A propos Jean-François Lisée

Il avait 14 ans, dans sa ville natale de Thetford Mines, quand Jean-François Lisée est devenu membre du Parti québécois, puis qu’il est devenu – écoutez-bien – adjoint à l’attaché de presse de l’exécutif du PQ du comté de Frontenac ! Son père était entrepreneur et il possédait une voiture Buick. Le détail est important car cela lui a valu de conduire les conférenciers fédéralistes à Thetford et dans la région lors du référendum de 1980. S’il mettait la radio locale dans la voiture, ses passagers pouvaient entendre la mère de Jean-François faire des publicités pour « les femmes de Thetford Mines pour le Oui » ! Il y avait une bonne ambiance dans la famille. Thetford mines est aussi un haut lieu du syndicalisme et, à cause de l’amiante, des luttes pour la santé des travailleurs. Ce que Jean-François a pu constater lorsque, un été, sa tâche était de balayer de la poussière d’amiante dans l’usine. La passion de Jean-François pour l’indépendance du Québec et pour la justice sociale ont pris racine là, dans son adolescence thetfordoise. Elle s’est déployée ensuite dans son travail de journalisme, puis de conseiller de Jacques Parizeau et de Lucien Bouchard, de ministre de la métropole et dans ses écrits pour une gauche efficace et contre une droite qu’il veut mettre KO. Depuis quatre ans comme député de Rosemont, il se bat pour les dossiers de l’Est de Montréal en transport, en santé, en habitation. Dans son rôle de critique de l’opposition, il a donné une voix aux Québécois les plus vulnérables, aux handicapés, aux itinérants, il a défendu les fugueuses, les familles d’accueil, tout le réseau communautaire. Il est aujourd’hui candidat à la direction de notre parti. Il compte apporter de la vision, de la clarté, et ce mélange de pragmatisme et de passion qui est devenu sa marque de commerce.

Ma vie secrète, suite et fin (du moins, pour l’instant !)

La série de Ma vie secrète est complète. La voici.

Dans la vie politique, c’est comme dans la vie tout court. Il faut prendre les choses au sérieux, sans se prendre, soi-même, trop au sérieux.

C’est ce que tentent de transmettre ces petites capsules sans prétention, sur ma « vie secrète » de gars finalement plus-comme-les-autres que vous pouviez le penser.

Une consommation légère de fin d’été, avant de plonger dans les débats…

Pour une éducation de la vraie égalité des chances

Proposition #16 du candidat Jean-François Lisée

La proposition en bref:

  1. Un grand chantier pour faire reculer l’analphabétisme
  2. Prêter une attention particulière au retard de réussite de 10% des garçons
  3. Redonner leur élan aux Centres de la petite enfance
  4. Réinvestir de façon importante dans le personnel spécialisé au sein des écoles
  5. Les enfants présentant des difficultés d’apprentissage se verraient garantir une place en CPE, où une attention particulière leur sera prodiguée
  6. Ne pas toucher aux structures du réseau pendant quatre ans
  7. Plus de moyens et plus de flexibilité pour les milieux défavorisés
  8. Assurer aussi l’égalité dans le fardeau des écoles privées et publiques
  9. Faire de la formation professionnelle une voie normale
  10. Valoriser le travail des maîtres, au sens propre et au sens figuré
  11. Explorer la possibilité de réformer les programmes de formation afin que tous les nouveaux enseignants du primaire et du secondaire soient formés au niveau maîtrise

Surendettement: aider les Québécois à l’éviter… et à en sortir

Proposition #15 du candidat Jean-François Lisée

La proposition en bref:

S’attaquer résolument au surendettement des ménages
1) préparer, au secondaire, nos jeunes à la jungle du crédit
2) forcer les commerçants à indiquer le coût réel du prêt en gros caractères
3) limiter la durée du prêt en la liant à la garantie offerte par le fabricant
4) offrir un programme de consolidation de dette appuyé par l’État qui permettra un taux raisonnable (par exemple 5%) plutôt que les 15% réclamés par les banques.

La proposition au long:

Les Québécois bénéficient depuis plusieurs années de taux d’intérêt très faibles. C’est une bonne chose pour ceux et celles qui empruntent, mais c’est aussi un risque important pour les consommateurs, les entreprises et l’économie. L’endettement atteint aujourd’hui un niveau record. En excluant les prêts hypothécaires, il s’élève aujourd’hui à 17 800 $ par personne. C’est légèrement en dessous de la moyenne canadienne (21 580 $), mais l’augmentation est rapide (3,8 % l’an dernier). Cet endettement croissant se traduit également par un taux de défaillance des ménages en hausse. Au Québec, 2,1 % des comptes sont en souffrance depuis plus de 90 jours. C’est toujours mieux que le Canada (2,7 %), mais l’écart se resserre peu à peu.

Ma vie secrète enfin révélée !

Dans la vie politique, c’est comme dans la vie tout court. Il faut prendre les choses au sérieux, sans se prendre, soi-même, trop au sérieux.

C’est ce que tentent de transmettre ces petites capsules sans prétention, sur ma « vie secrète » de gars finalement plus-comme-les-autres que vous pouviez le penser.

Une consommation légère de fin d’été, avant de plonger dans les débats…

Le sens du Québec ? Le sens de l’humour !

Vous n’êtes pas encore membre du PQ? Alors vous n’avez pas reçu ce texte dans votre boîte courriel. Chaque semaine, mes collègues candidats et moi envoyons un court texte aux membres sur un sujet de notre choix. Dépêchez-vous, vous n’avez plus que 28 jours (jusqu’au 7 septembre) pour devenir membre et pouvoir voter pour le ou la futur chef ! (Faites le ici: oser.jflisee.org)

2016-08-10 clin d'oeilClin d’oeil de vacances… Ça ne rate jamais. Après une allocution, à Chateauguay, Mont-Joli, Sherbrooke ou ailleurs, il y a toujours un militant qui m’aborde pour, presqu’en chuchotant, me livrer un lourd secret : « Je vous croyais si sérieux!  Je ne m’attendais pas à ce que vous me fassiez rire en plus! ».