Écosse: Londres a passé la loi canadienne sur la clarté à la moulinette

Il est risible de lire ce vendredi les déclarations de Stéphane Dion, selon lequel le processus référendaire en cours en Écosse puisse être de quelque façon compatible avec l’abjecte loi sur la « clarté » que lui et le Premier ministre Chrétien ont imposée au Canada.

Contrairement à M. Dion, M. Chrétien est allé dire aux Britanniques en mai 2013 qu’il était très mécontent de la façon dont Londres avait cédé aux Écossais sur le calendrier, sur la non participation des autres britanniques à la décision et sur le seuil de 50%+1 sur la question. Il voyait bien que le gouvernement britannique n’avait rien retenu de C-20. Voici comment:

L’expérience internationale récente préfère de loin que les parties en instance de divorce politique s’entendent sur le processus avant de le lancer.

1. La question

Canada: Ottawa s’arroge le droit de décider, seul, de la recevabilité de la question référendaire.

L’effet Mulcair sur les libéraux fédéraux du Québec

indexJe vous le disais le jour de l’élection de Mulcair, le triomphe de cet ex-ministre libéral a pour effet de rendre les libéraux fédéraux québécois catatoniques. Ce sera encore plus vrai si Denis Coderre quitte le navire pour se lancer, l’an prochain, en politique municipale.

Un de mes amis libéraux fédéraux (oui oui, j’en ai!) en est réduit à refaire l’histoire dans sa tête et à tenter de trouver le moment où cette ligne temporelle désastreuse aurait pu être évitée.

Voici ce à quoi il pense, en broyant du noir:

J’ai pensé à quelque chose en fin de semaine en entendant que Justin avait gagné son combat de boxe: que se serait-il passé si Stéphane Dion avait été moins con et avait laissé Justin se présenter dans Outremont [en 2007] comme Justin le souhaitait (c’était une complémentaire après la démission de Jean Lapierre).

Imaginons un peu :

Prendre goût à Justin

boxe-150x150Autant l’avouer… je prends goût à Justin Trudeau. Le fait qu’il ait menacé de devenir séparatiste si le Canada plongeait trop avant dans la sauce Harper m’avait déjà mis l’eau à la bouche.

Mais voir ce gringalet donner une râclée au sénateur conservateur Brazeau me le rend encore plus sympathique. Aurais-je préféré qu’il mette la droite K.-O. ? Oui, bien sûr. Mais il a du punch et de l’audace.

Alors (grand respire!): Bravo Trudeau !

Confirmé: le jeune Trudeau est (sera?) séparatiste!

Je dis Le jeune, je devrais dire Les jeunes.

Le couple Nemmi l’ont révélé dans le premier tome de la biographie qu’ils lui consacre: le jeune Pierre Trudeau, alors étudiant à Brébeuf, a eu un passage très nettement séparatiste.

Mais aujourd’hui, voici ce qu’a déclaré ce dimanche au micro de Franco Nuovo l’autre jeune Trudeau, le fils: Justin

justin-trudeau-150x150«et je dis toujours si, un moment donné, je croyais que le Canada, c’était vraiment le Canada de Stephen Harper, puis qu’on s’en allait contre l’avortement, puis qu’on s’en allait contre le mariage gai, puis qu’on retourne en arrière de dix milles différentes façons, peut-être que je songerais à vouloir faire du Québec, un pays. Oh oui. Absolument. Si je ne reconnais plus le Canada, moi, mes valeurs, je les connais très bien.»

Wow ! Cette citation est repiquée du blogue de Josée Legault de ce dimanche.

Fusion Libéraux et NPD: bonne ou fausse bonne idée ?

La recomposition du paysage politique canadien reste du domaine du possible. Le futur chef du NPD voudra-t-il explorer avec le futur chef du PLC une alliance tactique ? Il a jusqu’au printemps 2015 pour le faire car l’élection n’aura lieu qu’à l’automne 2015.

L’absence de mouvement en ce sens, au début 2012, ne présage donc en rien l’avenir. L’approche d’une probable reconduction d’un gouvernement conservateur majoritaire, en 2014, jouera plus fort que tous les égos et toutes les carrières pour remettre la question à l’avant plan.

À Planète Terre cette semaine, j’anime un débat entre deux politologues de l’Université de Montréal, l’un, Denis Saint-Martin, favorable à la fusion et l’autre, Jean-François Godbout, estimant qu’elle n’est pas réaliste.

Ils ont chacun signé un texte sur le sujet, Saint-Martin ici, Godbout là, et votre blogueur favori a sa propre idée, ici.

Rae vs Ignatieff, l’ambassade US donne Rae vainqueur!

ignatieffrae3Quel don du ciel ces Wikileaks! Et quelle bonne idée d’égrener la publication des 500 000 télégrammes diplomatiques confidentiels sur des mois et des mois.

Ce mardi, le Globe and Mail fait état des télégrammes concernant les problèmes des libéraux fédéraux en 2009. Plus intéressant pour nous — et pour Bob Rae — est la relation d’une rencontre entre Ignatieff, alors chef, Rae et l’ambassadeur Jacobson:

La dynamique entre les anciens amis puis rivaux Ignatieff et Rae reste clairement tendue. Rae est arrivé en retard à la rencontre puis a immédiatement dominé la conversation, alors qu’Ignatieff écoutait presque docilement.

Rae était de loin plus éloquent et persuasif et montrait peu de déférence envers son chef, sans toutefois afficher de rudesse ou d’animosité personnelle envers lui. […]

Rae démontrait une meilleure connaissance des dossiers et une plus grande profondeur qu’Ignatieff, qui s’est principalement limité à des généralités et des propos courtois.

Comment battre Harper en 2015!

Étant toujours prêt à rendre service, j’aurais un conseil à donner aux Libéraux fédéraux et aux Néo-démocrates qui s’interrogent sur leur avenir.

Mais d’abord, faisons un peu de politique fiction. Un internaute, Vid, a recalculé l’élection du 2 mai en posant l’hypothèse que le NPD et le PLC n’aient formé qu’un seul et même parti et aient  — ce qui est hautement improbable — conservé la totalité des votes libéraux et néo-démocrates.

Voici ce que ça donne:

libdem

 

 

 

 

 

Étonnant, non ? (cliquez pour agrandir)

On peut voir d’autres détails et ses représentations du vote réel ici.

Bref: 187 sièges aux Lib-dems, 120 aux Conservateurs, un au Parti vert, aucun au Bloc. La marge de victoire des lib-dems est assez grande pour croire qu’une déperdition importante des votes au moment de la fusion (les libéraux de centre allant aux conservateurs) aurait quand même assuré la victoire.