. Harper, j’ai une super-bonne idée pour vous. Votre décision d’offrir une garantie de prêt au projet Terre-Neuvien ne coûte rien à Ottawa. Mais comme le gouvernement fédéral a un « meilleur crédit » que celui de St-John sur les marchés, les taux d’intérêts du projet en sont réduits, permettant à nos voisins une économie de 200 millions.