Lire : Qu’attendent les producteurs pour réaliser une série sur Denise et Dodo ?

Ceux qui ont mon âge ont grandis avec elles. Les moins de 40 ans savent qu’elles font partie de la culture québécoise. Elles se sont racontées, dans des livres parus, pour Denise Filiatrault, en 2017, et pour Dominique Michel, en 2006. Je vous en parle aujourd’hui car je les ai lus au cour des derniers mois avec bonheur et que je veux lancer un cri du cœur aux producteurs/trices de séries télévisées.
Denise Filiatrault

Qu’attendez-vous pour piger dans ces ouvrages et nous raconter cette histoire populaire de la culture québécoise moderne, à travers deux de ses personnages les plus attachants, les plus croustillants, les plus émouvants ?

On trouve de tout dans ces ouvrages.

La route vers le succès: Dominique et Denise viennent toutes deux de milieux modestes et gravissent une à une les marches qui en feront les femmes les plus populaires au Québec.

Les milieux sordides: En début de carrière, elles fréquentent les clubs et les cabarets où rôdent la mafia, la drogue, la prostitution. Elles se démènent contre la misogynie ambiante.

Les célébrités: Elles y croisent Aznavour et toute la bande de jeunes et futures vedettes du Québec et de la France.

L’invention de la télévision: Elles passent des clubs à la radio, puis à la télévision naissante. Deviennent des reines du petit écran et, pour Dodo, de la chanson.Dominique Michel

L’éveil amoureux: Dodo emmène son futur premier amant dans un chambre d’hôtel, verrouille la porte, lance la clé par la fenêtre, avise son homme qu’elle ne sortira pas de la pièce tant qu’elle sera vierge. Une scène qui réclame de vivre à l’écran  !

Le jet set et la misère humaine: Un millionnaire tombe sous le charme de Dodo et l’embarque chaque week-end dans son Jet Privé vers les capitales et les plages mais, de retour à la maison, la chanteuse doit aller chercher sa mère alcoolique, au poste de police, plusieurs fois par mois.

Le batifolage: Denise n’est pas en reste, harponnant Johnny Hallyday et, pourtant indépendantiste, s’envoyant Pierre Trudeau.

Les entrepreneuses: Elles font du fric, et en perdent beaucoup, dans des discothèques et des restaurants. Il y a un épisode juste là-dessus.

Un peu de brasse camarade: Dodo met son poing au visage de l’avocat qui l’a escroqué. Denise développe une façon assez robuste de faire connaître son point de vue.

Le plafond de verre: Denise doit se battre pour que sa contribution au scénario du méga-succès Moi et l’autre soit mentionné au générique.

La maturation: Les deux femmes progressent en maturité dans leur carrière. L’amusante Dominique devient (brièvement) productrice de film (dont le sulfureux « O ») puis campe un rôle dramatique dans Le déclin. Denise joue du Michel Tremblay, devient scénariste, puis productrice, metteure en scène, et réalise plusieurs de ses rêves, dont de porter à l’écran (deux fois) la vie de la chanteuse Alys Roby.

Les relations en dents de scie: Le couple Dominique et Denise ont connu des hauts et des bas, un bel arc dramatique. (Il faudrait une finale de réconciliation, c’est un problème).

Bref, chers producteurs et scénaristes, il y a là un matériau riche, une série à succès garantie. En attendant, on peut toujours lire les livres…

En librairie

Denise Filiatrault (Avec Danièle Laurin): Quand on est né pour un p’tit pain

Dominique Michel: Y a des moments si merveilleux 


La bande annonce de ma dernière balado:

Lisée202 (Des histoires du Québec)
Le plus grand chagrin de René Lévesque

Abonnez-vous ici



Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *