A propos Jean-François Lisée

Né à Thetford Mines le 13 février 1958, Jean-François Lisée obtient une licence en droit de l’Université du Québec à Montréal en 1979 et une maîtrise en communications de la même institution en 1991. Il poursuit des études à Paris en 1981 au Centre de Formation des journalistes de la rue du Louvres avant de devenir journaliste indépendant pour divers médias québécois et français, dont le Soleil, la Presse et Radio-Canada, et il publie quelques textes dans Le Monde, Libération et l’Express. À la fin des années 1980, il est correspondant à Washington pour La Presse, L’actualité et l'hebdomadaire français L'Événement du jeudi. À la même époque il signe des textes d’opinion dans le Washington Post, le New York Times et l’International Herald Tribune. Il est rédacteur en chef adjoint de L’actualité de 1990 à 1992. En 1994, au lendemain de l’élection du Parti québécois, il devient conseiller du premier ministre Jacques Parizeau et participe à l’élaboration et à la mise en oeuvre de la stratégie référendaire de 1995. À la suite de la démission de M. Parizeau, il exerce les fonctions de conseiller politique sous Lucien Bouchard et ce, jusqu’en 1999. De 2001 à 2004, il est chercheur invité au Département de science politique de l’Université de Montréal puis à Sciences Po Paris. En 2004, il co-fonde le Centre d’études et de recherches internationales de l’Université de Montréal (CÉRIUM), dont il demeure le directeur exécutif jusqu’en 2012. En 2007, il conseille la chef du Parti québécois, Mme Pauline Marois, relativement à un projet de loi sur l’identité, duquel émaneront des propositions de Constitution et de citoyenneté québécoise, puis de Charte de la laïcité. M. Lisée est l’auteur de nombreux essais remarqués sur la politique et l’identité québécoises. En 1990, il publie Dans l’œil de l’aigle, sur l’attitude américaine envers le mouvement indépendantiste québécois. Un essai qui lui vaut le Prix du gouverneur général. Il fait aussi paraître Le tricheur et Le naufrageur (1994), sur la vie politique québécoise au lendemain de l’échec des accords du Lac Meech, Sortie de secours : comment échapper au déclin du Québec (2000), Nous (2007), Pour une gauche efficace (2008) et Comment mettre la droite K-O en 15 arguments (2012), puis le livre, Des Histoires du Québec (2012). De 2009 à 2012, il commente régulièrement l’actualité politique, sociale et économique sur un des blogues politiques les plus lus de la Francophonie. Ministre, il continue à tenir un blogue à jflisee.org Cet hyperlien s’ouvrira dans une nouvelle fenêtre.. En août 2012, il se présente comme candidat du Parti québécois dans la circonscription de Rosemont et est élu le 4 septembre

Bonne fête nationale du Québec!

Le 24 juin, nous célébrons notre Fête nationale, une journée privilégiée pour clamer haut et fort notre fierté d’être Québécois. Entre amis ou en famille, rassemblons-nous pour fêter notre Québec d’hier à demain en se remémorant les moments marquants de notre histoire. À cette occasion, affirmons au monde entier que nous appartenons à une nation créatrice et innovatrice résolument tournée vers l’avenir. Voyez ci-haut mon message pour la Fête nationale.

Cette année, la Fête nationale a pour thématique «8 millions d’étincelles». Aujourd’hui 8 millions à briller sur la planète. 8 millions d’étincelles qui jaillissent d’un territoire grandiose aux abords d’un fleuve majestueux. 8 millions de talents, de bâtisseurs, de géants, dont plusieurs qui rayonnent sur tous les continents. Faisons de notre Fête nationale l’étincelle qui fera de ces journées des moments mémorables!

Dans Rosemont, vous pourrez assister à plusieurs évènements dans le cadre de la Fête nationale du Québec, le mercredi 24 juin :

Bilan de 2015, États généraux de l’Itinérance, etc — La Semaine du Député de Rosemont

De bonnes notes pour votre député !

Cette année lorsque je vais regarder les bulletins de mes enfants, je pourrai leur montrer le mien. En fin d’année parlementaire, les chroniqueurs publient des palmarès des principaux ministres ou porte-paroles. Il est arrivé que j’aie d’assez mauvaises notes.

Pas cette année.

Dans le Journal de Montréal, le chroniqueur Michel Hébert m’a donné un « A ». Il écrit ceci:

« Toujours au fait de ses dossiers, le député Jean-François Lisée fascine ses adversaires. Quand il se lève au salon bleu, silence, on l’écoute, on attend la surprise. C’est que le député de Rosemont est d’une telle efficacité qu’il parvient à imposer à peu près tous les sujets: le sort des handicapés, celui des transgenres, celui — moins triste — des médecins, etc. Même Gaétan Barrette, parfois, serre les dents. Ce qui n’est pas peu dire. »

« Un pays c’est précieux, mais ce n’est pas donné »

Les organisateurs de la magnifique soirée hommage à Jacques Parizeau, « Salut Monsieur », organisée lundi le 8 juin, ont mis l’intégralité de la soirée en ligne. On peut la voir ici.

Voici ma présentation, du dernier discours prononcé par M. Parizeau comme chef du Parti québécois, six semaines après le référendum. Comme scribe, j’avais travaillé avec lui sur ce texte d’adieu. Ça me faisait tout drôle de le lire devant une foule.

Voyez ce que vous en pensez:

La Semaine du Député de Rosemont

Un dernier hommage à Monsieur

Crédit photo : Victor Diaz Lamich

Crédit photo : Victor Diaz Lamich

Lundi soir, en compagnie d’une trentaine de personnalités québécoises, artistes et militants, j’ai participé à la veillée-hommage «Salut Monsieur» pour M. Parizeau.

Des textes ponctuant toute sa carrière ont été lus, offrant au public réuni au Théâtre Prospero de grandes émotions.

La soirée s’est ouverte avec la lecture du texte que M. Parizeau aurait prononcé, en cas de victoire du Oui, le 30 octobre 1995. Le voici:

L’austérité libérale frappe même les vacances des enfants handicapés

J’étais présent plus tôt dans la journée pour le dévoilement d’une étude de l’Université Laval, commandité par le Regroupement des organismes communautaires de Québec. L’étude démontre que la majorité des organismes souffrent de sous-financement chronique qui les poussent à réduire leurs services.  (On peut consulter l’étude Précarité du financement, modifications, réductions et cessations d’activités des organismes communautaires de la région de a Capitale-Nationale )

Un grand pas en avant pour les Québécois.e.s trans

C’est un peu passé inaperçu, dans la très lourde actualité des derniers jours. Mais il faut attirer l’attention sur une évolution importante que les élu.e.s québécois.e.s sont en train d’accomplir: une plus grande reconnaissance des droits des personnes trans.

La Commission parlementaire des Institutions, dont je suis membre avec ma collègue Carole Poirier, qui est porte-parole en matières de droits, a patiemment étudié ces dernières semaines le projet de règlement qui permettrait a une personne transsexuelle de pouvoir modifier la désignation de son genre (Masculin, Féminin) sur ses documents officiels… sans devoir subir de transformation chirurgicale.

Je vous laisse écouter mon intervention lors du débat de la semaine dernière avant d’aller plus loin: 

Après l’audition des témoins et des experts, Carole et moi avons proposé à la ministre et à la commission plusieurs recommandations, dont voici l’essentiel:

La Semaine du Député de Rosemont

Une nation en deuil

J’ai eu l’immense privilège de travailler aux côtés de Monsieur Jacques Parizeau. Cette semaine, comme des centaines d’autres, j’ai voulu lui rendre hommage. Vous pouvez lire mon billet « Monsieur voyait les Québécois tels qu’il voulait qu’ils deviennent» ainsi que le texte publié dans l’Actualité «Jacques Parizeau : le feu sous la glace».

Je vous invite à venir signer le cahier de condoléances pour M. Parizeau, à mon bureau (3308, boul. Rosemont). Vous pouvez vous  présenter lundi 8 juin et mardi 9 juin. Le cahier sera ensuite remis à la famille de M. Parizeau. Plus de détails ici. Les funérailles d’État du premier ministre Parizeau auront lieu mardi, à Montréal. Il sera exposé en chapelle ardente au parquet de la Caisse de dépôt samedi et au Salon rouge de l’Assemblée nationale dimanche.

«Je protège mon école publique» !