Pénurie de questions pour Bochra Manaï

Chers lecteurs, vous savez combien j’aime rendre service. J’ai ressenti ce besoin avec plus de force que d’habitude à la lecture de la chronique/entrevue publiée par la chroniqueuse Rima Elkouri au sujet de la nouvelle commissaire antiraciste Bochra Manaï dans LaPresse+ de ce matin.

Loin de moi l’idée de critiquer une collègue chroniqueuse dont la contribution à notre compréhension des enjeux est inestimable. Je souhaite simplement et bien humblement enrichir l’excellente démarche entreprise.

Par exemple, sur une des controverses entourant la nomination de Mme Manaï, Mme Elkouri écrit : « On a aussi ressorti une citation hors contexte pour lui prêter des idées qui ne sont pas les siennes. »

Absolument. Absolument. Puis elle cite Mme Manaï : « Je mentionnais dans un discours un article du Soleil qui disait qu’Alexandre Bissonnette avait inspiré l’instigateur de l’attentat de Christchurch. Évidemment, je ne disais pas que les Québécois étaient tous des suprémacistes ! Ce n’était pas du tout mon propos. »

C’est très éclairant. J’ajouterais seulement deux choses. Ce n’est pas seulement la citation qui a circulé sur les médias sociaux le jour de sa nomination, mais tout l’extrait de discours de Mme Manaï que son employeur d’alors, le Conseil National des Musulmans canadiens, avait choisi de mettre en ligne, là où on le trouve toujours d’ailleurs.

La citation était donc dans le contexte d’origine et on peut voir que l’oratrice semblait la lire sur son téléphone intelligent. Mais de quelle citation parle-t-on exactement ? Je vous l’offre ici pour rendre service aussi car les lecteurs de LaPresse+ ne s’en souvenaient peut-être pas: « le Québec est désormais une référence pour les suprémacistes extrémistes du monde entier».

Une question possiblement pertinente qui a peut-être été posée puis retirée par manque d’espace aurait pu être celle-ci : « Mme Manaï, vous qui condamnez avec raison les amalgames et les raccourcis, comprenez-vous pourquoi certains ont pu juger vos propos excessifs envers le Québec ? »

Quoiqu’il en soit, la chroniqueuse reprend : « Au lendemain de sa nomination, on l’a réduite à son seul statut de militante anti-loi 21 – un enjeu qui n’a rien à voir avec son présent mandat. »

En effet. En effet. Enfin, cela n’aurait rien à voir avec son mandat antiraciste si elle ne pensait pas que la loi 21 était raciste. Est-ce son opinion ? Elle a refusé de le dire à plusieurs reprises. Alors le doute persiste. Cette entrevue aurait-elle été une bonne occasion pour elle de préciser sa pensée? Probablement pas.

(Le texte se poursuit après la pub)

Versions numériques et AudioLivres disponibles.

Avoir écrit 15 millions d’affaires

Mme Manaï soulève ensuite un argument très pertinent : « La chercheuse en moi est fascinée de voir, alors que j’ai écrit 15 millions d’affaires, qu’on m’a réduite à cette phrase-là [sur le Québec et les suprémacistes] pour disqualifier tout ce que je peux dire de complexe. »

Une question qui aurait pu être posé à ce moment aurait été : « Pardonnez-moi de m’excuser mais j’ai vaguement l’impression que ce n’est pas tout à fait exact car une quarantaine de personnes, dont deux anciennes ministres, des écrivains et des membres de la diversité ont publié dans Le Devoir et Le Journal de Montréal une lettre fondée sur la totalité de vos écrits des dernières années publiés sur le Huffington Post [et toujours en ligne] et intitulée L’inquiétante intolérance de la nouvelle commissaire antiraciste.

Dans un de ces écrits, vous dites souscrire à « toutes les définitions de l’islamophobie comme racisme » et vous ajoutez ceci : « les détracteurs du terme islamophobie évoquent l’idée qu’il est possible de «critiquer» l’islam, sans pour autant «détester» les musulmans. Or, cette hostilité qui s’exprime à l’encontre de l’islam comme religion semble directement liée au rejet des musulmans eux-mêmes. » 

C’est fascinant. Alors, puisque vous considérez que tout Montréalais qui critique l’Islam est islamophobe, donc raciste, que proposez-vous concrètement, dans le cadre de vos nouvelles fonctions, pour les ramener dans le droit chemin ?» 

Je ne sais pas pour vous, mais moi j’aurais aimé avoir une réponse à cette question. Et peut-être même à la suivante:

À Montréal, faut-il interdire les caricatures de Mahomet ?

 « Pensez-vous aussi qu’il faut interdire les caricatures de Mahomet, qui sont clairement une forme de critique de l’Islam ? Je m’excuse de vous demander pardon de poser cette question mais c’est parce qu’après la tuerie de Charlie Hebdo, vous avez écrit un long texte ou vous portiez la totalité du blâme de l’attentat sur l’échec des politiques d’intégration de la France, plutôt que sur les djihadistes. Vous avez même pointé la responsabilité de « l’union des forces maléfiques » bénéficiant d’une « solidarité inconditionnelle des États les plus meurtriers de l’Histoire » en désignant ainsi les pays qui sont intervenus militairement dans les pays arabo-musulmans ces dernières années, ce qui est le cas du Canada lors de la première guerre du golfe, en Afghanistan et en Lybie.

Juste pour nous éclairer, pouvez-vous nous donner la liste des membres de ces « forces maléfiques » ? Le Canada en fait-il partie ? Et sinon, pourquoi pas ?» 

Et la radicalisation ?

Bon, j’avoue, ça devient un peu spécialisé comme questions et la chronique portait surtout sur les membres de sa nouvelle équipe. Mais, on jase là, il y a vraiment plein de choses intéressantes dans les écrits de cette chercheuse. Y compris sur les causes de la radicalisation. Ce qui aurait pu, si le temps l’avait permis, conduire à la question suivante:

 « À Montréal ces dernières années, heureusement seulement une petite poignée de jeunes se sont convertis au djihad. Montréal a innové en créant un Centre de prévention de la radicalisation. Mais dans un de vos écrits, vous qualifiez de « vaste supercherie » l’idée que des imams radicalisés, ultra minoritaires on s’entend, aient eu un rôle quelconque à jouer dans cette radicalisation. Il s’agit, écrivez-vous, d’une « pseudo-théorie de la radicalisation comme processus théologique » promu dites-vous par les services de renseignements occidentaux. Avez-vous discuté de cette position très originale avec le Centre de prévention de la radicalisation ?» 

C’est vrai ça, on pourrait organiser un bon débat autour de cette question entre le directeur du centre de radicalisation et la commissaire ! Par Zoom, par exemple. Moi, en tous cas, je l’écouterais.

L’important, c’est d’être rassembleur

Puis il y a évidemment l’importance du dialogue, de l’ouverture à l’autre, dans des débats aussi importants que le racisme et l’antiracisme. Là, il y avait à mon avis un bon filon à exploiter:

 « Finalement, dans cette lettre ouverte à laquelle, à notre connaissance, vous n’avez jamais répondu, des personnes issues de la diversité qui ont participé au débat sur la laïcité en favorisant l’interdiction des signes religieux semblent se souvenir que vous avez écrit un texte les traitant de « pseudo-intellectuelles assurément exotiques » et les accusant d’avoir précipité « les Québécois dans une chasse aux musulmans ». Certaines affirment même avoir été victimes de harcèlement sur les réseaux sociaux à la suite de votre texte. Avec le recul et compte-tenu de vos nouvelles fonctions, avez-vous quelque chose à leur dire ?» 

La réponse à cette dernière question aurait pu, qui sait?, donner matière à nouvelle. La commissaire tend la main à celles qu’elle a critiquées ou, Mme Manaï regrette sa propre participation à la polarisation. Vous voyez ?

Mais, bon. Ce sera pour une prochaine fois, j’en suis certain.


Cliquez pour vous renseigner et/ou vous abonner.

19 réflexions sur « Pénurie de questions pour Bochra Manaï »

  1. Merci monsieur Lisée,
    Vos propos vont dans le sens de mes préoccupations en rapport avec le grenouillage amené par les Islamistes et leur mouvement d’infiltrations par la main-mise graduelle de nos institutions gouvernementales pour mettre de l’avant leur agenda politique. On le voit bien en Europe, toutes les batailles menées par ces organismes comme au Canada, tels que celui du Conseil National Musulman Canadien. Voire les pendants inquiétants de celui-ci; https://pointdebasculecanada.ca/les-antecedents-islamistes-du-conseil-national-des-musulmans-canadiens-qui-manquaient-dans-un-recent-article-de-la-presse/. Je ne vous apprendrai rien à ce propos, juste pour étoffer mes dires. La nomination de madame Manaï est inquiétante, sachant pertinamment ses positions controversés et Québécophobes devant l’historique de l’évolution du Québec en matière de laïcité et des combats menés par le mouvement des femmes au Québec depuis le début du vingtième siècle. Je ne vois rien de réjouissant à la pensée du retour en arrière sur les valeurs intrinsèques du Peuple Québécois et de reculer face à la fierté assumée du chemin accompli au travers des multiples batailles pour s’être affranchi du joug de la religion Catholique et de l’Establishment Colonialiste Anglo-Saxon. Pour ce dernier; nous en sommes toujours à discutailler des modalités pour s’en débarrasser avec son système Royaliste.
    Au plaisir de vous relire
    Raymond

  2. J’admirerais ( remarquez le conditionnel) Mme Plante pour sa volonté de combattre le racisme si elle prenait les bons moyens pour le faire.

    Toutefois, je crois que notre Plante pousse encore dans la mauvaise direction (voir note 1) . Ce n’est pas en s’associant avec Mme Bochra Manaï qui s’est fait remarquer pour son intolérance envers la majorité des québécois et comme porte-parole du Conseil national des musulmans canadiens (CNMC) contestataire la loi sur laïcité, loi supportée par une très forte majorité de tous les Québécois, qu’elle y arrivera.

    J’invite notre hilare mairesse à bien se documenter sur les origines et les antécédents du CNMC et sur ses mouvements satellites. Si elle réfléchit bien, peut-être remettra-t-elle cette nomination d’en question.

    https://pointdebasculecanada.ca/les-antecedents-islamistes-du-conseil-national-des-musulmans-canadiens-qui-manquaient-dans-un-recent-article-de-la-presse/

    Ce n’est certainement pas en encourageant la francophobie et la québécophobie qu’on réussira à combattre le racisme ni à Montréal ni ailleurs au Québec.

    RÉFLEXION
    Craindre tous les musulmans est de l’islamophobie.

    Par contre, Critiquer certains aspects de l’Islam n’en est pas, c’est simplement du réalisme.

    Craindre l’islamisme politique n’est définitivement pas une phobie puisque que par défénition, une phobie est une Crainte angoissante et INJUSTIFIÉE d’une situation, d’un objet ou de l’accomplissement d’une action or, nous avons toute les raisons de craindre les islamistes intégristes et fondamentalistes qui veulent imposer leur religion et leur agenda politique à travers le monde entier.

    Les musulman(e)s progressistes et modéré(e)s qui dénoncent l’intégrisme, le fondamentalisme,la charia et le terrorisme obtiennent malheureusement très peu de couverture de la part des serviteurs médiatiques (souvent sans éthique journalistique) du CANADIAN FuNDAMENTALIST and DOGMATIC MULTICULTIRALISM et plus particulièrement de la part de Radio-Canada (Radio Oh! Canada)

    Vive la diversité raisonnable !!!

    (Note 1) désolé, je n’ai pas réussi à empêcher ma plume de faire ce petit jeu de mot botanique et Coquin.

  3. Permettez-moi de citer le Montréalais Karim Akouche dans le magazine français Marianne il y a quelques années : « Je le dis une fois pour toutes : haïr les musulmans, c’est un délit, car c’est du racisme. Critiquer l’islam, c’est un droit. Combattre l’islamisme et le djihadisme, un devoir. »
    Ils sont plusieurs à le faire. Tendons-leur le micro plus souvent. » FIN DE LA CITATION

    Mme Manaï tendra-elle le micro aux musulans progressistes ?????

    Sûrement que non et probablement qu’elle les traitera d’ISLAMOPHOBES mêmes s’ils sont des adeptes de l’islam.

    Au lieu de combattre le racisme, les wokes racialistes sont en train de dresser les différentes communautés les unes contre les autres.

    PSPP avait bien raison de dire :

    «L’aspect systémique n’est pas la bonne façon. On risque d’exacerber les tensions entre les groupes ethniques, et se retrouver avec plus d’extrême-droite et d’extrême-gauche.» -Paul St-Pierre Plamondon, candidat à la chefferie du PQ

    À preuve, Les noirs contestent la nomination de la musulmane intégriste !!!

    https://montrealgazette.com/news/local-news/montreal-dragging-its-feet-on-systemic-racism-say-minority-groups

    • J’ai trouvé ce texte absolument savoureux. ET je me suis régalé. Tout comme vous, j’espère.

  4. Madame Manaï est un boulet pour la Ville de Montréal et pour nous tous. Elle parle par décrets mais surtout elle esquive et elle ment. Madame Elkouri s’en est fait la porte-parole trahissant la rigueur qui l’aurait amenée à confronter le propos mensonger de Madame Manaï . Dire qu’elle veut rassembler , alors qu’elle a déjà
    Exclus sa société d’accueil et les pseudo-intellectuelles exotiques qui récusent sa prison de concepts . Que le citoyens lui assurent un salaire pour leur faire la leçon est très fort de tisane……

  5. Tout cela est très intéressant, mais avouez-le, excessivement compliqué, au point où un juif, un chrétien, un musulman, un bouddhiste ou tout autre croyant en une lumière quelconque au bout du tunnel y perd son latin, notre langue commune à tous.

  6. Merci, MM Lisée et Bock-Côté d’avoir mis les bonnes lunettes à 2 chroniqueuses-vedettes de la Presse +, et ce dans la même semaine!
    Je crois que la Une du JdM sur le variant indien fait des petits…

  7. Pourquoi le porte parole du conseil des musulmans de Québec demande au 1er ministre , François Legault d’admettre le racisme systémique au Québec ? Lorsqu’eux-même forment des enclaves islamiques partout où ils vivent à un tel point qu’on parle de territoires conquis par l’islam politique en sol francais, en Belgique ,au Pays-Bas et bientôt au Canada?

  8. Jean-François, vous posez des questions très pertinentes. Avec tous les moyens disponibles pour retrouver les déclarations ou les écrits antérieurs à aujourd’hui, on peut confondre une personne comme cette commissaire. Votre analyse est excellente.

  9. Que de questions pertinentes!Quel dommage que Rima n’ait Pas été suffisamment préparée-
    C’est pour ça que La population n’ pas une grande confiance aux médias

    • Mme El Kouri rame dans la même direction que Mme Menaï. Les deux sont convaincues que le racisme est érigé en système au Québec et la loi 21 en est un élément de preuve.

  10. Pourrions-nous ajouter à cette série de questions:
    Nous serait-il permis de croire que notre argent, à nous les Montréalais, pourrait être plus utile et justifié qu’employer dans le financement de ce poste qui semble fait sur mesure pour vos besoins ?

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.